Judas fait alliance Romains

 

1er Livre des Machabées chapitre 6: 48

Eupator assiège Jérusalem, puis accorde la paix aux Juifs, mais démantèle les remparts.

Cependant, pour les atteindre, les gens de l'armée du roi montèrent vers Jérusalem, et le roi établit son camp contre la Judée et contre le mont Sion.

Il fit la paix avec ceux qui étaient à Bethsour, et ceux-ci sortirent de la ville, parce qu'il n'y avait pas là de vivres pour soutenir le siège de la place,

car c'était l'année du repos pour le pays.

Le roi s'empara de Bethsour, et il y laissa une garnison pour la garder. Il établit son camp DEVANT LE SANCTUAIRE, pendant beaucoup de jours, et il y dressa des engins à balistes, des machines de guerre, des appareils pour lancer des traits enflammés et des pierres, des scorpions pour lancer des flèches et des frondes. Contre leurs machines (les assiégés) construisirent aussi des machines, et ils combattirent pendant beaucoup de jours.

Mais il n'y avait pas de vivres dans les magasins, parce que c'était la septième année, et que (les Israélites) qui s'étaient réfugiés en Judée

devant les nations avaient consommé les dernières provisions.

Il ne resta dans le lieu saint qu'un petit nombre de Juifs, car la famine les avait réduits; ils s'étaient dispersés chacun chez soi.

Cependant Philippe, que le roi Antiochus encore vivant avait désigné pour élever Antiochus son fils afin de le faire roi, était revenu de Perse et de Médie,

et avec lui les troupes qui avaient accompagné le roi, et il cherchait à prendre en mains les affaires (du royaume). A cette nouvelle, Lysias se prépara promptement à se retirer; il dit au roi, aux chefs de l'armée et aux troupes : "Nous nous épuisons de jour en jour; nous n'avons que peu de vivres, et le lieu que nous assiégeons est bien fortifié, et nous avons à nous occuper des affaires de l'Etat.

Maintenant, donc, tendons la main à ces hommes, et faisons la paix avec eux et avec toute leur nation.

RECONNAISSONS-LEUR LE DROIT DE VIVRE SELON LEURS LOIS, COMME AUPARAVANT;

CAR C'EST A CAUSE DE CES LOIS, QUE NOUS AVONS RENVERSEES,

QU'ILS SE SONT IRRITES ET ONT FAIT TOUT CELA".

Ce discours plut au roi et aux chefs, et il envoya vers eux POUR TRAITER DE LA PAIX, et ILS L'ACCEPTERENT.

Le roi et les chefs s'engagèrent envers eux PAR SERMENT; sur quoi (les assiégés) sortirent de la forteresse.

Mais le roi, ayant pénétré dans le mont Sion et en ayant vu les fortifications,

VIOLA LE SERMENT qu'il avait prêté et donna l'ordre de détruire les murailles tout autour.

Puis il partit en grande hâte et retourna à Antioche, où il trouva Philippe maître de la ville; il combattit contre lui et se rendit de force maître de la ville.

Avènement de Démétrius qui envoie Bacchidès et Alkime en Judée.

7: 1 L'an cent cinquante et un, Démétrius, fils de Séleucus, s'échappa de Rome et aborda, avec un petit nombre de gtens, dans une ville maritime où il se proclama roi. Dès qu'il eut fait son entrée dans le royaume des ses pères, l'armée se saisit d'Antiochus et de Lysias pour les lui amener.

Lorsqu'il l'apprit, il dit : "Ne me faites pas voir leur visage". Alors l'armée les tua, et Démétrius s'assit sur le trône de son royaume.

Et voici que tous les hommes iniques et impies d'Israël vinrent le trouver, conduits par Alkime, qui voulait être grand prêtre. Ils accusèrent le peuple auprès du roi en disant : "Judas et ses frères ont fait périr tous tes amis et nous ont expulsés de notre pays. Envoie donc maintenant un homme en qui tu aies confiance, pour qu'il aille constater tous les ravages qu'ils ont faits à notre détriment et dans les provinces du roi, et qu'il punisse (les coupables) avec tous ceux qui leur viennent en aide.

Le roi choisit parmi les amis du roi Bacchidès, gouverneur au-delà du fleuve, une des principaux du royaume et fidèle au roi;

et il l'envoya avec l'impie Alkime, qu'il constitua grand prêtre, et lui ordonna de tirer vengeance des enfants d'Israël.

