EL - IL - ILU

 

Premières attestations

Dans les régions écrivant l'akkadien cunéiforme au cours du IIè millénaire,

on trouve des noms de personnes et des mentions de 'El, Ilu(m) en akkadien.

  Le terme est en fait écrit par l'idéogramme DINGIR, servant de déterminatif pour la divinité.

Quand on a un nom amorrite, on lit 'El, comme dans toutes les langues sémitiques occidentales.

Avant ces attestations, qui datent du début du IIè millénaire av. J.-C.,

on est peut-être déjà en présence d'une forme ancienne du terme El

dans les textes de la bibliothèque Royale d'Ebla (site archéologique de Tell Mardikh, en Syrie)

du XXIVè siècle av. J.-C., où on trouve un dieu Ilu.

alors qu'on n'a pas découvert de temple dédié à El à Ougarit.

Ougarit

Vers le début du deuxième millénaire av. J.C, El est présenté par les textes de la mythologie ougaritique

comme le père du panthéon local[2] .

Il se fait cependant supplanter par Baal (Hadad) (son fils?), le dieu de l'Orage.

A Ougarit, El aurait donc été alors une divinité en perte d'influence,

qui se serait fait dominer par les dieux de la jeune génération.

D'après certains textes El est le père

des dieux Hadat/Baal, Yamm (la mer) et Mot (la mort).

On ne sait pas vraiment ce qui se trouve derrière ces mentions d'un "dieu".

Peut-être s'agit-il d'une référence au concept de divinité en général, à une divinité personnelle ou familiale (ilu(m) désignant aussi en akkadien une divinité protectrice) , ou bien à une divinité particulière.

Ce texte rapporte lui aussi la rivalité entre El et Baal.

  Son état fragmentaire ne nous permet pas de bien voir le déroulement du récit.

Au début, Asherat tente de séduire Baal, qui repousse ses avances.

Èl (notion hébraïque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
אל

Le terme ʾēl, courant dans les cultures antiques du Moyen-Orient, évoque la force, la puissance, le pouvoir. ,

puis au Dieu Unique des monothéistes[3].

La langue hébraïque utilise ce terme sous différentes formes pour exprimer soit des notions ordinaires de la vie courante,

soit un attribut de l'Être Suprême au Nom ineffable (הַשֵׁם haShem),

révélé par un Verbe (יהוה YHWH) à Moïse[4].

Tanakh

Le mot El dans le Tanakh est un mot générique signifiant "dieu" qui peut être utilisé pour n'importe quel dieu.

Ce mot apparait 217 fois dans les textes masorétiques : 73 fois dans les Psaumes et 55 fois dans le Livre de Job.

Il apparait quelque fois avec l'article défini sous la forme hà'El (Le Dieu),par exemple dans Samuel 22.31,33-48.

En certains passages, le mot El réfère explicitement à des dieux étrangers

  (Psaumes 44.20; 81.9, Hébreux 44.21; 81.10), Deuteronome 32.12 et Malachie 2.11).

La plupart des théologiens du Tanakh considèrent que les noms El, Elohim, quand ils sont utilisés au singulier,

signifient "Le Dieu Suprême" et réfèrent au même Etre que le mot Yahveh.

C'est sous le nom d'El Shaddai que Dieu s'est révélé à Abraham .

Cf. Exode 6.2-3 :

"Je me suis révélé à Abraham, Isaac et Jacob

comme El Shaddai,

et n'était pas connu d'eux par mon nom de Yahweh."

D'après certains historiens [17], "il semble à peu près certain que le Dieu des Juifs a évolué graduellement

depuis le dieu de Canaan El, qui était selon toute vraisemblance le Dieu d'Abraham,

c'est-à-dire Elohim, prototype de Yahveh ".

« Yahweh" aux quatre consonnes du tétragramme YHWH,

nom du Dieu des Hébreux dans l'Ancien Testament.

 

Le tétragramme (ou tétragrammaton)[1] YHWH (יהוה) est un nom hébraïque se composant des quatre lettres yōḏ (י), (ה), wāw (ו), (ה), de valeur gématrique 26 : 10 (yōḏ) + 5 (hē) + 6 (wāw) + 5 (hē) = 26.
Souvent présenté comme le « nom propre » de Dieu, ce mot est alors désigné comme « le Tétragramme ».

Il s’agit d’une forme issue de la racine trilittérale היה (HYH) du verbe « être »[2].

Le Tanakh (la Bible hébraïque) rapporte que cette expression fut entendue par Moïse au sommet du mont Horeb dans le désert du Sinaï[3].

Pour les juifs, ce nom — dont la vocalisation, n'est pas connue — ne doit pas être prononcé, en vertu du Troisième Commandement,

traduit par :

« Tu ne prononceras pas le nom de YHWH en vain... ».

En revanche, les chrétiens (comme le chanoine Crampon) l’ont parfois transcrit dans les traductions par  « Yahweh »,

en le prononçant.

Cependant, depuis le début du XXIe siècle, l’Église catholique préconise de remplacer « YHWH »

par l’appellation « le Seigneur »[4],[5].

AllahÉcouter ( 'Allāh, écrit الله) est le mot arabe qui désigne « Dieu ».

C'est aussi le nom de Dieu dans l'islam[1].

Calligraphie du nom d'Allah en arabe
Se lit de droite à gauche.

  L'étymologie que rapporte Dalil Boubakeur[5] est la contraction de Al-Ilāh, (« le Dieu ») en arabe.

