Ambassade Jonathas Rome Sparte - Les démons miment la loi de Yahweh ! NI VENDRE NI ACHETER !! USTENSILES DU TEMPLE MULTIPLIES !!

Bible Crampon

1er Livre des Machabées

12: 1 Jonathas, voyant que les circonstances tournaient à son avantage, choisit des hommes

et les envoya à Rome pour confirmer et renouveler l'amitié (des Juifs) avec (les Romains).

Il envoya aussi aux Spartiates et en d'autres lieux des lettres à la même fin.

Ils se rendirent donc à Rome, entrèrent dans le sénat et dirent :

"Jonathas, grand prêtre, et la nation des Juifs nous ont envoyés pour renouveler l'amitié et l'alliance avec eux, telles qu'elles existaient auparavant".

Et (le sénat) leur remit une lettre pour les (autorités romaines) de chaque lieu, recommandant de les acheminer pacifiquement vers le pays de Juda.

Voici la copie de la lettre que Jonathas écrivit aux Spartiates :

"Jonathas, grand prêtre, le sénat de la nation, les prêtres et le reste du peuple juif, aux Spartiates leurs frères, salut !

Déjà, antérieurement, une lettre a été envoyée à Onias, grand prêtre, de la part d'Aréius qui régnait chez vous,

(attestant) que vous êtes nos frèrescomme le porte cette copie.

Onias accueillit avec honneur l'homme qui était envoyé, et accepta la lettre où il était clairement parlé d'alliance et d'amitié.

Nous donc, quoique nous n'ayons pas besoin de ces choses,

puisque nous avons

POUR CONSOLATION LES SAINTS LIVRES

QUI SONT ENTRE NOS MAINS,

nous avons essayé d'envoyer vers vous pour renouveler avec vous fraternité et amitié, afin que nous ne vous devenions pas étrangers; car de nombreuses années se sont écoulées depuis que vous avez envoyé vers nous.

Nous donc, en tout temps, nous nous souvenons constamment de vous,

et dans NOS SOLENNITES ET AUX AUTRES JOURS SACRES,

DANS LES SACRIFICES QUE NOUS OFFRONS ET DANS NOS PRIERES,

COMME IL EST NECESSAIRE ET CONVENABLE DE SE SOUVENIR DE SES FRERES.

NOUS NOUS REJOUISSONS DE VOTRE GRANDEUR.

Mais nous, nombreuses sont les tribulations et les guerres qui nous pressent; les rois qui nous entourent nous font la guerre.

Nous n'avons pas voulu, à l'occasion de ces guerres, importuner soit vous, soit nos autres alliés et amis.

Car NOUS AVONS LE SECOURS DU CIEL POUR NOUS SECOURIR,

ET NOUS AVONS ETE DELIVRES DE NOS ENNEMIS, ET NOS ENNEMIS ONT ETE ABAISSES.

C'est pourquoi nous avons choisi Numénius, fils d'Antiochus et Antipater, fils de Jason,

et nous les avons envoyés vers les Romain pour renouveler avec eux l'amitié et l'alliance antérieure.

 Nous leur avons donc enjoint d'aller aussi vers vous, de vous saluer et de vous apporter notre lettre

concernant le renouvellement de notre (alliance) et notre fraternité. Et maintenant vous ferez bien de nous répondre à ce sujet".

Voici la copie de la lettre qu'on avait envoyée à Onias :

"Aréius, roi des Spartiates, au grand prêtre Onias, salut !

Il a été trouvé dans un écrit sur les Spartiates et les Juifs que ces deux peuples sont frères,

et qu'ils sont de la race d'Abraham.

Maintenant que nous savons cela, vous ferez bien de nous écrire si vous êtes en paix. Nous aussi, à notre tour, nous vous écrirons.

Vons troupeaux et vos biens sont à nous, et les nôtres sont à vous. - Nous enjoignons qu'on vous fasse des déclarations en ce sens".

Expéditions de Jonathas et de Simon 12: 24

Ayant été informé que les généraux de Démétrius étaient revenus pour lui faire la guerre avec une armée plus considérable qu'auparavant, Jonathas partit de Jérusalem et marcha à leur rencontre jusqu'au pays d'Hamath, car il ne leur laissa pas le temps d'entrer dans son pays. Il envoya des espions dans leur camp, et à leur retour, ils lui rapportèrent qu'ils avaient résolu de le surprendre pendant la nuit. Au coucher du soleil, Jonathas commanda aux siens de veiller et de se tenir en armes toute la nuit, prêts à combattre, et il détacha des avant-postes tout autour du camp. Mais les ennemis, ayant appris que Jonathas et les siens se tenaient prêts  à combattre, furent saisis de crainte et d'épouvante dans leur coeur; ils allumèrent des feux dans leur camp et s'enfuirent.