S'étant mis en route, ils vinrent avec une grande armée dans le pays de Juda,

et ils envoyèrent des messagers porter à Judas et à ses frères des paroles de paix mensongères.

Mais ceux-ci, voyant qu'ils étaient venus avec une grande armée, ne se fièrent pas à leur discours.

Cependant un collège de scribes se rendit auprès d'Alkime et de Bachidès pour poser des questions juridiques; et parmi les enfants d'Israël, les Assidéens furent les premiers à leur demander la paix, car ils disaient : "Un prêtre de la race d'Aaron est venu avec l'armée; il ne commettra pas d'injustice contre nous". Il leur fit entendre des paroles de paix et leur fit ce serment :

"Nous ne voulons vous faire aucun mal, ni à vous, ni à vos amis". Ils le crurent; mais lui fit saisir soixante d'entre eux et les fit massacrer le même jour, selon la parole de l'Ecriture :

"Ils ont livré (aux bêtes) la chair de tes saints et répandu leur sang autour de Jérusalem, et il n'y a personne pour les ensevelir".

Alors tout le peuple se mit à les craindre et fut saisi de terreur :

"Il n'y a plus, disait-on, ni vérité ni justice parmi eux, car ils ont violé leur engagement et le serment qu'ils avaient juré".

Bacchidès partit de Jérusalem et alla camper à Bézeth; (là) il envoya saisir  un grand nombre de ceux qui avaient déserté son parti, avec quelques-uns du peuple, et, les ayant tués, (il jeta leurs cadavres) dans la grande citerne.

Après avoir confié le pays à Alkime, en lui laissant des troupes pour le soutenir, Bacchidès s'en retourna auprès du roi.

Alkime s'efforça de se mettre en possession du PONTIFICAT. 

Tous ceux qui troublaient leur peuple s'assemblèrent autour de lui, se rendirent maîtres du pays de Juda

et ils firent BEAUCOUP DE MAL EN ISRAËL.

Voyant tous les maux que faisaient aux enfants d'Israël Alkime et ses partisants, pire que les Gentils,

Judas parcourut en tous sens le territoire de la Judée, se vengeant de ceux qui l'avaient abandonné et les empêchant de se répandre dans les campagnes.

Lorsque Alkime vit que Judas et ses compagnons étaient devenus puissants, reconnaissant qu'il ne pouvait tenir contre eux,

il retourna auprès du roi, portant contre eux de graves accusations.

Défaite et mort de Nicanor

7: 26

Le roi envoya Nicanor, un de ses plus illustres généraux, rempli de haine et d'animosité contre Israël, avec ordre d'exterminer le peuple;

Arrivé à Jérusalem avec une forte armée, Nicanor fit adresser à Judas et à ses frères par ruse des paroles de paix :

"qu'il n'y ait pas, disait-il, de guerre entre vous et moi, je viendrai avec un petit nombre d'hommes pour voir pacifiquement vos visages".

Il vint donc vers Judas, et ils se saluèrent pacifiquement l'un l'autre; mais des soldats se tenaient prêts à se saisir de Judas.

Informé du piège (que lui tendait Nicanor) en venant le trouver dans un but perfide, Judas effrayé se retira et refusa de le voir davantage. Nicanor reconnut alors que son projet était découvert, et il se mit en marche à la rencontre de Judas, et il engagea le combat près de Capharsalama. Et il tomba environ cinq cents hommes de l'armée de Nicanor; (le reste) s'enfuit dans la ville de David.

Après ces évènements, Nicanor étant monté au mont Sion, quelques-uns des prêtres sortirent du lieu saint, accompagnés de plusieurs anciens du peuple, pour le saluer pacifiquement et lui montrer les holocaustes, qui ETAIENT OFFERTS POUR LE ROI.

Mais lui, les raillant et les traitant avec mépris, les souilla et prononça des paroles insolentes; et il fit ce serment avec colère : "'Si Judas et son armée ne sont pas livrés sur le champ entre mes mains, dès que je serai revenu après la paix, JE BRÛLERAI CET EDIFICE". Et il sortit plein d'une violente colère.

Alors les prêtres rentrèrent et, se tenant devant l'autel et le sanctuaire, ils dirent en pleurant :

"C'est Toi, Adonaï, qui as choisi cette maison pour qu'elle fût consacrée à Ton Nom, afin qu'elle fût pour ton peuple une maison de prière et de supplication. Tire vengeance de cet homme et de son armée, et qu'ils tombent par l'épée !

Souviens-toi de leurs blasphèmes et ne permets pas qu'ils subsistent"!

