Constellations modernes La Vierge Serpent Centre Dragon Centre Colombe de Noé

 COMMENTAIRES PERSONNELS: DOUBLECLIQUEZ AU MAXIMUM SUR L'IMAGE CI-APRES ET ANALYSEZ CORRECTEMENT CE QUI S'Y TROUVE, LE DRAGON AU CENTRE,AVEC TOUTES LES BETES, ET LA VIERGE AVEC SES AILES  QUI PORTE LA BRANCHE D'OLIVIER; ET DANS LE DEUXIEME CERCLE, LE SAGITAIRE QUI RENVERSE TOUTES LES BETES, Y COMPRIS L'AUTEL DU FEU, ET AU CENTRE VOUS VERREZ LE POISSON, SYMBOLE DU CHRISTIANNISME IXTHIS, ET LA COLOMBE DE NOE.

Constellations modernes

Carte céleste par Frederik de Wit (XVIIe siècle)

L'Almageste de Ptolémée passa dans les mains des astronomes arabes qui complétèrent ses observations, ajoutant quelques constellations qui ne sont plus utilisées actuellement, rallongeant certaines (comme l'Éridan) afin de mentionner des étoiles visibles depuis les latitudes plus australes que celle d'Alexandrie.

L'Almageste étant un ouvrage alors perdu en Europe, les astronomes occidentaux n'en obtinrent des copies que dans la dernière partie du Moyen Âge, à partir de traductions de l'arabe en latin, en même temps qu'un certain nombre d'observations des astronomes arabes.

À partir du XVIIe siècle, lorsque les pays européens partirent explorer les mers de l'hémisphère sud, ils découvrirent de nouvelles étoiles qui n'étaient mentionnées dans aucune constellation connue. Il fallut donc en inventer de nouvelles.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Planisph%C3%A6ri_c%C5%93leste.jpg

Fichier:Planisphæri cœleste.jpg

 

 

 

 

 

Le Sagitaire avec la couronne près de lui,  placé dans le milieu des deux cercles avec ses flèches et ses sabots renversent toutes les bêtes du deuxième cercle, alors que dans le premier, ils règnent avec tout le culte et les symboles de Mithra. Le Dragon est au milieu du premier cercle, et la vierge avec la branche d'olivier, symbole de Mithra, avec des ailes.

Dans le deuxième cercle, vous voyez toutes les bêtes renversées, l'autel du feu aussi, le taureau aussi, et au centre est le poisson, symbole chrétien, IXTHIS, et la colombe de noé.

COMMENTAIRES PERSONNELS : DOUBLECLIQUEZ AU MAXIMUM SUR CETTE IMAGE CI-DESSOUS, ET VOUS VERREZ ! LES BETES SONT TOUT AU-DESSUS, ET REGARDEZ BIEN SUR LA DROITE TOUT A DROITE, UNE FEMME COURONNEE. CE CHRIST EST CHAUSSE DE ROUGE.

 

Peinture sur un mur à l'extérieur représentant le jugement dernier. En style orthodoxe byzantin on y voit à gauche le paradis où on trouve des saints et en bas à gauche l'Arbre de la Vie et la Croix de Lorraine. Dans la partie droite on voit les enfers avec des démons et le feu qui descend dans les abysses de la terre. En haut il y a l'image contemplative du Christ tout-puissant qui regarde avec sagesse les deux mondes et à droite et à gauche du Christ, on voit les signes du zodiaque [
 
 
Fichier:Voronet last judgment.jpg
 
 
 
Voronet1 secureroot.jpg

 

 

 

Monastere Voronet.jpg

Le monastère de Voroneţ ((ro) Mănăstirea Voroneţ) est un monastère de Bucovine en Roumanie, se trouvant près de la ville de Gura Humorului. Il a été bâti sous l'ordre de Étienne III le Grand (Ştefan cel Mare) en 3 mois et 3 semaines, du 26 mai au 14 septembre 1488 suite à une victoire contre les Ottomans.

Architecture

L'église du monastère est de plan tréflé ; elle est composée d'un sanctuaire, d'une nef à absides latérales surmontée d'une coupole à tambour et d'un narthex voûté d'une calotte.

Peintures 

Les peintures intérieures datent de l'époque de la construction. Par contre, les peintures extérieures ont été ajoutées un siècle plus tard, entre 1534 et 1535, sous Pierre IV Rareş[2]. Le fond de la majeure partie des fresques est bleu, appelé bleu de Voroneţ à cause de sa teinte unique.

Sur la façade ouest est illustré le jugement dernier, sur la façade nord (la plus abîmée en raison de l'exposition aux vents et à la pluie), on reconnaît des scènes de la création du monde et sur la façade sud se trouve un arbre de Jessé.

Dans les fresques de Voroneţ, les portraits imaginaires des patriarches de l'église orthodoxe roumaine et slave sont représentés pour la première fois[3].

Ses peintures ont donné à l'église de Voroneţ le surnom de « Sixtine d'Orient ».

Fichier:Monastere Voronet.jpg

 

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Vorone%C5%A3

 

Zodiaque

Mosaïque du Ve siècle de la synagogue de Beth Alpha représentant les signes du zodiaque.

Le zodiaque est une zone circulaire de la sphère céleste, dont l'écliptique occupe le milieu et qui contient les douze constellations que le Soleil semble traverser en une année.

Le zodiaque est de nos jours divisé en treize constellations correspondant à douze signes. Le plus souvent, le grand public a entendu parler des signes astrologiques du zodiaque dans un contexte astrologique et non astronomique.

Étymologie

Le mot « zodiaque » vient du mot grec zodiakos [kyklos], « cercle de petits animaux », de zodiaion, diminutif de zoon : « animal ». Ce nom vient du fait que toutes les constellations du zodiaque (sauf la Balance, anciennement partie du Scorpion) figurent des créatures vivantes.

 L'écliptique traverse treize constellations dans le ciel, mais l'une d'entre elles, Ophiuchus (ou Serpentaire), ne fait pas partie du zodiaque traditionnel de l'astrologie. Celui-ci a été divisé au Ve siècle av. J.-C. en douze parties égales (une pour chaque mois de l'année) auxquelles on a donné le nom de l'astre le plus proche.

Les constellations présentes dans le zodiaque sont : le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer (ou Scarabée), le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, l'Ophiuchus (ou Serpentaire), le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons.

Signes du zodiaque

Le zodiaque a été divisé au Ve siècle av. J.-C. en douze parties égales

Influence de la symbolique zodiacale

Cette symbolique a été fréquemment et largement utilisée depuis l'époque gréco-romaine jusqu'à nos jours.

Dans certaines représentations de la France romane, on voit le Christ éclairant de son auréole, tel un soleil, entouré de douze animaux représentant ses apôtres.

Il y a aussi l'association traditionnelle des quatre évangélistes aux quatre signes fixes : Luc et le Taureau, Marc et le Lion, Jean et le Scorpion (représenté sous la forme transfigurée de l'aigle[3]) et Matthieu et le Verseau (sous la forme de l'ange[réf. nécessaire]). Selon J. Halbronn, le zodiaque a subi diverses corruptions et les attributions des dieux-planètes aux signes ne correspondent pas. Ainsi, les gémeaux évoquaient au départ un couple (dans les almanachs, et les livres d'heures le mois de mai représente un couple, voir les Très Riches Heures du Duc de Berry) ce qui correspond à Vénus et non à Mercure comme on peut le lire dans la Tétrabible de Ptolémée (IIe siècle de notre ère).

Suite !!

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site