Livre des Machabées LES GRECS PILLENT LES OBJETS DU SANCTUAIRE- PURIFICATION DU TEMPLE ET DEDICACE

 

Premier Livre des Machabées chap. 1 : 1

Lorsqu'Alexandre, fils de Philippe, Macédonien, sorti du pays de Céthim,

eut battu Darius, roi des Perses et des Mèdes, et fut devenu roi à sa place,

après avoir règné d'abord sur la Grèce, il fit de nombreuses guerres, prit beaucoup de forteresses

et mit à mort des rois de la terre.

 Il poussa jusqu'aux extrémités de la terre

et s'empara des dépouilles d'une multitude de nations,

et la terre se tut devant lui. Il rassembla une armée très forte.

et soumit des contrées, des nations et des souverains, et ils devinrent ses tributaires.

Alors il s'enorgueillit et son coeur se fit altier.

Après cela, il tombat sur son lit et connut qu'il allait mourir. Il appela auprès de lui ses officiers d'un rang supérieur, les compagnons de sa jeunesse, et il partagea entre eux son empire pendant qu'il vivait encore. Alexandre régna douze ans, et il mourut.

Ses officiers prirent possession du pouvoir, chacun au lieu qui lui était assigné.

Tous ceignirent le diadème après sa mort, et leurs fils après eux, durant de longues années,

et ils firent beaucoup de mal sur la terre.

Antiochus Epiphane; l'Hellénisme en Palestine

De ces rois sortit une racine pècheresse, Antiochus Epiphane, fils du roi Antiochus.

Il avait été à Rome comme otage,

et il devint roi en la cent trente-septième année du royaume des Grecs.

 En ces jours-là surgirent en Israël des impies qui en entraînaient beaucoup d'autres en disant :

"Allons et faisons alliance avec les nations qui sont autour de nous;

car, depuis que nous nous sommes séparés d'elles, il nous est arrivé beaucoup de malheurs".

Et ce discours parut bon à leurs yeux.

Quelsques-uns du peuple prenant la chose à coeur allèrent trouver le roi,

et il leur donna l'autrosation de suivre le statut légal des nations.

Ils construisirent donc à Jérusalem un gymnase, selon les lois des nations.

Ils firent disparaître les marques de leur circoncision

et ainsi, reniant l'alliance sainte,

ils s'associèrent aux nations et se vendirent pour faire mal.

Antiochus pille le Temple de Yahweh à Jérusalem

Quand son pouvoir lui parut bien  affermi,

Antiochus conçut le dessein de régner sur l'Egypte, afin d'être souverain des deux royaumes.

Il entra en Egypte avec une puissante armée, avec des chars,

des éléphants et des cavaliers, et un grand nombre de vaisseaux.

Il ouvrit les hostilités contre Ptolémée, roi d'Egypte; mais Ptolémée se retira devant lui et prit la fuite, et une multitude (d'hommes) tombèrent sous les coups. Ils prirent les villes fortes du pays d'Egypte, et en emporta du butin.

Après avoir battu l'Egypte l'an cent quarante-trois,

Antiochus s'en retourna et marcha contre Israël.

Etant monté à Jérusalem avec une armée puissante, il entra avec UNE AUDACE INSOLENTE

DANS LE SANCTUAIRE

ET EN ENLEVA

L'AUTEL D'OR,

LE LAMPADAIRE DE LA LUMIERE AVEC TOUS SES USTENSILES,

LA TABLE DE PROPOSITION (des pains),

LES COUPES, TASSES ET ECUELLES D'OR,

LE RIDEAU,

LES COURONNES ET LES ORNEMENTS D'OR SUR LA FACADE DU TEMPLE,

ET IL DETACHA TOUS LES PLACAGES.

IL PRIT AUSSI L'OR ET L'ARGENT ET LES OBJETS DE VALEUR,

AINSI QUE LES TRESORS CACHES, QU'IL PUT TROUVER.

Emportant le tout, il rentra dans son pays,

après avoir massacré beaucoup de gens et proféré des paroles de haute insolence.

Il y eut grand deuil partout en Israël; chefs et anciens poussèrent des gémmissements;

jeunes filles et jeunes gens dépérirent et la beauté des femmes s'altéra.

