Chrisme de Constantin XR 2 premières lettres CRISTOS EN GREC XRISTOS

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Constantin_Ier_(empereur_romain)

Article détaillé : Monnaie romaine.
Solidus de Constantin, Ticinum (actuelle Pavie), 313, Cabinet des médailles (Beistegui 233)

Constantin institue une nouvelle monnaie d'or, le solidus dont la stabilité et l'abondance est assurée grâce aux confiscations qu'il fait des importants stocks d'or des temples païens. Le nom du solidus déformé en sou fonda un système monétaire qui connut une grande stabilité. Par contre, la dévaluation des monnaies d'argent et de bronze aggrave l'inflation et l'appauvrissement des couches modestes de la population.

La victoire du Pont Milvius et la promulgation de l'édit de Milan (313)

La tradition chrétienne (selon Lactance dans De la mort des persécuteurs et Eusèbe de Césarée dans sa Vie de Constantin) font état d'une apparition de la Croix dans le ciel vue par lui même et son armée, ainsi que d'un songe prémonitoire qui aurait annoncé à Constantin sa victoire contre Maxence au pont Milvius. La nuit même, Jésus lui serait apparu en rêve et lui aurait montré un chrisme flamboyant dans le ciel en lui disant : « Par ce signe, tu vaincras » (In hoc signo vinces). Constantin fit alors apposer le Labarum sur les boucliers de ses légionnaires, il s'agit du chrisme, formé des deux lettres grecques Khi (Χ) et Rho (Ρ), les initiales du mot Christ. Ce signe est depuis un emblème de la Chrétienté combattante, notamment dans l'Empire d'Orient. La part de légende dans cette histoire reste cependant forte[7].

 

En reconstituant le ciel étoilé à la date de la bataille, le 28 octobre 312, on constate un alignement rare des principales planètes et de la lune. Ce groupement d'astre a été interprété par Constantin (voir image)

En 313, Constantin rencontre Licinius à Milan et conclut avec lui un accord de partage de l'Empire. Parmi les mesures prises en commun figure un édit de tolérance religieuse, appelé habituellement édit de Milan qui renouvelle celui pris par Galère en 311. Il ne s'agit pas formellement d'une officialisation du culte chrétien, mais plutôt de sa mise à égalité avec les autres cultes. Ainsi, les chrétiens ne sont plus victimes de discriminations, leur culte est autorisé et les biens qui leur ont été confisqués leur sont rendus.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a6/Constantine_multiple_CdM_Beistegui_233.jpg

 

 

 

Collections

Le Grand Camée de France, camée en sardonyx à cinq couches, Rome, vers 23 av. J.-C.

Le Cabinet des médailles abrite 520 000 monnaies et médailles. Les monnaies, majoritaires, sont réparties en plusieurs collections :

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9partement_des_monnaies,_m%C3%A9dailles_et_antiques_de_la_Biblioth%C3%A8que_nationale_de_France

Le Grand Camée de France, camée en sardonyx à cinq couches, Rome, vers 23 av. J.-C.

  

 

 

 

Chrisme

Exemple d'un chrisme

Le chrisme (☧ Unicode U+2627) est un symbole chrétien formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô), la première apposée sur la seconde. Il s'agit des deux premières lettres du mot Χριστός (Christ). On le lit aussi parfois comme le monogramme du Christ, et on le trouve souvent accompagné des lettres α (alpha) et ω (oméga). Ces dernières lettres symbolisent le commencement et la fin de tout, étant la première et la dernière lettre de l'alphabet grec.

Le chrisme existe aussi sous une autre forme associant les lettres grecques I (iota) et Χ (chi) des initiales de Ιησους Χριστός (Jésus-Christ). Le chrisme prend alors l'aspect d'une étoile à six rais souvent identifiée dans l'art à l'étoile qui guida les mages.

On en trouve encore en Orient, plus spécifiquement dans la partie orientale de l'ancien Empire romain.

 

Histoire
Autre exemple de chrisme, avec les lettres "alpha" et "omega"

D'après la légende, c'est ce signe que portait l'étendard (labarum) de Constantin Ier quand il marcha contre son rival Maxence et le battit à la bataille du pont Milvius en 312. Par la suite, Constantin déclara qu'il avait eu un songe où il avait vu ce signe accompagné du message : « Sous ce signe tu vaincras » (In hoc signo uinces en latin, En touto nika en grec).

En réalité, l'association de ces deux lettres pour former un symbole préexiste à Constantin et au moment où il manifesta sa faveur envers le christianisme. Dans le monde grec païen, c'était l'abréviation du mot χρηστός (chrêstos), qui signifie « utile, de bon augure » et il indiquait soit un souhait soit un commentaire approbateur, de la même manière qu'on utilise aujourd'hui l'image de certains panneaux routiers pour symboliser l'interdiction ou le sens à suivre en dehors du code de la route.

Quoi qu'il en soit, le symbole fut adopté par le christianisme et il servit d'emblème aux empereurs chrétiens qui succédèrent à Constantin.

Art

Le chrisme figure très souvent sur les peintures, les mosaïques et les sculptures d'inspiration chrétienne. Il est parfois inscrit dans un cercle, ou un carré.

 Fichier:Chrisme.jpg

 Chrisme sur la cuve d'un sarcophage du VIe siècle

Fichier:Justinian mosaik ravenna.jpg

 On retrouve le chrisme, représenté sur le bouclier de la mosaïque Byzantine de la basilique Saint-Vital de Ravenne

 Fichier:Chrisme PARIS Saint François-Xavier.jpg

 Chrisme surplombant une chapelle de l'Eglise Saint-François-Xavier, Paris

 

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site