Alphard Hydrae DELTA DIOS

 

Alphard (α Hya / α Hydrae / Alpha Hydrae) est l’étoile la plus brillante de la constellation de l’Hydre. Le nom "Alphard" vient de l’arabe الفرد (al-fard), « la solitaire », puisqu’il n’y a aucune autre étoile brillante près d’elle. Elle est aussi connue comme la «

base/colonne vertébrale du Serpent » par les Arabes. Dans la Chine antique, elle faisait partie d’une

constellation appelée « l’oiseau rouge/le Loriot ». L’astronome européen Tycho Brahe l’affubla du sous-titre  

Cor Hydræ, le cœur du serpent[1].

Alpha Crucis

Acrux (α Cru / α Crucis / Alpha Crucis) est l'étoile la plus brillante de la constellation de la Croix du Sud (d'où sa lettre grecque associée)

Lambda Scorpii

Shaula (λ Scorpii / lambda Scorpii) est la seconde étoile la plus brillante de la constellation du Scorpion, et l'une des plus brillante du ciel nocturne. Son nom provient de l'arabe الشولاء aš-šawlā’, qui signifie « levée » (en parlant de la queue du scorpion).

Le Scorpion est une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 23 novembre au 29 novembre. Il se situe entre la Balance à l'ouest et Ophiuchus.

Histoire et mythologie
Sco bode.jpg

À l'origine, la constellation comprenait également la Balance. Cette dernière a été séparée du Scorpion pour compléter à douze le nombre des constellations zodiacales.

Le Scorpion est l’objet de plusieurs légendes selon la mythologie grecque : il s’agirait du scorpion envoyé par Artémis pour tuer le chasseur Orion. Ainsi il se trouve opposé à la constellation Orion, se levant en été lorsqu’Orion se couche. D’autres versions suggèrent qu’Apollon envoya le scorpion par jalousie envers l’attention qu’Orion portait à Artémis.

Une autre légende raconte que c'est Héra qui l'envoya pour déconcentrer Héraclès pendant que celui-ci devait tuer l'hydre de Lerne pour son deuxième des 12 travaux qu'il devait faire. Puis Héraclès l'écrasa et Héra décida de le mettre au ciel.

 Orion (en grec ancien Ὠρίων ou Ὠαρίων / Ôríôn) est un chasseur géant de la mythologie grecque réputé pour sa beauté et sa violence. La légende raconte qu'il fut transformé en un amas d'étoiles par Zeus, donnant son nom à la célèbre constellation d'Orion.

Histoire
Johannes Hevelius , Uranographia, 1690.

Avec autant d'étoiles brillantes facilement visibles de par le globe, Orion est peut-être la constellation la plus ancienne et de nombreuses civilisations l'ont tracée, quoique sous des images différentes. Les Sumériens y voyaient un mouton. Les Égyptiens la considéraient comme une offrande à Osiris, dieu de la Mort et de l'outre-monde. En Chine, Orion est l'une des 28 Xiu (宿) du Zodiaque chinois traditionnel et est connue sous le nom de Shen (參), ce qui signifie littéralement « trois », peut-être en référence aux trois étoiles du Baudrier. Pour les Mayas, elle représentait un dieu[Lequel ?].

Orion était mentionnée sous cette dénomination dans l’Odyssée d'Homère, les Odes d'Horace, les Phénomènes d'Aratus de Soles et l’Énéide de Virgile. Elle était bien entendu répertoriée parmi les 48 constellations de l’Almageste de Ptolémée.

Orion est aussi citée dans la Bible, dans les livres de Job (9.9) (38.31-32) et d'Amos (5.8) .

Pour la mythologie grecque, elle représente Orion, un chasseur légendaire qui se vantait de pouvoir tuer n'importe quel animal. Dans certaines versions de la légende, il fut tué par le Scorpion, qui a été placé à l'opposé de la voûte céleste par les dieux qui les ont ainsi séparés afin qu'ils ne soient jamais au-dessus de l'horizon en même temps.