Les fiancés prirent le deuil, et, dans la chambre nuptiale, (la fiancée) se lamentait.

La terre trembla pour ses habitants, et toute la maison de Jacob était couverte de honte.

Deux ans après, le roi envoya dans les villes de Juda un commissaire des contributions.

Celui-ci arriva à Jérusalem avec beaucoup de troupes, et il adressa par ruse des paroles pacifiques et on lui fit confiance; puis, tout à coup, il se jeta sur la ville, la frappa très durement et tua beaucoup d'Israélites.

Il pilla la ville, y mit le feu, abattit les maisons  et les murs d'enceinte. Il emmena en captivité les femmes et les enfants et s'empara du bétail.

Ensuite ils bâtirent dans la cité de David une grande et forte muraille, avec de  puissantes tours :

ce fut leur citadelle.

  Ils y mirent une race perverse, des gens impies, et s'y fortifièrent.

Ils y entassèrent des armes et des provisions, et rassemblant le butin fait à Jérusalem, ils l'y déposèrent, constituant ainsi une redoutable embuscade.

C'était une embûche contre le sanctuaire et un cruel adversaire pour Israël en tout temps.

Ils répandirent aussi le sang innocent autour du sanctuaire et ils souillèrent le sanctuaire.

Devant eux, les habitants s'enfuirent de Jérusalem,

 et elle devint un séjour d'étrangers.

La ville devint étrangère à ses fils : ses enfants l'avaient abandonnée.

Son sanctuaire était dévasté comme un désert, ses fêtes se changèrent en deuils,

ses sabbats en déshonneur, et sa gloire en mépris.

A l'égal de sa gloire s'est multipliée son humiliation, et sa grandeur s'est changée en deuil.

La persécution des juifs fidèles

à leur religion

1:43 Le roi Antiochus publia un édit dans tout son royaume, ordonnant que tous ne fissent plus qu'un seul peuple

et que chacun abandonnât sa loi particulière. Toutes les nations se conformèrent à l'ordre du roi.

Beaucoup d'Israélites se complurent aussi à suivre SON CULTE:

ILS SACRIFIERENT AUX IDOLES ET PROFANERENT LE SABBAT.

Le roi envoya des lettres par des messagers à Jérusalem et aux autres de (villes) de Juda,

(leur ordonnant) de suivre des lois autres que celles du pays,

de supprimer dans le temple les holocaustes, les sacrifices et les libations,

de profaner les sabbats et les fêtes, de souiller le sanctuaire et les saints,

d'édifier des autels, des bois sacrés et des temples d'idoles,

et d'offrir en sacrifice des pourceaux et des animaux impurs,

de laisser leurs fils incirconcis, de se souiller eux-mêmes par toutes sortes d'impuretés et de profanations,

de manière à leur faire oublier la loi et à changer toutes les observances.

Et quiconque n'obéirait pas aux ordres du roi serait puni de mort.

Tous ces ordres, il les publia dans tout son royaume, et il établit des surveillants sur tout le peuple; il commanda aussi aux villes de Juda d'offrir des sacrifices dans chaque ville. Beaucoup de Juifs, tous ceux qui abandonnaient la loi, se rallièrent (aux impies); ils pratiquèrent le mal dans le pays,

et ils réduisirent les Israélites (fidèles) à se réfugier dans des cachettes,

dans toutes sortes de retraites.

Le quinzième jour du mois de Casleu, l'an cent quantre-cinq,

ils construisirent l'abomination de la désolation sur l'autel des holocaustes.

Ils construisirent des autels idolâtriques dans les villes de Juda à l'entour.

Ils brûlaient de l'encens aux portes des maisons et sur les places.

Les livres de la Loi qu'ils pouvaient trouver, ils les brûlaient après les avoir déchirés.

Celui chez qui un livre de l'Alliance était trouvé

et quiconque montrait de l'attachement à la Loi étaient mis à mort en vertu de l'édit du roi.

Tels étaient leurs procédés contre les Israélites visités dans les villes, chaque mois.

Le VINGT-CINQ DU MOIS,

ILS OFFRAIENT UN SACRIFICE SUR L'AUTEL qui (avait été construit) sur L'AUTEL DES HOLOCAUSTES.