  Le mot se compose de l'article ال al, qui marque la détermination comme notre article « le », et de إِلَاه ilāh, qui signifie « (un) dieu ».

Al suivi de ilāh donnerait Allāh par apocope du deuxième terme, qui porterait donc une hamza instable.

Le mot aurait ensuite été univerbé. De sorte, Allah se traduirait littéralement par « le Dieu »

 

Chaque fois qu'un musulman prononce le mot Allah en dehors du cadre de la récitation d'un verset du Coran ou de la prière, il doit[réf. nécessaire] prononcer la formule Soubhanahou wa ta'ala qui signifie « Gloire à lui, il s'est élevé (au-dessus de tout) ».

Certains disent aussi 'Azza wa jalla ou Jalla jalalouh ().

Pour entrer en islam, il faut citer "Il n'y a pas de vraie divinité si ce n'est Allah et Mahomet est Son messager"

Ashhadu an lâ ilâha illa-llâh wa Ashhadu ana Mouhammadan Rasûlu-l-llâh :

c'est la Shahada (Chahada), la profession de foi islamique.

Généralement, les musulmans commencent leurs actes au nom d'Allah Bismi Allah, ils expriment leur satisfaction en disant

"Louange à Dieu" al hamdou li-Allah ou leur malheur "nous sommes à Dieu

et à lui nous retournons" Ina li-Allahi wa ina ilayhi raji oun.

S'ils commettent un péché ils demandent le pardon d’Allah astaghfir Allah. Lorsqu'ils expriment leurs intentions, prévisions ou leurs espérances: "Si Dieu le veut" Incha Allah. "Dieu est le plus Grand" Allahou Akbar est prononcé au début de certaines pratiques religieuses comme l'adhan, la prière.

1er attribut : le créateur (Al Khaliq) : c'est-à-dire qu'Allah peut donner à toute chose une existence matérielle à partir du néant.

2e attribut : l'omniscient (Al Aalim) : son savoir embrasse toute chose. Il sait tout de tout temps.

3e attribut : celui qui subsiste par lui-même (Al Qayyum) : Allah ne dépend de rien pour subsister et, tout dépend de lui.

De cet attribut, découle son immortalité. Alors que tout être vivant dans la nature dépend pour survivre d'éléments qui lui sont externes tels que l'eau, l'oxygène ou les aliments.

4e attribut : l'inébranlable (Al Matine) : Allah est inaltérable. Aucune défaillance ne peut le saisir. De ce fait, il n'a besoin ni de repos ni de sommeil et demeure immuable dans sa toute-puissance. Alors que tout être vivant dans la nature se fatigue, vieillit, ses facultés physiques et mentales s'altèrent avec le temps et finit par mourir.

Outre ces quatre attributs divins, 95 autres sont utilisés et sont consultables sur l'article traitant des plus beaux noms de Dieu en islam[9], en arabe أسماء الله الحسنى.

Toujours selon le Coran, Dieu est unique dans son essence, il n'a pas d'égal dans l'univers

et le fidèle musulman doit lui vouer un culte exclusif (Tawhid), selon la sourate 112 Al-Ikhlas

(dite du monothéisme pur) verset 4.

COMMENTAIRES PERSONNELS

PAS DE REPRESENTATIONS

NI IMAGES TAILLES

NI STATUES

NI IDOLES

ET SI EL SHADDAÏ, YAHWEH, NOTRE ILOHIM, ELOHIM, EL ou IL, AL ILAH  

NOUS DONNE SON NOM C'EST PARCE QU'IL ANNONCE

QUE SON NOM SERA glorifié SUR TOUTE LA TERRE !!

EL ou IL parce que en grec :

ELIE  se dit ILIAS, ISRAËL se dit ISRAÏL, RAPHAËL  se dit RAPHAÏL, EMMANUEL se dit EMMANUÏL, etc.

ET EN ARABE, AL ILAH SE NOMME AL ILAH !! ILOHIM, IL 

PAR CONTRE, NE PLUS APPELER YAHWEH,  DIEU CAR VOUS SAVEZ QUE 

ZEUS EST AUSSI appelé DIAS, ET THEOS EN GREC VEUT DIRE dieu, le nom qu'on donnait aux dieux de l'Olympe.

LES GRECS ONT donné le nom de THEOS à Yahweh.

ET LES ROMAINS ont donné le nom de DIEU.

DIAS en grec. Le grec étant une langue qui se décline comme le latin et l'allemant.

Le gérondif donne DIOU, cela veut dire les objets de DIAS, en grec cela donne les objets de DIOU.

DIOU a donné DEUS, parce que les latins ont systématiquement traduit la lettre  I EN lettre E;

ET NOUS AVONS

DIEU, QUI équivaut à DIAS.

DONC LES TEXTES DE La 1ère Alliance et de la Nouvelle Alliance de Yahweh avec les hommes,

doivent reprendre le NOM DE ELOHIM, YAHWEH, EL SHADDAÏ, ADONAÏ, ELOHIM SABAOTH, EL, ILOHIM, AL ILAH, ...

MAIS PLUS DE DIEU OU THEOS OU SEIGNEUR, car on ne sait plus à la traduction qui fait quoi.

Pareil, pour Yehoshoua, Yeshouah, Emmanuel, Immanuïl, l'Oint,...

MAIS PLUS DE CHRIST qui vient de Chrisaor !! Le Chrisme de Constantin !!

Suite !!

 

 

 

 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site