Empire ottoman Oguz

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_ottoman

L’Empire ottoman (Osmanlı İmparatorluğu en turc moderne)

est un empire qui a existé de 1299 à 1922 (soit 623 ans).

Il a laissé la place, entre autres, à la République de Turquie.

Fondé par un clan turcique oghouze en Anatolie occidentale,

l'Empire ottoman s'étendait au faîte de sa puissance sur trois continents :

toute l'Anatolie, le haut-plateau arménien, les Balkans, le pourtour de la mer Noire, la Syrie, la Palestine, la Mésopotamie,

la péninsule Arabique et l'Afrique du Nord (à l'exception du Maroc).

Sublime Porte Ottomane

دولتِ عَليه عُثمانيه
Devlet-i Âliye-i Osmâniyye


1299 — 1922

Ottoman Flag.svg Osmanli-nisani.svg
Drapeau (1793) Armoiries

Devise :
دولت ابد مدت
Devlet-i Ebed-müddet

(« L'empire éternel »)

 Fichier:Osmanli-nisani.svg

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Oghouzes

 

Les Oghouzes, Oghuz ou Oğuz (en turc de Turquie), également Turcomans, furent l'une des branches principales des Turcs du VIIIe au XIe siècle.

Lors de la migration des Turcs aux Xe siècle, XIe et XIIe siècles, les Oghouzes firent partie des Turcs

de la région de la mer Caspienne qui migrèrent vers le Sud et l'Ouest en direction de l'Asie occidentale et de l’Europe orientale,

et non vers l’Est en direction de la Sibérie.

Les Oghouzes sont considérés comme les ancêtres des Turcs occidentaux modernes :

Azéris, Turcs de Turquie, Turkmènes, Turcs kachkaïs d’Iran, Turcs du Khorassan et

Gagaouzes (Gök Oğuz : Oghouzes bleus ou célestes), dont les effectifs combinés dépassent les cent millions.

Le nom Oghouze, qui dériverait de ok, « flèche », et uz, « tribu »,

a été écrit pour la première fois au plus tôt au VIIe siècle,

dans les inscriptions de l'Orkhon en langue turque

(sous la forme de l’union tribale des Altı Oğuz, « les Six Oghouzes »)

sur les bords du fleuve Ienisseï en Mongolie.

Elles indiquaient que six tribus s’étaient intégrées et avaient formée une union tribale turque appelée Oghouze.

Cependant, des sources antérieures comme celles des Chinois mentionnent une tribu appelée O-kut et datant du IIe siècle av. J.‑C. dans la région centre-asiatique de Tabargatay-Kobdo au Kazakhstan.

Le nom Oghouze pourrait être simplement un pluriel ancien de ok, flèche (pris dans le sens de tribu), à comparer avec le nom des Hongrois (on ogur : dix flèches) et celui des peuples voisins des anciens Égyptiens (pdjt 9 : les neuf arcs).

Il exista aussi des confédérations nommées Sekiz Oğuz les Huit Oghouzes ») et Dokuz Oğuz (« les Neuf Oghouzes »).

Le berceau des Oghouzes, comme d’autres Turcs pendant la période des Köktürks,

semble avoir été la région des monts Altaï et le sud de la Sibérie.

Ils furent les principaux dirigeants de l'empire des Köktürks aux VIe et VIIe siècles

et établirent également l’État des Oghouzes yabgu (en) (yabgu est un titre princier) qui s’écroula en Asie centrale en l’an 1000.

Ils fondèrent bientôt au XIe siècle l’Empire seldjoukide qui fut le deuxième empire turco-musulman (les Ghaznévides de la fin du Xe siècle furent les premiers princes turco-musulmans) en Asie centrale et au Moyen-Orient.

Du VIIIe siècle au XIe siècle, ils habitèrent la région située entre la mer Caspienne et la mer d'Aral en Asie centrale.

L'historien arabe Ibn al-Athir (1160-1233) déclare que les Oghouzes sont arrivés dans cette région (la Transoxiane)

sous le règne du calife al-Mahdi (775-785).

Ils se composaient de vingt-quatre (ou quelquefois vingt-deux) tribus, dont la légende est la suivante.

Le chef fondateur Oğuz Han (Oghuz Khan) eut, d’une première épouse,

trois fils appelés Gün (soleil), Ay (lune) et Yıldız (étoile) et,

d’une seconde épouse, trois autres fils du nom de Gök (ciel), Dağ (montagne) et Deniz (mer).

