Suse Sin

 

Nanna ou Sîn sont

les noms les plus courants

du dieu mésopotamien de la Lune.

Il s'agit d'une des plus importantes divinités des panthéons du Proche-orient ancien.

Les Sumériens le nommaient entre autres Nanna ou Zu-en,

les Akkadiens, les Babyloniens et les Assyriens plus volontiers Sîn.

Son culte est réputé très ancien dans la ville d'Ur mais aussi à Harran.

Sous ses différents noms, il fut très tôt adoré dans la plupart des grands centres urbains mésopotamiens.

Dans la période où le pays de Sumer et toute la vallée de l'Euphrate furent sous la domination

de la cité d'Ur, entre - 2600 et -2400 environ,

Nanna en vint à être considéré comme le chef du panthéon sumérien.

On le vénérait alors comme le « Père des dieux » ou le « Créateur de toute chose ».

Le roi Nabonide (-556/-539), dernier monarque babylonien, était fils d'une prêtresse de Sîn ;

il avait une profonde foi en ce dieu et s'allia à son clergé face aux prêtres de Mardouk.

 

Vers -2150 Gudea de Lagash louait aussi le dieu Lune sous le nom de Zu-en,

étrangement écrit dingirEN.ZU, littéralement « Seigneur du Savoir »,

  sur le modèle de Enki et de Enlil.

  Dans un de ces jeux de mots purement graphiques courants dans l'écriture cunéiforme,

il lui accolait aussi l'épithète Enzi, EN.ZI : « Seigneur de la Vie ».

Les peuples de langue akkadienne (Babyloniens et Assyriens principalement),

prononçaient ce nom Sîn.


Le taureau

Comme tous les grands dieux mésopotamiens, le dieu-Lune est comparé à un taureau,

symbole de force, de fécondité,

mais surtout, en tant que « porteur des cornes puissantes », du croissant lunaire.

 

Sceau-cylindre de la période d'Uruk, représentant une « ronde » d'animaux mythologiques

Le sceau-cylindre apparaît pour la première fois à la période d'Uruk moyen, au milieu du IVe millénaire.

Le plus ancien exemple d'utilisation a été retrouvé à Sharafabad, dans l'Iran du sud-ouest.

Mais c'est à Uruk et à Suse qu'ont été retrouvés les plus anciens exemplaires.

Fichier:Iran bastan - 11.jpg

Sceau-cylindre proto-élamite représentant des animaux

Fichier:Cylinder seal Shamash Louvre AO9132.jpg

Sceau-cylindre représentant le culte rendu au dieu Shamash

 Fichier:Cylinder seal mythology Louvre AO30255.jpg

Sceau-cylindre néo-assyrien représentant le dieu Assur combattant un monstre

 

Suse ou Shushan dans la Bible (en élamite :Šušan) (en persan : شوش)

est une ancienne cité de la civilisation élamite, devenue au Ve siècle av. J.-C.

la capitale de l'Empire perse achéménide,

située dans le sud de l'actuel Iran à environ 140 km à l'est du fleuve Tigre.

 Elle ne présente plus aujourd'hui qu'un champ de ruines.

La petite ville iranienne de Shush qui se trouve à proximité, a pris sa continuité.

Suse a été fondée vers 4000 av. J.-C. sur un point de passage qui relie la vallée du Tigre au plateau iranien.

La ville est mentionnée dans la Bible.

C'est l'une des plus anciennes cités de la région ; elle a été occupée jusqu'au XIVe siècle,

soit une période de plus de 5000 ans.

C’est donc une ville très importante pour saisir l’histoire du Moyen-Orient au cours de ces millénaires.

 La ville de Suse I est divisée en deux centres :

un sur le tell de l'Acropole, et un autre sur le tell de l'Apadana

Homme-taureau protégeant un palmier. Panneau de briques moulées, terre cuite, période shutrukide. Trouvé sur le tell de l'Apadana, emplacement de l'ancien temple d'Inshushinak

Sous la Dynastie des Shutrukides (XIIe siècle), l'Élam atteint son apogée politique sous les

 

Poissons-chèvres, détail d'un bassin cultuel : personnification de l'abîme des eaux douces, domaine du dieu Ea. Calcaire, période médio-elamite.

 

Chapiteau d'une colonne de l'Apadana du palais de Darius, Musée du Louvre.

 

Suite !!

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site