Nicanor, quittant Jérusalem, alla camper près de Béthoron, et un corps de Syriens vint au-devant de lui. Judas, ( de son côté) campa près d'Adasa avec trois mille hommes, et il pria en disant :

"Ceux qui avaient été envoyés par le roi, parce qu'ils T'avaient blasphémé, Adonaï, ton ange vint et leur tua cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Extermine de même en ce jour cette armée qui est devant toi, afin que tous les autres reconnaissent qu'il a mal parlé contre ton sanctuaire,

et juge-le selon sa méchanceté".

Les armées en vinrent aux mains le treizième jour du mois d'Adar, et l'armée de Nicanor fut taillée en pièces; lui-même tomba le premier dans la bataille.

Les troupes, voyant que Nicanor était tombé, jetèrent (leurs) armes et rpirent la fuite. (Les Juifs) les poursuivirent une journée de chemin, depuis Adasa jusqu'aux abords de Gazara, sonnant derrière eux des sonneries de trompette avec éclat.

De tous les villages de Judée aux alentours sortirent (des gens) qui enveloppèrent : ceux-ci alors se retournèrent contre ces autres assaillants, et tous tombèrent par l'épée,  sans qu'aucun d'eux échappât, pas même un seul. Ils prirent les dépouilles, ainsi que leurs provisions; et ayant coupé la tête de Nicanor et sa main droite, qu'il avait insolemment brandie, ils les apportèrent  et les brandirent en vue de Jérusalem.

Le peuple fut rempli d'une grande joie, et ils célèbrèrent ce jour comme un jour de grande allégresse. On décida que ce jour serait célébré chaque année le treize du mois d'Adar. Et le pays de Juda fut tranquille pendant peu de jours.

 Judas fait alliance avec les Romains

8: 1 Or Judas entendit parler des Romains : ils disposent d'une puissante force; ils montrent de la bienveillance à tous ceux qui s'attachent à leur cause et accordent leur amitié à quiconque vient à eux, et ils disposent d'une puissante force. on lui raconta leurs guerres et les exploits accomplis par eux chez les Galates, qu'ils avaient soumis et rendus tributaires; tout ce qu'ils avaient fait dans le pays d'Espagne pour s'emparer des mines d'or et d'argent qui s'y trouvent, et comment par leur prudence et leur persévérance ils avaient soumis tout ce pays pourtant très éloigné d'eux.

  Et de même les rois qui étaient venus les attaquer des extrémités de la terres, ils les avaient écrasés et leur avaient infligé une grande défaite, et les autres leur paient un tribut annuel.

Ils avaient vaincu à la guerre Philippe et Persée, roi des Kétheens, et ceux qui avaient pris les armes contre eux, et ils les avaient écrasés et les avaient soumis.

Antiochus le Grand, roi de l'Asie, qui s'était avancé contre eux pour les combattre avec cent vingt éléphants, de la cavalerie, des chariots et une très puissante armée, avait été aussi écrasé par eux; ils l'avaient pris vivant et lui avaient imposé de leur payer, lui et ses successeurs, un tribut considérable, de livrer des otages et une partie de son royaume, le pays de l'Inde, la Médie et la Lydie, les plus belles de ses provinces,

et, après les avoir reçues de lui, ils les avaient donnés au roi Eumène.

Ceux de la Grèce ayant formé le dessein d'aller les exterminer, (les Romains) l'avaient appris et avaient envoyé contre eux un seul général; ils leur avaient fait la guerre et en avaient tué un grand nombre, emmené en captivité leurs femmes et lers enfants, pillé leurs biens, soumis leur pays, détruit leurs forteresses et réduit les habitants en servitude jusqu'à ce jour.

Tous les autres royaumes et les îles qui leur avaient résisté, ils les avaient écrasés et assujettis. Mais à leurs amis et à ceux qui mettent en eux leur confiance, ils ont gardé amitié; ils se sont rendus maîtres des royaumes voisins et éloignés, et tous ceux qui entendent leur nom les redoutent.

Tous ceux, à qui ils veulent prêter secours pour les faire régner,  règnent,

et ils déposent qui ils veulent; ils se sont élevés à une grande puissance.

Malgré tout cela, nul d'entre eux ne ceint le diadème, nul ne se vêt de pourpre pour se grandir ainsi.

Ils se sont donné un sénat, où délibèrent chaque jour trois cent vingt membres, (s'occupant) constamment du peuple, pour le bien ordonner.

