New York Statue de la Liberté ONU

http://fr.wikipedia.org/wiki/New_York

 

New York regroupe aujourd'hui l'ensemble des caractéristiques d'une ville mondiale ; elle est même parfois considérée comme « la capitale du monde[3] ». Si elle n'est plus la capitale fédérale des États-Unis depuis plus de deux siècles[notes 1], New York n'en est pas moins la ville la plus peuplée du pays avec 8 175 133 habitants selon le Bureau du recensement des États-Unis (2010)[4]. Au cœur de la mégalopole du BosWash[notes 2], son agglomération de 19 069 796 habitants[5] s'étend sur plusieurs comtés de l'État de New York et empiète sur deux états limitrophes : le New Jersey et le Connecticut. Son aire urbaine compte, en 2009, 25 933 312 habitants[6]. New York accueille des institutions d'importance mondiale. On peut notamment citer le siège de l'ONU, le New York Stock Exchange, mais aussi de nombreux sièges de multinationales[7] et des centres culturels et universitaires tels que le Metropolitan Museum, le MoMA, le Lincoln Center ou l'université Columbia et l'université de New York.

Le siège des Nations unies est situé à New York, au bord de l’East River, dans le quartier de Turtle Bay à l’est du Midtown (Manhattan). Sa construction principale a commencé en 1947 et s’est achevée en 1952. Il a été inauguré le 9 janvier 1951.

La mosaïque de Norman Rockwell est un don des États-Unis en 1985 et a été réalisée par des artistes de Venise ; elle reproduit une peinture de Norman Rockwell appelée Golden Rule, une œuvre figurative et très œucuménique, où l’on voit des gens de différentes couleurs, origines et religions, réunis dans une attitude de recueillement.

Le New York anglais (1664-1783)

La stabilisation de la présence anglaise (1664-1674)

Le Duc d'York (alors futur roi Jacques II d'Angleterre) et son épouse dans les années 1660. La ville de New York fut baptisée en son honneur par son frère le roi Charles II.

La Nouvelle-Amsterdam fut rebaptisée New York en l'honneur de Jacques II d'Angleterre, duc d'York[24]. Les Anglais, soucieux de faciliter leur prise du pouvoir, prirent soin de laisser aux colons néerlandais leurs possessions et les autorisèrent à poursuivre leurs affaires. À partir de 1665, en raison de l'éclatement de la Deuxième Guerre anglo-néerlandaise, le nouveau pouvoir interrompit néanmoins définitivement les échanges commerciaux entre New York et Amsterdam.

 L'inauguration de la statue de la Liberté en 1886 fit de New York un symbole de la liberté pour les millions d'immigrés en provenance d'Europe; en effet, sur 23 millions d'Européens arrivés aux États-Unis entre 1880 et 1919, 17 millions environ ont débarqué à New York, et la plupart y sont restés[26].

L'apparition d'une ville mondiale (1919-2001)

Le XXe siècle marqua véritablement l'ascension de New York vers le rôle de ville mondiale, en ce sens que la ville devient un centre culturel, décisionnel et financier de premier plan. L'extraordinaire aventure architecturale débutée à la fin du XIXe siècle a posé la première pierre du développement de l'architecture moderne, avec notamment le début de l'ère des gratte-ciel, qui fleurissent aujourd'hui littéralement dans toutes les grandes villes américaines. Dans le domaine politique et économique, la domination de New York s'est manifestée avec la Bourse et l'essor de Wall Street, ainsi qu'avec les grandes entreprises financières basées dans la ville. L'obtention du siège de l'ONU en 1949 a également joué un rôle déterminant dans le développement de Big Apple.

 

 

Drapeau des États-Unis

Drapeau des États-Unis d’Amérique
Drapeau des États-Unis
Utilisation Drapeau et pavillon national Symbole version officiel
Proportions 10:19
Adoption 4 juillet 1960
Éléments 13 bandes alternées rouges et blanches avec 50 étoiles blanches sur fond bleu au canton

Le drapeau des États-Unis, surnommé Stars and Stripes (littéralement « étoiles et bandes »), The Star-Spangled Banner (généralement traduit par « bannière étoilée », et qui est également le titre de l'hymne national des États-Unis) ou encore Old Glory, est le drapeau national et le pavillon national des États-Unis. Il se compose de treize bandes horizontales rouges et blanches d’égales largeurs, disposées alternativement et d’un canton supérieur (côté mât) de couleur bleue parsemé de cinquante petites étoiles blanches à cinq pointes arrangées selon neuf rangées horizontales.

Les 13 bandes représentent les 13 états fondateurs qui se sont unis pour former les États Unis d'Amérique; de même que, initialement il n'y avait que 13 étoiles. Ces bandes sont cousues l'une à l'autre (et non pas imprimées) pour symboliser l'union ainsi scellée entre les états fondateurs.

Le premier drapeau des États-Unis a été adopté le 14 juin 1777, moins d’un an après la Déclaration d’indépendance. Il ne comptait alors que treize étoiles à son canton. Vingt-sept versions successives ont existé, chacune adoptée pour rendre compte de l’augmentation du nombre d’États dans l’Union. La version actuelle à cinquante étoiles est la version officielle depuis le 4 juillet 1960, suite à l'intégration d'Hawaï le 21 août 1959 comme 50e État.