Jonathas et les siens ne s'en aperçurent que le matin, car ils voyaient des feux allumés.

Alors Jonathas se mit à leur poursuite, mais il ne les atteignit pas, car ils avaient traversé le fleuve Eleuthère.

Alors Jonathas se tourna vers les Arabes appelés Zabadéens; il les battit et s'empara de leurs dépouilles. De là il alla à Damas et parcourut toute la contrée.

Simon, de son côté, s'étant mis en marche, s'avança jusqu'à Ascalon et jusqu'aux forteresses voisines; puis il se tourna vers Joppé et s'en saisit, parce qu'il avait appris que la population avait le dessein de livrer la forteresse aux gens de Démétrius, et il y mit une garnison pour la garder.

A son retour (à Jérusalem), Jonathas convoqua l'assemblée des anciens du peuple et résolut avec eux de construire des forteresses en Judée. D'exhausser les murailles de Jérusalem et de bâtir un mur élevé entre la citadelle et la ville, afin de séparer l'une de l'autre,

de manière que la citadelle fût isolée et qu'on n'y pût NI VENDRE NI ACHETER.

Comme on s'assemblait pour construire la ville, il tomba une partie du mur (qui s'élevait au-dessus) du torrent vers l'orient, et l'on dressa celui qui se nomme CAPHENATA. Simon, de son côté, bâtit HADIDA, dans la Séphéla, il la fortifia et il y mit des portes et des verrous.

Trahi par Tryphon. Jonathas est pris a Ptolémaïs.

Cependant Tryphon aspirait à devenir roi d'Asie, à CEINDRE LE DIADEME ET A METTRE LA MAIN SUR LE ROI ANTIOCHUS.

Craignant que Jonathas ne le laissât pas faire et ne combattît plus pour lui, il cherchait le moyen de se saisir de sa personne et de le mettre à mort. S'étant donc mis en route, il vint à Betsan. Jonathas s'avança à sa rencontre avec quarante mille hommes, guerriers d'élite, et il marcha sur Betsan.

Voyant que (Jonathas) étati venu avec une armée nombreuse, Tryphon craignit de mettre la main sur lui. Il le reçut avec honneur, le recommanda à tous ses amis, lui offrît  des présents et ordonna à ses amis et à ses troupes de lui obéir comme à lui-même.

Et il dit à Jonathas : "Pourquoi as-tu fatigué tout ce peuple, puisqu'il n'y a pas de guerre entre nous?

Renvoie-les donc chez eux, mais choisis-en quelques-uns pour t'accompagner et viens avec moi à Ptolémaïs; je te livrerai cette  ville, ainsi que les autres forteresses, les autres troupes et tous les chefs des administrations, puis je m'en retournerai; car c'est pour cela que je suis venu".

(Jonathas) le crut et fit comme il avait dit ; il renvoya son armée, qui s'en retrouna en Judée. Il garda avec lui trois mille hommes, dont il laissa deux mille en Galilée, et mile seulement l'accompagnèrent. Mais dès que Jonathas fut entré à Ptolémaïs, les habitants fermèrent les portes (de la ville, se saisirent de lui et tuèrent par l'épée tous ceux qui étaient entrés avec lui.

En même temps Tryphon envoya une armée et des cavaliers en Galilée et dans la grande plaine, pour exterminer tous  les hommes de Jonathas. Mais ceux-ci, ayant entendu dire que (Jonathas) avait été pris et avait péri avec ceux qui l'accompagnaient, s'encouragèrent mutuellement et se mirent en marche, les rangs serrés, prêts à combattre. Ceux qui (les) poursuivaient, voyant qu'ils étaient résolus à défendre leur vie, s'en retournèrent; et eux rentrèrent tous pacifiquement dans dans le pays de Juda. Ils pleurèrent Jonathas et ses compagnons, et une grande crainte s'empara d'eux, et tout Israël mena grand deuil.

Alors toutes les nations d'alentour cherchèrent à les anéantir, car elles disaient : "Ils n'ont plus ni chef ni soutien; attaquons-les donc maintenant , et faisons disparaître leur mémoire d'entre les hommes".