On mettait aussi à mort, selon l'édit, les femmes qui avaient fait circoncire leurs enfants, leurs enfants suspendus à leur cou;

ainsi que leurs familles et ceux qui avaient pratiqué l'opération.

 Cependant beaucoup d'Israélites se montrèrent forts et fermes pour ne rien manger d'impur.

Ils préfèrèrent mourir plutôt que de se souiller par la nourriture

et de profaner la sainte alliance, et ils moururent.

 C'était un très grand courroux qui se déchargeait sur Israël.

Chapitre 2 : 1 Mathathias et ses fils : leur désolation

En ces jours-là se souleva Mathathias, fils de Jean, fils de Siméon, prêtre d'entre les fils de Joarib de Jérusalem, qui habitait Modin. Il avait cinq fils : Jean, surnommé Gaddi; Simon, appelé Thassis; Judas, surnommé Machabée; Eléazar, surnommé Abraran, et Jonathas, surnommé Appous.

Voyant les sacrilèges qui se commettaient en Juda et en Jérusalem, Mathathias dit :

"Hélas ! pourquoi suis-je né pour voir la ruine de mon peuple et la ruine de la ville sainte, et rester là oisif

pendant qu'elle est livrée aux mains des ennemis et que le sanctuaire est au pouvoir des étrangers?

Son temple est devenu comme  un homme infâme; les objets qui faisaient sa gloire ont été pillés et emportés;

ses petits enfants ont été massacrés dans ses rues; l'épée de l'ennemi a abattu ses jeunes hommes.

Quel peuple n'a pas hérité de royaume, et qui ne se soit saisi de ses dépouilles?

On lui a enlevé toute sa parure; de libre elle est devenue esclave.

Et voici que notre sanctuaire, notre parure, notre gloire, ont été ravagés, les nations les ont profanés.

Pourquoi donc vivrions-nous encore"?

Alors Mathathias et ses fils déchirèrent leurs vêtements, se couvrirent de cilices et se soumirent à un grand deuil.

A Modin. Mathathias se révolte

2 : 15 Les envoyés du roi chargés de contraindre à l'apostasie vinrent dans la ville de Modin pour organiser des sacrifices.

Un grand nombre d'Israélites se joignirent à eux :

Mathathias et ses fils se réunirent aussi.

Les envoyés d'Antiochus, s'adressant à Mathathias, lui dirent :

  "Tu es un prince honoré et puissant dans cette ville, et soutenu par des fils et des frères.

Approche donc le premier et exécute le commandement du roi, comme ont fait toutes les nations, les hommes de Juda

et ceux qui sont restés dans Jérusalem, et tu seras, toi et les tiens, parmi les amis du roi;

toi et tes fils, vous serez honorés par des dons d'or et d'argent et par des présents nombreux".

Mathathias répondit et dit d'une voix forte :

"Quand toutes les nations qui font partie de la maison du roi lui obéiraient,

chacune abandonnant la religion de ses pères, et se soumettraient volontiers à ses ordres, moi, mes fils et mes frères,

nous SUIVRONS L'ALLIANCE DE NOS PERES. QUE ELOHIM NOUS GARDE D'ABANDONNER LA LOI ET SES PRECEPTES !

Nous n'obérions pas aux ordres du roi pour nous écarter de notre religion, soit à droite soit à gauche".

Dès qu'il eut achevé ces mots,

un Juif s'avança aux yeux de tous pour sacrifier, selon l'ordre du roi, sur l'autel à Modin.

A cette vue, le zèle de Mathathias s'enflamma et ses reins frémirent;

il laissa monter sa colère selon la loi et, se précipitant, il égorgea cet homme sur l'autel.

Il tua en même temps l'officier du roi qui forçait à sacrifier, et il détruisit l'autel.

C'est ainsi qu'il fut transporté de zèle pour la loi, à l'exemple de Phinéès,

se soulevant contre Zambri, fils de Saloum.

La Guerre sainte :

Décision sur la sabbat; appui des assidéens

2:27 Alors Mathathias fit dans la ville cette proclamation à grand cri :

"Quiconque a le zèle de la Loi et maintient l'Alliance, qu'il s'en aille et me suive"!

