Anneau d'Egypte à Joseph acheté par des Mydian Ismaëlites

Joseph

 

 

Puis s'asseyant pour manger du pain, ils virent des voyageurs ismaélites qui venaient de Galaad et leurs chameaux portant des aromates, de la résine et du stacté en Egypte. Juda dit alors à ses frères: "Que nous servira, si nous tuons notre frère et nous cachons son sang ? Il vaut mieux qu'il soit vendu aux Ismaélites et que nos mains ne soient pas souillées; car il est notre frère et notre chair". Ses frères acquiescèrent à ses discours. Et des marchands madianites passant, ils le retirèrent de la citerne et le vendirent vingt pièces d'argent aux Ismaélites qui le menèrent en Egypte

Ainsi ce prétexte de songes et de discours fournit un aliment à leur envie et à leur haine. Il eut encore un autre songe qu'il raconta à ses frères disant: "J'ai vu en songe comme le soleil et la lune et onze étoiles se prosterner devant moi".

Et lui, persévérant dans son pleur, les Madianites vendirent Joseph en Egypte à Putiphar, eunuque du Pharaon, chef des soldats.

Chapitre XXXIX: "Joseph fut donc mené en Egypte, et Putiphar, égyptien, eunuque du Pharaon et chef de l'armée, l'acheta de la main des Ismaélites par lesquels il avait été amené.

Joseph acheta donc toute la terre d'Egypte, chacun vendant ses possessions à cause de la grandeur de la famine, et il l'assujettit au Pharaon ainsi que tous les peuples, depuis une extrémité de l'Egypte jusqu'à l'autre extrémité, excepté la terre des prêtres qui leur avait été donnée par le roi;

Ce conseil plut au Pharaon et à tous ses ministres et il leur demanda: "Pourrons-nous trouver un tel homme qui soit plein de l'esprit de Dieu ?" Il dit donc à Joseph: "Puisque Dieu t'a montré tout ce que tu as dit, pourrai-je trouver quelqu'un plus sage que toi et même semblable à toi ? C'est toi qui seras sur ma maison et au commandement de ta bouche tout le peuple obéira; et c'est par le trône royal seulement que j'aurai sur toi la préséance". Le Pharaon dit encore à Joseph: "Voici que je t'établis sur toute la terre d'Egypte". Et il ôta l'anneau de sa main et le mit à la main de Joseph; il le revêtit aussi d'une robe de lin fin et lui mit autour du cou un collier d'or.

Depuis ce temps-là jusqu'au jour présent, dans toute la terre d'Egypte, on paye aux rois la cinquième partie, et cela est comme passé en loi, excepté pour la terre des prêtres qui fut exempte de cette condition.

Et comme il voyait approcher le jour de sa mort, il appela son fils Joseph et lui dit: "Si j'ai trouvé grâce devant toi, mets ta main sous ma cuisse et tu auras pour moi cet égard et cette loyauté de ne pas m'ensevelir en Egypte mais de me laisser dormir avec mes pères, de me transporter hors de cette terre et de me mettre dans le sépulcre de mes ancêtres". Joseph lui répondit: "Oui, je ferai ce que vous m'avez commandé.

Voici que je meurs; vous m'ensevelirez dans le sépulcre que je me suis creusé dans la terre de Chanaan. J'y monterai donc et j'ensevelirai mon père et je reviendrai".

 

Commentaires personnels : Salomon aussi avait un sceau avec le symbole de l'étoile de David, et le bâton de Moïse.

Dans Genèse chapitre 38 : Juda et Tamar

38: 17 Il dit : "Je t'enverrai un chevreau du troupeau". Elle dit : "A condition de me donner un gage en attendant que tu l'envoies. Il dit : "Quel gage dois-je te donner? Elle dit : "TON SCEAU , TON CORDON, ET TON BÂTON que tu tiens à la main.

 http://www.cosmovisions.com/$Couronnement.htm

La cérémonie de couronnement des rois
Le couronnement est une cérémonie dans laquelle un roi reçoit la couronne, insigne de la souveraineté. C'est le moment central de ce processus cérémoniel qu'est le sacre.

Le couronnement des empereurs byzantins.
Dans l'empire grec de Constantinople où le pouvoir impérial se transmettait soit par héritage, soit par désignation du prédécesseur, le couronnement n'était pas essentiel; il n'ajoutait rien à la puissance du basileus. Le premier empereur couronné par le patriarche de Constantinople fut selon les uns Léon Ier, selon d'autres Anastase. Le couronnement se faisait généralement à Sainte-Sophie. Cantacuzène (I, 41) nous a laissé une description du cérémonial suivi; en voici les principaux traits. Tout d'abord l'empereur était élevé sur un bouclier soutenu par son père, s'il existait, par le patriarche, les despotes et les sébastocrators les plus élevés en dignité. L'assistance l'acclamait. On le déposait à terre, puis on le conduisait dans l'église où devait avoir lieu le couronnement. Il était introduit dans un édicule de bois où les évêques le revêtaient de la pourpre et du diadème. La messe commençait ensuite. Sur une estrade recouverte de tentures de soie rouge prenaient place le nouvel empereur et les empereurs déjà couronnés, ainsi que les impératrices. Le patriarche montait à l'ambon. Les empereurs et les plus hauts dignitaires allaient l'y rejoindre. Le peuple faisait silence. Le patriarche récitait alors certaines prières, les unes à voix basse, les autres à haute voix. Le nouvel empereur ayant déposé son diadème, le patriarche faisait sur son front une croix avec l'huile consacrée, en même temps qu'il s'écriait : Saint! acclamation que les personnages placés dans l'ambon, puis toute l'assistance répétaient trois fois. Le patriarche prenait la couronne (stemma) des mains des diacres qui l'avaient apportée et la plaçait sur la tête de l'empereur, en s'écriant : Digne! ce que l'assistance répétait trois fois. L'empereur descendait de l'ambon; s'il était marié, il couronnait sa femme prosternée à ses pieds. Ensuite, on chantait le trisagion, hymne à la Trinité. Avant de quitter l'église, l'empereur déposait sur un autel une offrande en or; puis, ceint de la couronne, il quittait l'église et gagnait la partie du Palais appelée Métatorion, où l'on procédait à l'adoration.

 

 

Το δαχτυλίδι του Παύλου 2ου

 L'anneau de Paul II

http://books.google.be/books?id=MlAVAAAAQAAJ&pg=PA160&lpg=PA160&dq=anneau+du+patriarche&source=bl&ots=aFLcYMlW46&sig=9e8QFq8mQOL1gppsp7U7fwZno4Q&hl=fr&ei=ivIdTr2EIcW98gPenMSkCA&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=7&ved=0CEUQ6AEwBg#v=onepage&q=anneau%20du%20patriarche&f=false

Chartulaire : D'autres distinguent même dans l'église grecque, le chartulaire du chartophylax. Le chartulaire de Constantinople présidait aux jugements civils ou criminels au nom du Patriarche.

Il portait un anneau d'or et sur la poitrine une espèce de bulle, comme des évêques portent en France une croix. Il avait droit, comme le patriarche de catéchiser le peuple dans l'église.

Quand le Patriarche établissait un chartulaire, il lui donnait des clefs, pour marquer l'étendue de son autorité. Quoique le chartulaire de Constantinople ne fut que diacre, il précédait les évêques, malgré leurs fréquentes......

  

Suite !!



 

 

 

 

 

 

 



 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site