Quatrième partie

Simon Grand Prêtre et Ethnarque des Juifs 13: 1

Simon apprit Qne Tryphon assemblait une armée considérable pour envahir le pays de Juda et l'écraser. Voyant que le peuple était dans la crainte et l'épouvante, il monta à Jérusalem et réunit le peuple. Il les exhorta en disant : "Vous savez tout ce que mes frères et moi avons fait pour les lois et le sanctuaire, les combats et les détresses que nous avons soutenus.

C'est pour cela que tous mes frères sont morts pour Israël, moi restant tout seul. Et maintenant, à Elohim ne plaise que j'épargne ma vie en aucun temps de tribulation, car je ne suis pas meilleur que mes frères !

Au contraire, je serai le vengeur de mon peuple, du sanctuaire, de nos femmes et de nos enfants, car toutes les nations se sont unies pour nous écraser par haine".

L'esprit du peuple se ranima en entendant ces paroles : ils répondirent d'une voix puissante :

"Tu es notre chef, à la place de Judas et de Jonathas, ton frère. Guerroie notre guerre, et tout ce que tu nous diras, nous le ferons".

alors Simon rassembla tous les hommes de guerre; il se hâta de terminer les murailles de Jérusalem et la fortifia avec des forces considérables, Jonathan, fils d'Absalom, en ayant expulsé la garnison, demeura dans cette ville.

Simon refoule Tryphon hors de la Judée  13: 12

Tryphon partit de Ptolémaïs avec une nombreuse armée pour envahir le pays de Juda, emmenant avec lui son camp à Hadida, en face de la plaine. Lorsque Tryphon sut que Simon avait pris le commandement à la place de Jonathas son frère et qu'il allait lui livrer bataille, il lui envoya des messagers pour lui dire :

"C'est pour l'argent que ton frère Jonathas doit au trésor royal, à raison des charges qu'il remplissait, que nous le retenons. Envoie donc cent talents d'argent et deux de ses fils en otage, afin que, une fois relâché, il ne nous fasse pas défection, et nous lui rendrons la liberté".

Simon comprit que les paroles qu'on lui adressait étaient une ruse; néanmoins il envoya l'argent et les jeunes enfants, pour ne pas attirer sur lui, une grande haine de la part du peuple, pour qu'on ne dise pas : "C'est parce que (Simon) ne lui a pas envoyé l'argent et les enfants que (Jonathas) a péri". Il envoya donc les enfants et les cent talents d'argent; mais (Tryphon), démentant sa parole, ne relâcha pas Jonathas.

Ensuite Tryphon s'avança pour entrer dans le pays et l'écraser; faisant un détour, il prit le chemin d'Adora; mais Simon et son armée se dressaient contre lui partout où il allait. Ceix qui étaient dans la citadelle (de Jérusalem) envoyèrent des messagers à Tryphon, le pressant de venir vers eux par le désert et de leur envoyer des vivres.

Tryphon disposa toute sa cavalerie pour y aller; mais cette nuit-là il tomba une neige très abondante, et il n'y alla pas à cause de la neige; il partit et alla en GAlaad. Lorsqu'il fut proche de Bascama, il tua Jonathas, et celui-ci fut enterré en cet endroit. Entsuite Tryphon s'en retourna et revint dans son pays.

Jonathas est enseveli à Modin 13 : 25

Simon envoya recueillr les ossements de son frère Jonathas, et il les ensevelit à Modin, la ville de ses pères.

Tout Israël se lamenta sur lui d'une grande lamentation, et ils gardèrent son deuil pendant un grand nombre de jours.

Sur le sépulcre de son père et de ses frères, Simon éleva une CONSTRUCTION HAUTE ET TRES APPARENTE EN PIERRES POLIES

PAR DEVANT ET PAR DERRIERE. ET IL DRESSA SEPT PYRAMIDES, SE FAISANT FACE L'UNE A L'AUTRE,

POUR SON PERE, POUR SA MERE ET POUR SES QUATRES FRERES.

IL IMAGINA DE LES ENTOURER DE HAUTES COLONNES SURMONTEES DE PANOPLIES EN SOUVENIR ETERNEL;

ET A CÔTE DES PANOPLIES, IL PLACA DES NAVIRES SCULPTES POUR ÊTRE VUS  DE TOUS CEUX QUI NAVIGUENT SUR LA MER.

 TEL EST LE TOMBEAU QUE SIMON FIT ERIGER A MODIN, (et qui subsiste) jusqu'à ce jour.