Et il s'enfuit, lui et ses fils, dans la montagne, abandonnant tout ce qu'ils possédaient dans la ville.

Un grand nombre de Juifs, qui cherchaeint la justice de la Loi, descendirent alors dans le désert pour y demeurer, eux,

leurs enfants et leurs femmes, ainsi que leurs bestiaux, parce que trop lourde était leur détresse.

On annonça aux officiers du roi et aux troupes qui étaient à Jérusalem, la cité de David,

que les hommes qui avaient repoussé l'ordre du roi étaient descendus au désert, dans des cachettes.

Aussitît un grand nombre (de soldats) se mirent à leur poursuite.

Lorsqu'ils les eurent atteints, ils prirent position contre eux et se disposèrent à les attaquer le jour du sabbat. Ils leur dirent :

"En voilà assez ! Sortez et suivez les ordres du roi, et vous vivrez"!

 (Les Juifs) répondirent :

"Nous ne sortirons point et nous ne suivrons pas les ordres du roi : ce serait violer le jour du sabbat".

Aussitôt ils engagèrent contre eux le combat. Ils ne leur répondirent pas, ne déplacèrent pas contre eux une seule pierre et ne bouchèrent pas les cachettes.

"Mourons tous, disaient-ils, dans notre simplicité! Le ciel et la terre nous sont témoins que vous nous faites mourir contre toute loi".

Les ayant donc attaqués le jour du sabbat, ils moururent, eux, leurs femmes et leurs enfants, ainsi que leurs troupeaux;

ils étaient au nombre de mille hommes.

Mathathias et ses amis l'apprirent, et sur eux ils versèrent bien des larmes.

Et ils se dirent entre eux :

"Si nous faisons tous comme on fait nos frères, et que nous ne combattions pas contre les nations pour nos vies pour nos institutions,

ils nous auront bientôt exterminés, de la face de la terre".

Ils prirent donc en ce jour-là cette résolution :

"Si quelqu'un, qui que ce soit, nous attaque le jour du sabbat,

combattons contre lui, et ne mourons pas tous comme on fait nos frères dans leurs cachettes".

Alors se joignit à eux le parti des Assidéens :

c'étaient des Israélites vaillants, tous ceux qui s'attachaient à la Loi.

Tous ceux qui fuyaient cette détresse se joignirent aussi à eux et accrurent leur force.

Ayant ainsi formé une armée, ils frappèrent les prévaricateurs dans leur colère et les impies dans leur irritation;

le reste (des apostats) chercha refuge auprès des nations.

Mathathias parcourut le pays avec ses amis; ils détruisirent les autels,

circoncirent par force tous les enfants incirconcis qu'ils trouvèrent dans a terre d'Israël, et ils poursuivirent les insolents.

L'entreprise dans leurs mains réussit; Ils soutinrent la cause de la Loi contre les païens et contre les rois,

et ils ne laissèrent pas (sévir) la corne du pécheur.

Mort de Mathathias

2 : 49

Lorsque les jours de Mathathias touchèrent à leur fin, il dit à ses fils :

"Maintenant c'est le règne de l'arrogance et de la correction, temps de ruine et colère déchaînée.

Maintenant donc, ô mes fils, déployez votre zèle pour la Loi et donnez vos vies pour l'Alliance de vos pères.

Souvenez-vous des oeuvres que nos pères ont accomplies dans leurs générations, et vous recevrez une gloire éminente et un nom éternel.

Abraham n'a-t-il pas été trouvé fidèle dans la tentation, et (sa foi) ne lui a-t-telle pas été imputée à justice? 

Joseph, dans le temps de son affliction, a gardé les Commandements, et il est devenu seigneur de l'Egypte.

Phinéès, notre père, parce qu'il brûla de zèle, reçut l'Alliance d'un sacerdoce éternel.

Josué, pour avoir accompli la parole, est devenu juge en Israël.

Caleb, pour avoir rendu témoignage dans l'assemblée, reçut une portion du pays en héritage.

David, par sa piété, obtint le trône de la royauté pour tous les siècles.

Elie, parce qu'il brûla de zèle pour la Loi, a été enlevé au ciel.

Ananias, Asarias et Misaël, par leur foi, ont été sauvés des flemmes.