Il a été également avancé que le nom de la constellation dérive de l'akkadien « Uru-anna », la lumière des cieux.

 

Histoire et mythologie

La constellation de Persée est ancienne. Déjà répertoriée par Aratus de Soles, puis par Ptolémée dans son Almageste au Ier siècle, elle est censée représenter Persée, le héros de la Mythologie grecque qui sauva Andromède. La constellation appartient au cycle qui décrit le mythe d'Andromède.

 

est une constellation très lumineuse, placée dans un environnement très riche.
  • Sa position peut être repérée en prenant l'alignement qui part du Grand carré de Pégase et remonte le long de la diagonale d'Andromède jusqu'à Algol de Persée et Capella du Cocher.
  • Inversement, on peut partir de Capella, l'étoile la plus brillante de la région, et repérer ses voisines Algol (β Per) et Mirfak (α Per) en direction de l'Ouest.
  • On peut également se repérer par rapport à Cassiopée, en suivant l'alignement de la barre médiane de son « W » en direction du Sud-Est, alignement qui tombe sur Mirfak (α Per).
  • On peut enfin remonter l'alignement qui part de Rigel dans Orion, passe par Aldébaran du Taureau, et tombe sur Algol (β Per) avant de rejoindre Cassiopée dans l'axe du bras droit de son « W ».

Histoire et mythologie

Malgré sa taille et son absence d’étoile significative, le Petit Cheval est bien l’une des 48 constellations considérées par Ptolémée dans son « Almageste ».

La constellation représenterait — dans la mythologie grecqueCéléris, le frère de Pégase, qu’Hermès donna à Castor, ou Cyllarus qu’Héra confia à Pollux.

 

Histoire

L’étoile Procyon était appelée ainsi par les anciens Grecs car elle se levait avant Sirius, l’étoile la plus brillante du Grand Chien, mais la constellation ne fut utilisée qu’à partir de la période romaine en tant que représentation du plus petit des chiens de chasse d’Orion.

Observation des étoiles

Le Petit Chien est une petite constellation se composant principalement de deux étoiles: Procyon (α Canis Minoris, magnitude apparente 0,40) et Gomeisa (β Canis Minoris,

 La Petite Ourse est une constellation assez petite et faiblement lumineuse, qui doit sa célébrité à sa plus brillante étoile, α Ursae Minoris, qui est l'étoile marquant le pôle Nord céleste.

 

Histoire

 La constellation de la Petite Ourse, bien qu'elle soit d'origine antique (Ptolémée la cataloguait dans son Almageste), n'avait pas à cette époque l'intérêt qu'elle présente maintenant puisqu'elle n'indiquait pas du tout le pôle Nord céleste. Faisant vraisemblablement partie à l'origine d'une constellation disparue depuis longtemps nommée l'Aile du Dragon, on dit qu'elle fut créée par le philosophe grec Thalès au VIe siècle av. J.-C.

La mythologie grecque s'y est rattachée : la nymphe Callisto fut aimée par Zeus. Quand son épouse jalouse Héra découvrit leur relation, Zeus convertit Callisto et son petit fils, Arcas, en la Grande et la Petite Ourse. Héra, outragée par cette offense à son honneur, demanda justice à l'Océan, et les ourses furent alors condamnées à tourner perpétuellement autour du pôle Nord, jamais autorisées à se reposer sous la mer.

Le mot « arctique » vient du mot grec arktos, « ours ». Un mythe, selon lequel la constellation ne serait pas une ourse mais un chien, a conduit l'étoile Polaire à être parfois nommée cynosure, « queue du chien », terme signifiant également « objet d'intérêt » en anglais.

 Poisson austral

Histoire

Il semble que la constellation du Poisson austral était déjà connue sous un nom similaire dans l’Égypte antique. C’est donc une constellation ancienne qui fut répertoriée par Aratos[1], puis par Ptolémée dans son Almageste. Son nom fait bien sûr pendant à la constellation des Poissons, visible dans l’hémisphère nord.