 Démétrius II reconnaît Simon et accorde aux Juifs de nouveaux droits

13: 31 Tryphon, usant aussi de ruse à l'égard du jeune  roi Antiochus, le tua. Il régna à sa place et CEIGNIT LE DIADEME D'ASIE,

et ce FUT CAUSE DE GRANDS MAUX POUR LE PAYS.

Simon construisit les forteresses de la Judée, les garnissant de hautes tours, de murailles élevées, de portes et de verrous, et il y mit des vivres.

Simon choisit des hommes et les envoya vers le roi Démétrius pour qu'il accordât rémission à la Judée, car toute l'activité de Tryphon était  rapines.

Le roi Démétrius lui fit répondre suivant le sujet de ces paroles, et lui écrivit cette lettre :

"Le roi Démétrius à Simon, grand prêtre et ami des rois, aux anciens et à la nation des Juifs, salut !

Nous avons reçu LA COURONNE D'OR ET LA PALME QUE VOUS AVEZ ENVOYEES,

ET NOUS SOMMES DISPOSES A FAIRE AVEC VOUS UNE PAIX COMPLETE ET à écrire aux fonctionnaires de vous remttre des rémissions.

Tout ce que nous avons décidé à votre égard est décidé; que les forteresses que vous avez bâties soient à vous.

Nous vous faisons remise des manquements commis par inadvertance ou volontairemnt jusqu'à ce jour,

ainsi QUE LA COURONNE QUE VOUS DEVIEZ; et, s'il était perçu quelque autre impôt à Jérusalem, qu'il soit plus perçu.

Si quelques-uns d'entre vous sont aptes à s'enrôler dans nos troupes, qu'il s'y enrôlent, et que la paix règene entre nous".

Bas de pae Bible Crampon La palme ou branche de palmier (évidemment d'or) était un symbole de la victoire et une allusion délicate au surnom de Nicanor que portait le roi.

 L'ère de Simon, prise de Gaza et de la Citadelle du Temple, Jean, fils de Simon, général en chef. 13: 41

En l'an cent soixante-dix, le joug des nations fut ôté d'Israël. ET le peuple d'Israël commença à écrire sur les documents et les contrats :

"En la PREMIERE ANNéE DE SIMON, GRAND SOUVERAIN PRÊTRE, GENERAL ET CHEF DES JUIFS".

En ces jours-là, Simon mit son camp devant Gaza, qu'il fit inverstir par ses troupes; il construisit une hélépole et l'amena contre la ville; il en battit une des tours et s'en rendit maître. Ceux qui étaient dans l'hélépole sautèrent dans la ville, ce qui causa une grande agitation. Les habitants, avec leurs femmes et leurs enfants, montèrent sur les murailles, les vêtements déchirés, poussant de grands cris et demandant à Simon de prendre leurs mains droites :

" Ne nous traite pas, disaient-ils, selon notre méchanceté, mais selon ta miséricorde"!

Simon se laissa fléchir par eux et ne les combattit plus; mais il bannit les habitants de la ville,

PURIFIA LES MAISONS OU IL Y AVAIT DES IDOLES et fit son entrée au chant des hymnes de louanges et d'actions de grâces.

  Après avoir ôté de la ville toute impureté, il y établit des hommes qui observeraient la loi; puis il la fortifia et s'y construisit une habitation.

Cependant ceux qui étaient dans la citadelle de Jérusalem, empêchés d'aller et venir dans le pays,

AINSI QUE D'ACHETER OU DE VENDRE, SOUFFRAIENT BEAUCOUP DE LA FAMINE,

ET UN GRAND NOMBRE MOURURENT DE FAIM.

  Ils demandèrent à grans cris à simon d'accepter leurs droites, ce qu'il leur accorda; mais il les chassa de là et purifia la citadelle de ses souillures.

Il y fit son entrée le vingt-troisième jour du second mois de l'an cent soixante et onze,

avec des CHANTS DE LOUANGE, DES RAMEAUX DE PALMIERS, DES CITHARES, des CYMBALES, DES HARPES,

DES HYMNES ET DES CANTIQUES, PARCE QU'un grand ennemi d'Israël était extirpé. Il établit qu'on célébrerait chaque année ce jour avec allégresse;

il fortifia la montagne du temple, en face de la citadelle, et il demeura là, lui et les siens.

Puis Simon voyant que son fils Jean était arrivé à l'âge d'homme, il lui donna le commandement de toutes les troupes, avec Gazara pour résidence.

Eloge de Simon; conquêtes et prospérité. 14: 1

L'an cent soixante-douze, le roi Démétrius assembla ses armées et s'en alla en Médie, pour en tirer des renforts afin de combattre Tryphon.