Chacun de ces six fils eut lui-même quatre fils, d’où les vingt-quatre tribus.

Celles descendant des trois aînés sont les tribus Bozok ou Bozoklar (« flèche grise », -lar, -ler est la marque du pluriel moderne),

celles issues des trois cadets, les tribus Üçok ou Üçoklar (« trois flèches »).

Chaque groupe de quatre tribus issu d’un des six fils a son ongun ou totem, un oiseau de proie ;

chaque tribu a son tamga ou sceau pour le marquage du bétail.

 

Les dynasties établies en Perse et se réclamant des Oghouzes comprennent les Seldjoukides, les Atabeys,

les Aq Qoyunlu, les Qara Qoyunlu, les Séfévides, les Afsharides et les Qadjars ;

en Anatolie (Turquie), les Oghouzes fondèrent l’Empire ottoman.

En particulier, les Seldjoukides (Selçukoğulları en turc) se rattachent aux Kınık, qui sont la tribu benjamine des Üçok,

tandis que les Ottomans (Osmanoğulları en turc) se rattachent aux Kayı, qui sont la tribu aînée des Bozok.

Les Petchenègues sont les Peçenek issus de Gök Han et les Afsharides se réclamaient des Afşar (mot lié à av, chasse) issus de Yıldız Han.

Les Qara Qoyunlu disaient descendre des Yıva, issus de Deniz Han, et les Aq Qoyunlu des Bayındır, issus de Gök Han.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Petchen%C3%A8gues

Les Petchénègues sont un peuple nomade d'origine turque qui apparaissent à la frontière sud-est de l'empire khazar au VIIIe siècle.

Ils s'installent au Xe siècle au nord de la mer Caspienne.

Selon la légende, ils constituent la tribu Peçenek des Oghouzes, issue de Dağ Han ("prince montagne").

Nomadisant tout d'abord dans le nord-ouest du Kazakhstan moderne, à l'est de la Volga, ils forment peu à peu une part de plus en plus importante de l'armée de Khazars.

Au début du IXe siècle, ils sont utilisés par ceux-ci pour réprimer des révoltes dans l'état khazar.

Finalement en 889, ils franchissent la Volga et s'installent entre le Dniepr et le Don ; puis en 895, ils franchissent le Dniepr et prennent possession du royaume magyar de l'Etelköz.

Une partie importante des tribus Magyars s'en vont (sept tribus, à côté de trois tribus khazars) et s'installent en Pannonie où ils fondent le futur royaume de Hongrie.

À partir de 915, ils arrivent sur les rives septentrionales de la mer Noire puis au sud des grandes plaines ukrainiennes.

Le prince de Kiev, Igor, tente en 945 de les détourner vers l'empire byzantin mais son fils Sviatoslav est tué en 972 en luttant contre eux.

Ils se convertissent à l'islam vers 980.

En 1008, l’évêque missionnaire allemand Bruno de Querfurt prend personnellement la tête d’une mission d’évangélisation des Petchénègues, dans les territoires compris entre la Volga et l’Oural.

Entre 1036 et 1053, vaincus et harcelés par les Russes, ils franchissent le Danube et progressent à l'intérieur de l'empire.

C'est ainsi qu'en 1086 ils s'emparent de la Thrace et battent les troupes byzantines à Silistra en 1090.

À l'automne de la même année les Petchénègues mettent le siège devant Constantinople et tentent une alliance avec les Seldjoukides. Cette alliance eût été mortelle pour l'Empire si seulement Alexis Ier Comnène n'avait réagi en s'alliant aux Coumans.

Ceux-ci écrasent les Petchénègues le 29 avril 1091 à la bataille de la colline de Lebounion.

En 1122 ils sont définitivement battus par Jean II Comnène et se dispersent dans les Balkans surtout dans l'actuelle Transylvanie..

Les écrivains byzantins et certains historiens plus modernes les désignent sous le nom de Patzinaces.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Turquie

La langue officielle est le turc, mais le kurde et le zazaki sont parlés par les Kurdes et les Zazas,

qui représentent 18% de la population.

Étymologie

La « Turquie » se dit Türkiye en turc. Ce nom peut être divisé en deux composants : l'ethnonyme Türk, et le suffixe -iye, signifiant « possesseur », « pays de » ou « de la même famille que » (dérivé du suffixe arabe -iyya, similaire aux suffixes grec et latin -ia).

