Sumer

 

Taureaudte.jpg

Nanna ou Sîn sont les noms les plus courants du dieu mésopotamien de la Lune. Il s'agit d'une des plus importantes divinités des panthéons du Proche-orient ancien. Les Sumériens le nommaient entre autres Nanna ou Zu-en, les Akkadiens, les Babyloniens et les Assyriens plus volontiers Sîn. Son culte est réputé très ancien dans la ville d'Ur mais aussi à Harran. Sous ses différents noms, il fut très tôt adoré dans la plupart des grands centres urbains mésopotamiens. Dans la période où le pays de Sumer et toute la vallée de l'Euphrate furent sous la domination de la cité d'Ur, entre - 2600 et -2400 environ, Nanna en vint à être considéré comme le chef du panthéon sumérien. On le vénérait alors comme le « Père des dieux » ou le « Créateur de toute chose ».

Le roi Nabonide (-556/-539), dernier monarque babylonien, était fils d'une prêtresse de Sîn ; il avait une profonde foi en ce dieu et s'allia à son clergé face aux prêtres de Mardouk.

Sîn

Vers -2150 Gudea de Lagash louait aussi le dieu Lune sous le nom de Zu-en, étrangement écrit dingirEN.ZU, littéralement « Seigneur du Savoir », sur le modèle de Enki et de Enlil. Dans un de ces jeux de mots purement graphiques courants dans l'écriture cunéiforme, il lui accolait aussi l'épithète Enzi, EN.ZI : « Seigneur de la Vie ».

Les peuples de langue akkadienne (Babyloniens et Assyriens principalement), prononçaient ce nom Sîn.

Iconographie et symboles[modifier]

Sur les images des sceaux-cylindres, le dieu Lune est representé comme un vieil homme pourvu d'une longue barbe. Il pouvait être ailleurs montré chevauchant un taureau ailé, ou naviguant sur une barque céleste. Ses symboles sont le croissant de lune, le taureau et le trépied (peut-être un support de lampe).

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Sceaux-cylindres

Sceau-cylindre de la période d'Uruk, représentant une « ronde » d'animaux mythologiques

 Fichier:Cylinder seal mythology Louvre AO30255.jpg

Sceau-cylindre représentant le culte rendu au dieu Shamash
  • les scènes représentant des divinités, dans des contextes rituels (scènes d'offrandes

 Fichier:Iran bastan - 11.jpg

 

 

Sceau-cylindre proto-élamite représentant des animaux
  • les animaux sont souvent représentés sur des sceaux-cylindres, qu'ils soient réels ou imaginaires ; ils sont très courants à la période d'Uruk, notamment dans des contextes profanes, et également à la période proto-élamite, où on représente des animaux ayant des activités humaines ; pour les autres périodes, se sont avant tout des scènes de combats entre héros et animaux qui offrent des représentations de ces derniers.

 

 

Lee Lawrie, Nabû (1939). Bibliothèque du Congrès, John Adams Building, Washington, D.C.

Fichier:Rawlinson's Nebo.png 

 

 Dessin d'une statue au British Museum

 

 

 Image illustrative de l'article Horus

 Horus

Rê-Horakhty

 

Amon est l’une des principales divinités du panthéon égyptien et du panthéon berbère, dieu de Thèbes. Son nom Imen[1], « le Caché » ou « l’Inconnaissable », traduit l’impossibilité de connaître sa « vraie » forme, car il se révèle sous de nombreux aspects. Il est Imen achâ renou, « Amon aux noms multiples »[2].

Avec sa parèdre Amemet, il fait partie des entités divines de l'Ogdoade d'Hermopolis.

 Image illustrative de l'article Amon
Amon

projets correspondants.
Disque solaire sur la tête de la vache céleste Hathor
Khonsou coiffé du disque lunaire

Le disque solaire est un objet symbolique de la mythologie égyptienne. Le plus souvent, il symbolise le soleil, mais peut également faire allusion à la lune ; on parle alors de disque lunaire.

Il peut comporter des ailes de chaque côté (disque solaire ailé), ou porter un uraeus au centre (disque solaire à uraeus).

est le dieu du disque solaire. Il est souvent représenté avec une tête de faucon sur laquelle est posé le disque solaire protégé par le cobra dressé.

Nombreuses sont les divinités égyptiennes portant ce disque solaire, en particulier la vache céleste Hathor et le scarabée Khépri‎.

Aton, sous le règne d'Akhénaton, est représenté sous la forme d'un disque solaire, dont les rayons terminés par des mains, tendent la clef de vie Ânkh.

 

 Fichier:Amun and Mut.svg

 

  Il est alors associé à , dieu Soleil d’Héliopolis, et devient le dieu cosmique Amon-Rê, « l’éternel, le seigneur de Karnak, créateur de ce qui existe, maître de tout, établi durablement en toutes choses[7] ». Il est dit aussi que « Les dieux se prosternent à ses pieds tels des chiens quand ils reconnaissent la présence de leur seigneur »[8].

C'est à l'époque archaïque grecque que l'Amon égyptien est assimilé à la divinité grecque Zeus. Ce sont les Cyrénéens qui le feront connaître au monde grec en tant que Ammon-Zeus. Son sanctuaire oraculaire à l'oasis de Siwa, est le troisième en importance après Delphes (consacré à Apollon) et Dodone (consacré à Zeus). Alexandre le Grand s'y fit proclamer fils d'Ammon-Zeus en -331.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amon

 

 

Suite !!

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site