Arsace, roi de Perse et de Médie, ayant appris que Démétrius était entré sur son territoire, envoya un de ses généraux pour le prendre vivant. (Celui-ci) se mit en marche, et, ayant battu l'armée de Démétrius, ils s'empara de sa personne et l'amena à Arsace, qui le mit en prison.

Le pays de Juda fut en repos durant tous les juours de Simon. Il chercha le bien de son peuple, et son gouvernement et sa gloire plurent au peuple durant tous ces jours. Entre AUTRES TITRES DE GLOIRE, IL PRIT JOPPE POUR EN FAIRE UN PORT QUI LE MIT EN RELATION AVEC LES ÎLES DE LA MER.

Il agrandit le territoire de sa nation et fut maître du pays. Il ramena un grand nombre de (Juifs) prisonniers; il s'empara de Gazara, de Bethsour et de la citadelle, de laquelle il ôta les souillures, et il n'y avait personne qui s'opposât à lui. Chacun cultivait en paix sa terre; la terre donnait ses produits et les arbres des champs leurs fruits. Les vieillards, assis sur les places publiques, avaient tous pour commun sujet de leurs entretiens le bonheur, et les jeunes gens revêtaient comme un ornement les habits de guerrre. Simon approvisionnait de vivres les villes et les pourvoyait de tous les moyens de fortification:

au point que son nom glorieux était renommé jusqu'aux extrémités de la terre.

Il fit régner la paix dans le pays, et Israël se réjouit d'une grande joie.

Chacun était assis sous sa vigne et sous son figuier, et personne ne leur inspirait de crainte. On cessa de les combattre dans le pays; lers rois (ennemis) furent écrasés en ces jours-là. Il donna son appui à tous les petits de son peuple;

il se montra zélé pour la loi et fit disparaître tous les impies et les méchants.

Il  REHAUSSA L'ECLAT ET MULTIPLIA LES USTENSILES DU SANCTUAIRE.

Renouvellement de l'Alliance avec Sparte et Rome 14: 16

 Quand ils apprirent à Rome et à Sparte la mort de Jonathas, ils en furent très affligés.

Mais lorqu'on apprit que Simon, son frère, était devenu grand prêtre à sa place et qu'il tenait tout le pays,

ainsi que toutes les villes qui s'y trouvent, ils lui écrivirent sur des tabees d'airain pour renouveler avec lui l'alliance et l'amitié qu'ils avaient accordées à Judas et Jonathas, ses frères.

(Les lettres) furent lues en présence de toute l'assemblée à Jérusalem, et voici la copie de celle que LES SPARTIATES ENVOYERENT :

"Les archontes des Spartiates et la cité à Simon, GRAND PRÊTRE, AUX ANCIENS, AUX PRÊTRES

ET AU RESTE DU PEUPLE DES JUIFS, LEURS FRERES, SALUT !

Les ambassadeurs qui ont été envoyés à notre peuple nous ont donné des nouvelles de la gloire et de l'éclat dont vous jouissez, et nous nous sommes réjouis de leur arrivée. Et nous avons inscrit dans les délibérations publiques ce qui a été dit par eux, savoir : Numénius, fils d'Antiochus, et Antipater, fils de Jason, ambassadeurs des Juifs, sont venus vers nous pour RENOUVELER L'AMITIE (DES JUIFS) AVEC NOUS.

Et il a plu au peuple de recevoir ces hommes avec honneur et de déposer LA COPIE DE LEURS DISCOURS AUX ARCHIVES PUBLIQUES, POUR QUE LE PEUPLE DE SPARTE EN CONSERVE MEMOIRE". - Et ils écrivirent cette copie pour Simon LE GRAND PRÊTRE.

Après cela, Simon ENVOYA A ROME NUMENIUS, AVEC UN GRAND BOUCLIER D'OR DU POIDS DE MILLE MINES,

POUR ETABLIR L'ALLIANCE AVEC EUX.

Inscription en l'honneur de Simon 14: 25

Quand le peuple eut appris ces choses, il dit : "Quel témoignage de reconnaissance donnerons-nous à Simon et à ses fils?

Car il a été (notre) soutien, lui, ses frères et la maison de son père; par (leurs) combats ils ont bouté hors d'Israël ses ennemis et lui ont assuré la liberté".