Ce drapeau est celui de la république fédérale, cependant chaque État fédéré possède également son propre drapeau. Emblème représentant les États-Unis dans leur complexité, le drapeau est perçu tantôt comme un symbole de démocratie et de liberté garanties par la Constitution, tantôt par les opposants à la politique des États-Unis comme un symbole d’impérialisme et de militarisme.

Origine et signification

Les cinquante étoiles représentent collectivement[6] les États membres de l'Union et les treize bandes représentent collectivement les Treize colonies britanniques sécessionnistes à l'origine de la création de l'État américain. Il y a donc autant d'étoiles que d'États fédérés et le nombre d'étoiles a évolué avec le temps. Les étoiles sont ajoutées le 4 juillet, jour de la fête nationale, suivant l'intégration des nouveaux États.

 

Avant le Stars and Stripes

FIAV historical.svg Grand Union Flag

On peut reconnaitre une certaine familiarité entre le drapeau de Charles Martel de Hongrie et le premier drapeau utilisé ressemblant à la version actuelle fut le Grand Union Flag, aussi appelé Continental Colors, Congress Colors, First Navy Ensign ou encore Cambridge Flag. Il n'a jamais eu de statut officiel, mais fut de fait le premier emblème de l'United States Navy après la Déclaration d'indépendance[7],[8],[9].

Utilisé pour la première fois sur un navire le 3 décembre 1776 sur le fleuve Delaware par l'officier John Paul Jones, d'après ses propres dires[8],[7], il a été utilisé par la suite durant la Guerre d'indépendance, notamment par le général George Washington : il fut hissé en sa présence lors de la lecture publique de la Déclaration d'indépendance, le 6 juillet 1776 à New York[7].

Ce drapeau est constitué des treize bandes horizontales blanches et rouges, mais le canton est le drapeau du Royaume-Uni de l'époque, avant l'ajout de la croix de saint Patrick représentant l'Irlande.

Première version : 13 étoiles

Une version du drapeau des États-Unis à treize étoiles cousue par Betsy Ross.

Il semble que le dessin ait été changé en suivant la proposition de Francis Hopkinson de faire figurer des étoiles[13],[14].

Il était l'un des signataires de la Déclaration d'indépendance et aurait aussi participé à la création du Grand sceau des États-Unis d'Amérique. Il a en effet demandé au Sénat un paiement pour le travail effectué[15], ce qui lui a été refusé par le Sénat au motif qu'il était déjà fonctionnaire et qu'il n'était pas la seule personne ayant contribué à ces modifications. Il reste néanmoins le seul dont la revendication de la paternité de l'idée est documentée.

Le drapeau trouve son origine dans une résolution du Marine Committee du Second Congrès continental tenu à Philadelphie le 14 juin 1777[14] :

« Décide, que le drapeau des États-Unis sera constitué de treize bandes, alternativement rouges et blanches ; que le canton comportera treize étoiles, blanches sur un champ bleu représentant une nouvelle constellation. »[16]

 

Évolution

Une version du drapeau des États-Unis à quinze étoiles et quinze bandes (1795-1818)

Dans cette première version, bien que ce n'ait pas été précisé à l'époque, le nombre treize représentait de manière évidente les treize États d'origine (Connecticut, New Hampshire, New York, New Jersey, Massachusetts, Pennsylvanie, Delaware, Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie, Rhode Island et Maryland)[19]. Aucune distinction n'était alors faite de ce point de vue entre les étoiles et les bandes. Ainsi, lorsqu'en 1795 le drapeau fut modifié suite aux entrées du Vermont (en 1791) et du Kentucky (en 1792) dans l'Union, le nombre d'étoiles et le nombre de bandes passèrent à quinze[19] (voir figure Une version du drapeau des États-Unis à quinze étoiles et quinze bandes (1795-1818)).

Signification

Aucune précision sur la signification des éléments constitutifs du drapeau n'était donnée lors de l'officialisation du drapeau à treize étoiles en 1777. George Washington déclara cependant[13] :

« Nous prenons les étoiles du ciel, le rouge de notre pays d'origine (l'Angleterre), avec des bandes blanches en guise de séparation montrant ainsi que nous nous sommes séparés d'elle, et les bandes blanches passeront à la postérité comme symbole de liberté[23]. »

 

 

 

Le grand sceau des États-Unis d'Amérique reprend le champ bleu, les étoiles et les bandes du drapeau.

Les couleurs choisies en 1777 le furent sans justification. Mais le 20 juin 1782, le grand sceau des États-Unis d'Amérique fut adopté avec des explications et une référence au drapeau[24] :

« La palette de couleurs [utilisée dans le grand sceau] est celle utilisée sur le drapeau des États-Unis d'Amérique ; le Blanc signifie la pureté et l'innocence, le Rouge, la bravoure et la valeur et le Bleu, la couleur de la large bande signifie vigilance, persévérance et justice. »[25]

Une autre interprétation est donnée en 1977 dans un ouvrage sur le drapeau publié par la Chambre des représentants des États-Unis[26] où est écrit :

« L'étoile est le symbole des cieux et du but divin auquel l'homme aspire depuis des temps immémoriaux ; la bande symbolise les rayons de lumière émanant du Soleil. »[27]

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site