Le premier usage enregistré du terme Türk ou Türük comme auto-dénomination se trouve dans les inscriptions en Orkhon des Köktürks (Turcs bleus, c'est-à-dire « célestes » en turc) d'Asie Centrale (env. VIIIe siècle après J.-C.). Tu-kin est enregistré depuis 177 av. J.-C. comme nom donné par les Chinois aux gens vivant au sud des montagnes Altaï d'Asie Centrale.

Le mot français « Turquie » vient du latin médiéval Turquia ou Turchia (env. 1369), de Turcus (turc), qui vient lui-même du grec byzantin Τοῦρκος, issu du perse et de l'arabe ترك.

La péninsule anatolienne (ou Asie Mineure), qui représente aujourd'hui 97 % de la Turquie moderne, compte parmi les régions du globe qui ont continuellement été habitées tout au long de l'histoire de l'humanité.

Les premières implantations comme celles de Çatalhöyük, Çayönü, Hacılar, Göbekli Tepe et Mersin

comptent parmi les plus anciennes au monde.

Le premier empire à émerger en Anatolie a sans nul doute été l'Empire hittite, du XVIIIe au XIIIe siècle av. J.‑C.

Par la suite, les Phrygiens, un autre peuple indo-européen, ont gouverné ces terres

jusqu'à leur anéantissement par les Cimmériens au VIIe siècle.

D'autres peuples indo-européens se sont succédé en Anatolie, dont les Lydiens et les Lyciens.

Vers -1200, la côte ouest de l'Anatolie subit l'invasion des Grecs éoliens et ioniens.

Puis l'Empire perse achéménide domine toute l'Asie Mineure aux VIe et Ve siècles av. J.-C.. En 334 av. J.-C.,

Alexandre le Grand, débutant ses grandes conquêtes, envahit l'Anatolie,

qui se divise après sa mort en royaumes grecs

comme ceux de Bithynie, de Cappadoce, de Pergame ou du Pont.

Ces derniers sont submergés par la conquête romaine.

En 324 apr. J.-C., l'empereur romain Constantin Ier choisit Byzance comme nouvelle capitale de l'Empire.

Elle est dénommée Constantinople, la nouvelle Rome.

Conquise par le sultan Mehmed II en 1453, elle devient Istanbul.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Turquie

L'Empire seldjoukide et les premiers Turcs d'Anatolie

Article détaillé : Seldjoukides.

Les Turcs, à l'origine peuple nomade originaire d'Asie, des plaines de Mongolie à celles de l'Asie centrale, ont connu un vaste et continu mouvement d'émigration vers l'ouest.

Organisés en tribus et en fédérations de tribus non exclusivement turques, ils ont constitué au cours du temps des royaumes (comme celui des Göktürk ou Turcs Célestes) plus ou moins vastes et plus ou moins durables.

La première fois que l'histoire retient le nom des Turcs au Moyen-Orient, c'est en tant que mercenaires des califes abbassides,

qu'ils dirigent de fait dès le Xe siècle.

Les Seldjoukides, des Turcs Oghouz, fondent un empire qui s'étend de l'Anatolie jusqu'aux plaines d'Asie centrale.

Les invasions mongoles de Gengis Khan achèvent l'Empire seldjoukide, déjà mis à mal par ses luttes internes

et par les Croisades.

 

L'Empire ottoman (1299 à 1923)

Article détaillé : Empire ottoman.
Carte des conquêtes de l'Empire ottoman jusqu'en 1683.

En 1299, le sultan oghouz Osman Ier conquiert la ville byzantine de Mocadène.

Cet événement est considéré comme le début de l'Empire ottoman.

Dès lors, l'Empire ne va cesser d'accroître son territoire

et il atteint son apogée au XVIe siècle sous le règne de Soliman le Magnifique.

Les Balkans sont conquis dès la fin du XIVe siècle et la Serbie est entièrement annexée en 1459.

1453 voit la prise de Constantinople par les troupes du sultan Mehmet II.

C'est la fin de l'Empire byzantin.

C'est à cette époque que de nombreux chrétiens slaves, grecs ou arméniens, pauvres et démunis, se convertissent à l'islam pour ne pas payer le haraç (impôt sur les non-musulmans) et deviennent ottomans.

Au XVIe siècle, l'Empire trouve sa place dans le jeu diplomatique européen où il est un allié traditionnel de la France, dans une alliance de revers contre les Habsbourg dès le règne de François Ier.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gengis_Khan

 

 Genghis Khan et Ong Khan. Illustration provenant d'un manuscrit de Jami al-tawarikh (XVe siècle)

Suite !!

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site