Ils gravèrent ces choses sur des tables d'airain, qu'ils fixèrent sur DES COLONNES SUR LE MONT SION. En voici la copie :

"Le dix-huitième jour du mois d'Eloul, l'an cent soixante-douze, la troisième année de Simon, grand SOUVERAIN PRÊTRE, DANS SARAMEL,

EN LA GRANDE ASSEMBLEE DES PRÊTRES ET DU PEUPLE, DES PRINCES DE LA NATION ET DES ANCIENS DU PAYS, on nous a fait savoir :

"Dans les nombreux combats qui éprouvèrent notre pays, Simon, fils de Mathathias, d'entre les descendtans de Iarib, et ses frères se sont exposés au danger et ont résisté aux ennemis de leur nation,

AFIN DE MAINTENIR SON SANCTUAIRE, ainsi QUE LA LOI, et ils ont glorifié leur NATION D'UNE GRANDE GLOIRE.

Jonathas rassembla sa nation et DEVINT SON GRAND PRÊTRE; puis il fut réuni à son peuple. Leurs ennemis voulurent envahir leur pays pour le dévaster et étendre LA MAIN SUR LE SANCTUAIRE.

Alors Simon se dressa et combattit pour sa nation, il dépensa beaucoup de ses richesses, fournit des armes aux hommes composant l'armée de sa nation et leur donna une solde. Il fortifia les villes de Judée, ainsi que Behtsour, située à la frontière, où se trouvaient auparavant les armes des ennemis, et il y mit une garnison juive. Il fortifia Joppé, située sur la mer, et Gazara sur la frontière d'Azot, habitée autrefois par les ennemis, et il y établit des Juifs, et il y mit toutes les choses nécessaires à leur bien-être.

Le peuple vit la fidéléité de Simon et la gloire q'uil se proposait de donner à sa nation, et ils le constituèrent leur chef et GRAND PRÊTRE,  à cause de toute cette activité, et de la justice et de la fidélité qu'il garda envers sa nation, et parce qu'il travailla de toute manière à élever son peuple.

"Pendantt qu'il vécut, (tout) prospéra entre ses mains, au point que les nations furent expulséees du pays des Juifs, ainsi que ceux qui étaient DANS LA CITE DE DAVID A JERUSALEM, losquels s'étaient construit une citadelle d'où ils faisaient des sorties,

souillant les ALENTOURS DU SANCTUAIRE ET EN PERVERTISSANT GRANDEMENT LA SAINTETE.

Il y établit des Juifs et la fortifia pour la sécurité du pays et de la ville, et il exhaussa les murailles de Jérusalem.

Le roi Démétrius lui reconnut DANS CES CONDITIONS LE SOUVERAIN PONTIFICAT;

il le mit au NOMBRE DE SES AMIS ET L'HONORA DES PLUS GRANDS HONNEURS.

Car il avait appris que les Romains appelaient les Juifs amis et alliés et frères, et qu'ils avaient reçu avec honneur les envoyés de Simon.

"Les Juifs et les prêtres ont décidé que Simon serait chef et GRAND PRÊTRE POUR TOUJOURS,

JUSQU'A CE QUE SURGISSE UN PROPHETE DIGNE DE FOI;

Qu'il serait leur général; QU'IL AURAIT LE SOIN DU SANCTUAIRE; QU'IL ETABLIRAIT LES (officiers)  CHARGES D'ADMINISTRER LES TRAVAUX PUBLICS,

le teritoire, les armes et les forteresses; QU'IL AURAIT SOIN DU SANCTUAIRE; QU'IL SERAIT OBEI DE TOUS;

QUE TOUS LES DOCUMENTS DANS LE PAYS PORTERAIENT SON NOM,

ET QU'ILS SERAIT REVÊTU DE POURPRE ET D'OR. Il ne sera permis à personne du peuple

ou D'ENTRE LES PRÊTRES DE S'OPPOSER A AUCUN DE CES POINTS,

DE CONTREDIRE AUCUN ORDRE DONNE PAR LUI ,

D'ASSEMBLER SANS SA PERMISSION AUCUNE ASSEMBLEE DANS LE PAYS,

DE SE VÊTIR DE POURPRE OU  D'UNE AGRAFE D'OR.

Quiconque agira contrairement à ce décret, ou en violera quelque article, SERA PASSIBLE D'UN CHÂTIMENT.

"Il a plu au peuple tout entier de confier à Simon le pouvoir d'agir selon ce décret.

Simon accepta; il voulut bien remplir les fonctions de GRAND PRÊTRE, chef des armées et ethnarque des Juifs et des Prêtres,

et EXERCER LE COMMANDEMENT SUPRÊME".

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site