Ils confient chaque année le pouvoir à un seul homme, pour commander dans tout leur pays; tous obéissent à ce seul homme,

et il n'y a parmi eux ni envie, ni jalousie.

Judas choisit Eupolème, fils de Jean, fils d'Accos, et Jason, fils d'Eléazar,

et il les envoya à Rome POUR CONCLURE AVEC EUX AMIITIE ET ALLIANCE, ET POUR QU'ILS LES DELIVRASSENT DU JOUG,

CAR ILS VOYAIENT QUE LE ROYAUME DES GRECS

ASSERVISSAIT ISRAËL EN SERVITUDE.

ILS PARTIRENT DONC POUR ROME, et le voyage fut très long; et, étant entrés dans le sénat, ils prirent la parole et dirent :

"Judas Machabée, ses frères et le peuple juif nous ont envoyés vers vous POUR CONCLURE AVEC VOUS  ALLIANCE ET PAIX, et pour que nous soyons inscrits au nombre de vos alliés et de vos amis".

Cette proposition leur plut; et voici la copie du message que (les Romains) gravèrent sur des tables d'airain et

envoyèrent à Jérusalem, pour y servir aux Juifs de monument de paix et d'alliance :

"Bonne chance aux Romains et à la nation juive sur mer et sur terre, à jamais ! Loin d'eux l'épée et l'ennemi!

S'il survient une guerre aux Romains d'abord, ou à l'un de leurs alliés dans toute l'étendue de leur empire, la nation juive leur prêtera secours, selon le mode que les circonstances leur dicteront de tout coeur; ils ne donneront aux ennemis et ne fourniront ni blé, ni armes, ni argent, ni vaisseaux,

suivant la décision de Rome; et (les Juifs) observeront leurs engagments sans rien recevoir.

De même, s'il survient une guerre à la nation juive d'abord, les Romains combattront avec eux de toute leur âme, selon le mode que les circonstances leur dicteront, sans qu'il soit fourni aux troupes auxiliaires ni blé, ni armes, ni argent, ni vaisseaux, suivant la décision de Rome; et ils observeront ces engagements sans tromperie. Telles sont les clauses du traité accordé par les Romains au peuple juif. Que si, dans la suite, les uns et les autres veulent y ajouter ou en retrancher, ils le feront à leur gé, et ce qui aura été ajouté ou retranché aura valeur".

"Au sujet des maux que le roi Démétrius leur fait, nous lui avons écrit en ces termes :

"Pourquoi appesantis-tu ton joug sur les Juifs qui sont nos amis et nos alliés? 

Si donc ils se PLAIGNENT ENCORE DE TOI, NOUS SOUTIENDRONS LEURS DROITS ET NOUS TE COMBATTRONS SUR MER ET SUR TERRE".

Mort de Judas Machabée 9:1

Ayant appris que Nicanor et son armée étaient tombés dans le combat, Démétrius envoya encore une fois Bacchidès et Yalikine en Judée, avec l'aile droite (de son armée).

Ils prirent la route qui mène à Galgala et dressèrent leur camp à Massaloth, qui est dans (le territoire) d'Arbela; ils s'emparèrent de cette ville et tuèrent un grand nombre d'habitants. Le premier mois de l'an cent cinquante-deux, ils établirent leur camp devant Jérusalem. (Puis) ils partirent et allèrent à Bérée, avec vingt mille hommes et deux mille cavaliers. Judas avait établi son camp à Elasa, ayant avec lui trois mille guerriers d'élite. Voyant combien considérable était la multitude  des armées ennemies, ils furent remplis de frayeur, et beaucoup s'enfuirent secrètement du camp; il n'en resta que huit cent.

Judas vit que son armée était dispersée, et que cependant la bataille était imminente; alors son coeur fut brisé, parce que le temps lui manquait pour rassembler les siens, et il se sentit défaillir. Cependant il dit à ceux qui lui restaient : "Debout, marchons contre nos adversaires, voyons si nous pouvons les combattre"! mais eux s'en détournaient en disant :

"Nous ne pouvons maintenant que sauver notre vie, nous retournerons ensuite avec nos frères pour les combattre;

mais nous sommes trop peu".

Judas leur dit : "Loin de moi d'agir ainsi, de prendre la fuite devant eux ! Si notre heure est venue, mourons bravement pour nos frères et ne laissons pas mettre en cause notre réputation"!

L'armée sortit du camp, s'avançant à leur rencontre; les cavaliers étaient partagés en deux corps, les frondeurs et les archers marchaient en tête, les plus vaillants au premier rang.

