Minoen - Les noms !!

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Civilisation_minoenne

L'exemplaire le plus important d'inscription hiéroglyphique crétoise

est le disque de Phaistos,

 

Disque de Phaistos (détails)

La plupart des fresques qui nous sont parvenues proviennent de Knossos ou de Théra.

Quelques unes proviennent d'Haghia Triada, Tylissos ou Amnissos.

 Très peu de fragments nous sont parvenus de Phaistos ou Malia.

Sceau de la période prépalatiale
Minoan seal.JPG
Différents sceaux provenant de Knosssos, de la période néopalatiale (-1450 environ)

L'usage des sceaux en Crète provient probablement de Babylone ou d'Égypte.

Dans la mythologie grecque, Pasiphaé (en grec ancien Πασιφάη / Pasipháê, « celle qui brille pour tous »,

une épithète classique de la déesse Lune),

fille d'Hélios et de Persé (ou de Crété selon Diodore), est l'épouse de Minos (roi de Crète).

Elle est surtout connue pour être la mère du Minotaure.

Diodore de Sicile (en grec ancien Διόδωρος / Diódôros) est un historien et chroniqueur grec du Ier siècle av. J.‑C.

né à Agyrium en Sicile au début de ce siècle.

Il est l'auteur de la Bibliothèque historique.

Biographie

Diodore de Sicile vécut du temps de Jules César et d'Auguste.

Après avoir visité les contrées d'Europe et d'Asie ainsi que l'Égypte, il s'établit à Rome.

Il laissa une œuvre considérable, l'une des plus riches d'informations sur l'Égypte antique, la Grèce antique et la Rome antique.

Il travailla pendant 30 ans à la Bibliothèque historique, qui couvre plus de mille ans d'histoire,

des temps mythologiques à Jules César.

Son œuvre, rédigée en grec, comprend 40 livres dont 15 subsistent aujourd'hui ;

elle est la première à aborder une histoire universelle.

On attribue parfois à Diodore de Sicile la liste des sept merveilles du monde, étant donnée sa description détaillée des jardins suspendus de Babylone au livre II de la Bibliothèque historique.

Moctezuma II

Moctezuma (1466 - Juin 1520), dont le nom s’écrit également selon certaines variantes orthographiques, Montezuma, Moteuczoma , Motecuhzoma et qui figure dans les premiers textes en Nahuatl sous son nom complet Motecuhzoma Xocoyotzin[1] comportant diverses variantes, était le neuvième Tlatoani ou roi de Tenochtitlan qui régna de 1502 à 1520.

C’est pendant le règne de Moctezuma qu’a commencé la conquête espagnole de l'empire aztèque.

La représentation de Moctezuma dans l'histoire a surtout été influencée par son rôle de roi d'une nation vaincue,

et de nombreuses sources le décrivent comme velléitaire et indécis.

Le parti pris de certaines sources historiques fait qu’il est difficile de comprendre sa conduite lors de l'invasion espagnole[2].

Pendant son règne, l'empire aztèque a atteint son apogée.

  Grâce à la guerre, Moctezuma II a agrandi son territoire vers le sud jusqu’à Soconusco au Chiapas et l’Isthme de Tehuantepec,

et englobé sous son hégémonie la civilisation Zapotèques et le peuple Yopi [3].

Il a changé l'ancien système de hiérarchie sociale méritocratique

et creusé le fossé entre les pipiltin (nobles) et les macehualtin (roturiers)

en interdisant à ces derniers de travailler dans les palais royaux [3].

La célèbre pierre de Tizoc, un Cuauhxicalli (pierre sacrificielle) décoré de sculptures représentant Tizoc,

le prédécesseur de Moctezuma en tant que tlatoani, aurait également été réalisé au cours de son règne[4]..

Il a eu huit filles, dont Tecuichpo, également connue sous le nom de Doña Isabel de Moctezuma

 et onze fils, parmi lesquels Chimalpopoca (à ne pas confondre avec Chimalpopoca, un huey tlatoani précédent)

et Tlaltecatzin[5].

 

Moctezuma II
Motecuhzoma Xocoyotl
Moctezuma II.jpg
Moctezuma II illustration du Codex Mendoza

 

Nom

La prononciation de son nom en langue nahuatl est [motekʷˈsoːma].

C’est un mot composé qui associe un terme signifiant seigneur et puissant à tout jamais

et un verbe signifiant froncer les sourcils de colère,

et est interprété comme il est celui qui fronce les sourcils comme un seigneur[6] or he who is angry in a noble manner.[7]

Le glyphe de son nom, dans le coin supérieur gauche de l'illustration tirée du codex Mendoza ci-dessus,

était composé d'un diadème (xiuhuitzolli) posé sur des cheveux raides

avec un ornement d’oreille associé à une pièce nasale séparée

et une « bulle » contenant la transcription de ses paroles[8].

 Fichier:Motecuzoma Xocoyotzin.jpeg

 

Moctezuma II, représentation tirée de l’Historia de la conquista de México d’ Antonio Solis

 

 

Bernal Díaz del Castillo

Le récit de première main de Bernal Díaz del Castillo,

Histoire véridique de la conquête de la Nouvelle-Espagne

dresse le portrait d'un noble roi qui lutte pour maintenir l'ordre dans son royaume après qu’il eut été fait prisonnier par Cortés.

Dans sa première description de Moctezuma, Díaz del Castillo écrit :

 

Bernardino de Sahagún

Portraits et Vies des Hommes Illustres, 1584

Le codex de Florence, rédigé par Bernardino de Sahagún et ses collaborateurs indigènes de Tenochtitlan – et de Tlatelolco,

sa ville vassale présentaient généralement Tlatelolco et les dirigeants Tlatelolcans sous un jour favorable

par rapport à ceux de Tenochtitlan, et Moctezuma, en particulier y est critiqué,

comme étant un souverain velléitaire, superstitieux, et laxiste[12] 

 

Fernando Alvarado Tezozómoc

Fernando Alvarado Tezozómoc qui a écrit la Crónica Mexicayotl, était un petit-fils de Moctezuma II

et sa chronique concerne essentiellement la généalogie des souverains aztèques.

Il décrit la descendance de Moctezuma et révèle que Moctezuma avait dix-neuf enfants - onze fils et huit filles[19].

 

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×