 

 Alpha Eridani (α Eridani / α Eri) est l'étoile la plus brillante de la constellation de l'Éridan où elle est située à l'extrémité sud. Elle est plus connue sous son nom traditionnel d'Achernar, parfois orthographié Akhenar[1] (de l'arabe آخر النهر Akhir al Nahr, fin de la rivière ; la constellation Éridan représente le fleuve éponyme de la mythologie grecque Éridan).

 

Constellations voisines

Fomalhaut est entourée de constellations intéressantes : Le Capricorne au Nord-Ouest, le Verseau au Nord, la Baleine au Nord-Est, le Phénix au Sud-Est, et la Grue au Sud. Ces constellations se repèrent localement par leur forme et leur voisinage, les alignements locaux ne sont pas très suggestifs.

Le seul alignement notable partant localement de Fomalhaut est l'alignement NO-SE de la "tête du poisson. Cet alignement passe donc par γ du Sculpteur, et se prolonge jusqu'aux étoiles brillantes α, β et plus loin δ du Phénix. Au sud de cette dernière, on peut voir briller Achernar, étoile finale de l'Éridan.

 

Fomalhaut (α Piscis Austrini)

Fomalhaut (α PsA) — « la bouche du Poisson » en arabe

 

Le Serpent est une constellation qui représente le serpent dompté par Ophiuchus, le Serpentaire.

C’est la seule constellation divisée en deux parties ; la Tête et la Queue du Serpent sont séparées par l’entreposition d’Ophiuchus, mais leurs étoiles sont nommés comme si elles faisaient partie d’une zone contiguë et la désignation génitive Serpentis est utilisée pour toutes les deux. La Tête du Serpent se trouve principalement dans l’hémisphère céleste nord, la Queue du Serpent essentiellement dans l’hémisphère céleste sud.

Histoire et mythologie

Le Serpent est une constellation ancienne, bien que sa symbolique première soit inconnue. Il s’identifie dans la mythologie grecque soit au serpent qui révéla à Asclépios les secrets de la médecine, soit au serpent qu'Apollon tua dans sa jeunesse. En conséquence, il est toujours représenté porté par l’Ophiuchus (le Serpentaire),

 

La tête du serpent forme un alignement assez net entre δ, α et ε Ser, qui se prolonge par δ, ε, ζ et η Oph. La limite du Serpent, sur cet alignement, correspond au couple δ–ε Oph, qui représente la main du Serpentaire. Cet alignement se prolonge vers le Nord-Ouest jusqu'à α Bootis (Arcturus), et vers le Sud-Ouest jusqu'au Sagittaire.

La tête proprement dite est marquée par un faible triangle d'étoiles, quelques degrés au sud de la Couronne boréale.

 La queue du Serpent est beaucoup plus confuse.

 

δ Serpentis, dans la Tête, est une étoile double qui se trouve à 210 années-lumière de la Terre. . θ Serpentis, dans la Queue, est aussi double et porte le nom d’Alya.

R Serpentis est une variable de type Mira, .

 Le Triangle

Le Triangle figurait déjà dans la liste des 48 constellations répertoriées par Ptolémée dans son Almageste, l'une des rares constellations antiques (avec la Balance) à ne pas provenir d'un mythe et la seule qui soit décrite par une figure géométrique.

À l'époque grecque, cette constellation portait le nom de Deltotron, le Delta (vraisemblablement celui du Nil), identifié par la lettre grecque Δ. Les romains conservèrent cette appellation en la nommant Deltotum.

Il est situé sous la diagonale d'Andromède, entre la jambe d'Andromède et les étoiles du Bélier.

 Delta (capitale Δ, minuscule δ), en grec δέλτα, est la quatrième lettre de l’alphabet grec.

 DIOS ZEUS

α Trianguli

α Trianguli (également connue sous divers noms traditionnels comme Metallah, Mothallah, Ras al Muthallah, Elmuthalleth, Caput Trianguli et Atria) n'est pas l'étoile la plus brillante de la constellation, mais sa position au sommet du Triangle (son nom signifie précisément cela en arabe)

 

Suite !!

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site