Bacchidès était à l'aile droite, et la phalange progressait des deux côtés, au son de la trompette. Ceux du côté de Judas sonnèrent aussi de la trompette et la terre trembla du fracas des deux armées. Le combat s'engagea et dura du matin jusqu'au soir. Judas, voyant que Bacchidès et son plus fort soutien étaient à l'aile droite, rassembla autour de lui tous les hommes de coeur, battit l'aile droite des Syriens et la poursuivit jusqu'à la montagne d'Azot. Mais ceux qui étaient à l'aile gauche s'apercevant que l'aile droite était battue, firent volte-face et poursuivirent, les serrant de près, Judas et les siens; la lutte devint acharnée, et de part et d'autre un grand nombre furent frappés et tombèrent. Judas tomba aussi, et le reste des siens prit la fuite.

Jonathas et Simon emportèrent Judas, leur frère, et ils l'ensevelirent dans le sépulcre de leurs pères à Modin. Tout Israël le pleura et fit entendre sur lui de grandes lamentations; on mena le deuil pendant plusieurs jours, et l'on disait : "Comment est-il tombé, le héros, le sauveur d'Israël"!

Le reste de l'histoire de Judas, de ses guerres, des exploits qu'il accomplit et de sa grandeur n'a pas été écrit, car il y en avait trop.

1er Livre des Machabées  TROISIEME PARTIE

9: 23 Election de Jonathas

Arpès la mort de Judas, les impies se montrèrent dans tout le territoire d'Israël, et tous les ouvriers d'iniquité levèrent la tête. En ces jours-là survint une très grande famine, et le pays lui-même se rangea à leur parti. Bacchidès choisit les hommes impies et leur donna autorité sur le pays.

ils recherchaient attentivement les amis de Judas pour les amener à Bacchidès, qui les châtiait et les tournait en dérision.

Et Israël fut en proie à une grande tribulation : 

il n'y en avait pas eu (de pareille) depuis le jour où ils ne virent plus de prophète.

Alors tous les amis de Judas s'assemblèrent  et dire à Jonathas : "Depuis que ton frère Judas est mort. Il n'y a plus d'homme semblable à lui pour marcher contre nos ennemis, Bacchidès et ceux qui haïssent notre nation. Nous te choisissons donc aujourd'hui pour être notre prince et notre chef à sa place, afin de combattre nos combats". Jonathas reçut donc en ce temps-là le commandement, et il se dressa à la place de Judas, son frère.

Premières luttes contre Bacchidès

9:32 Quand Bacchidès l'apprit, il chercha à le tuer. Informés de ce dessein, Jonathas, son frère Simon et tous ceux qui étaient avec lui s'enfuirent au désert de Thékoé, et ils s'établirent près des eaux de la citerne Asphar. - Bacchidès en eut connaissance le jour du sabbat, et il se rendit lui-même avec toute son armée au-delà du Jourdain.

(Jonathas) envoya son frère comme chef du peuple, chez les Nabatéens, ses amis, leur demander de pouvoir déposer chez eux ses bagages qui étaient considérables. Mais les fils de Iambri, étant sorti de Madaba, se saisirent de Jean et de tout ce qu'il avait, et s'en allèrent avec ce butin.

Quelque temps après, on vint annoncer à Jonathas et à son frère Simon que les fils de Iambri célébraient une noce solennelle et qu'ils amenaient de Nadabat avec une grande escorte la fiancée, fille d'un des puissants princes de Canaan. Alors, se souvenant du sang de leur frère Jean, ils montèrent et se cachèrent dans les abris de la montagne, levant les yeux pour regarder; et voici la rumeur d'un train considérable : l'époux, accompagné de ses frères et de ses amis, s'avançait  à leur rencontre, avec des tambourins, des instruments de musique et beaucoup d'armes. Alors (les compagnons de Jonathas) surgirent de leur embuscade et se précipitèrent sur eux et les massacrèrent; un grand nombre tombèrent (sous leurs coups), le reste s'enfuit dans les montagnes et (les Juifs) s'emparèrent de toutes leurs dépouilles. Ainsi les noces se changèrent en deuil, et les accents des musiciens en lamentaion. Après avoir ainsi vengé le meurtre de leur frère, (Jonathas et Simon) se retirèrent dans la gorge du Jourdain.

Bacchidès en fut instruit, et il vint le jour du sabbat jusqu'au bord du Jourdain, avec une puissante armée.

Alors Jonathas dit à ses compagnons : "Debout maintenant, et combattons pour notre vie. Car il n'en est pas aujourd'hui comme hier et avant-hier.

Voici l'ennemi en armes devant nous, et derrière nous, à gauche et à droite, l'eau du Jourdain, marais et fourré : nul endroit pour s'échapper.

Maintenant donc criez vers le ciel, afin que vous soyez sauvés de la main de vos ennemis".

Le combat s'engagea. Jonathas étendit la main pour frapper Bacchidès, mais celui-ci l'évita en se détournant en arrière.

Alors Jonathas sauta dans le Jourdain avec ses compagnons, ils le passèrent à la nage, et ils ne le passèrent point pour les poursuivre. Il tomba ce jour-là environ mille hommes du côté de Bachidés.

Celui-ci retourna à Jérusalem et bâtit des villes fortes dans la Judée, la forteresse près de Jéricho, Emmaüs, Béthoron, Béthel, Tahamnatha, Pharathon, et Téphon, avec de hautes murailles, des portes et des verrous, et il y mit des garnisons pour exercer les hostilités contre Israël.

Il fortifia la ville de Bethsour, Gazara et la citadelle (de Sion), et il y mit des troupes et des dépôts de vivres. Il prit pour otages les fils des principaux du pays et les retint prisonniers dans la citadelle de Jérusalem.

L'an cent cinquante-trois, au deuxième mois, Alkime commanda de détruire LES MURS DU PARVIS INTERIEUR DU SANCTUAIRE,

DETRUISANT AINSI L'OEUVRE DES PROPHETES, ET IL COMMENCA A LES DETRUIRE.

En ce temps-là, Alkime fut frappé, et ses entreprises furent entravées;

sa bouche se ferma; atteint de paralysie, il ne put plus dire un mot,

ni rien ordonner dans sa maison.

Et Alkime mourut en ce temps-là dans de grandes tortures.

Voyant qu'Alkime était mort, Bacchidès s'en retourna auprès du roi, et le pays de Juda fut tranquille pendant deux ans.

 Nouvelle campagne et échec de Bacchidès; il traite avec Jonathas qui reste seul souverain.

9:58 Alors tous les Juifs impies tinrent conseil, en disant :

"Voici que Jonathas et ses compagnons demeurent en tranquillité et sécurité; faisons donc venir Bacchidès, et il les prendra tous en une seule nuit". Et ils allèrent pour délibérer avec lui. (Bacchidès) se mit en marche à la tête d'une grande armée, et il envoya secrètement des lettres à tous ses partisans qui étaient en Judée pour qu'ils se saisissent de Jonathas et de ses compagnons; mais ils ne purent pas, parce que fut divulgué leur dessein. Et des hommes du pays, chefs du complot, ils en prirent cinquante et les firent périr.

Puis jonathas, avec Simon et ceux qui étaient avec eux, se rendit à Bethbasi dans le désert, et il en répara les ruines et la fortifia. Bacchidès l'apprit rassembla toutes ses troupes et convoqua ses gens de Judée. Il vint et établit son camp près de Behbasi; il assiégea cette ville pendant beaucoup de jours et construisit des machines. Mais Jonathas, laissant dans la ville son frère Simon, sortit dans le pays et revint avec une petite troupe.

Il battit Odoarrès, ainsi que ses frères et les fils de Phaséron dans leurs tentes, et il commença à harceler (les assiégeants) et à marcher (contre eux) avec des forces. Simon, de son côté, fit une sortie avec ses compagnons et brûla les machines de guerre. (Tous deux) combattirent contre Bacchidès, le défirent complètement et l'écrasèrent.

Voyant que son dessein et son expédition étaient vains, il s'irrita contre les hommes impies qui lui avaient conseillé de venir dans le pays, il en fit périr un grand nombre et il décida de retourner dans son pays.

Jonathas le suit, et il lui envoya des messagers  pour traiter avec lui de la paix et qu'on leur rendît les prisonniers. (Bacchidès) les accueillit et accepta les propositions de Jonathas; il s'en gagea par serment envers lui à ne lui chercher aucun mal tous les jours de sa vie.

Il lui rendit les prisonniers qu'il avait faits auparavant dans le pays de Juda et, se repliant, il retourna dans son pays et il ne revint plus sur le territoire (des Juifs).

L'épée cessa d'éprouver Israël, et Jonathas fixa sa demeure à Machamas;

et il commença à juger le peuple, et il fit disparaître les impies du milieu d'Israël.

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site