Daniel, par sa simplicité, fut délivré de la gueule des lions.

Ainsi considérez, dans chaque génération, que tous ceux qui espèrent en Lui ne défailliront pas.

Ne craignez pas les décrets d'un homme pécheur, sa sa gloire est vouée au fumier et aux vers.

Il s'élève aujourd'hui, et (demain)  on ne le trouvera plus, parce qu'il sera retourné dans sa poussière et que ses pensées seront anéanties.

Vous donc, mes fils, soyez forts et vaillants à défendre à défendre la Loi,

car par elle vous serez glorifiés.

Voici Simon, votre frère; je sais qu'il est homme de conseil, écoutez-le toujours, il sera pour vous un père.

Que Judas Machabée, vaillant héros depuis sa jeunesse,

soit le chef de votre armée et mène la guerre contre les peuples.

Vous vous adjoindrez tous les observateurs de la Loi et vous vengerez votre peuple.

 Rendez aux nations ce qu'elles ont fait,

et appliquez-vous au Commandements de la Loi".

Et il les bénit, et il fut réuni à ses pères. Il mourut l'an cent quarante-six; ses fils l'ensevelirent dans le tombeau de ses pères à Modin, et Israël se lamenta sur lui d'une grande lamentation.

Deuxième partie

3: 1 Judas, son fils, surnommé Machabée, se dressa à sa place.

Il avait comme soutien tous ses frères et tous ceux qui s'étaient joints à son père, et ils combattirent joyeusement les combats d'Israël. Il accrut la gloire de son peuple; il revêtit la cuirasse comme un géant; il ceignit ses armes de guerre et engagea des batailles, protégeant le camp de son épée.

Il était dans ses exploits pareil au lion, comme le lionceau qui rugit sur sa proie.

Il poursuivit les impies qu'il recherchait, et il livra aux flammes ceux qui troublaient son peuple.

Les impies se retirèrent effrayés devant lui, tous les ouvriers d'iniquité furent dans l'épouvante,

et par sa main progressa le salut.

Par ses exploits il causa de l'amertume à plusieurs rois et de la joie à Jacob,

et sa mémoire est à jamais bénie.

Il parcourut les villes de Juda et en extermina les impies, et il détourna d'Israël la colère.

Son nom retentit jusqu'aux extrémités de la terre, et il rassembla ceux qui allaient périr.

Premiers succès de Judas

3: 10

Apollonius rassembla des troupes païennes et une grande armée tirée de la Samarie pour combattre Israël.

 Et Judas en fut informé, et il s'en vint à sa rencontre, le défit et le tua; un grand nombre tombèrent sous ses coups, et le reste s'enfuit. (Les Juifs) s'emparèrent de leurs dépouilles,

et Judas prit l'épée d'Apollonius,

et ils s'en servit toujours dans les combats.

Séron, chef de l'amée des Syriens, apprit que Judas avait rassemblé un rassemblement et une communauté de fidèles marchant avec lui aux combats, et il dit : "Je me ferai un nom et j'aurai de la gloire dans le royaume; je combattrai Judas et ceux qui sont avec lui, qui méprisent les ordres du roi."

Il fit donc une seconde expédition; avec lui monta une puissante armée d'impies pour l'aider à tirer vengeance des enfants d'Israël. Lorsqu'ls furent proches de la montée de Béthoron, Judas marcha à leur rencontre avec une petite troupe.

Voyant l'armée qui s'avançait contre eux, ils dirent à Judas : "Pourrons-nous, si peu nombreux, combattre contre une si puissante multitude, surtout épuisés que nous sommes, n'ayant rien mangé aujourd'hui"?

Judas répondit :

"C'est chose facile qu'une multitude soit enfermée dans les mains d'un petit nombre; aux yeux du ciel il n'y a pas de différence à sauver par un grand nombre ou par un petit nombre.

Car LA VICTOIRE DANS LES COMBATS NE VIENT PAS DE LA MULTITUDE DES SOLDATS,

MAIS C'EST DU CIEL QUE VIENT LA FORCE.

Ils s'avancent contre nous avec une multitude d'insolence et d'impiété, pour nous exterminer, nous, nos femmes et nos enfants, et pour nous piller. Mais nous, nous combattons pour notre vie et pour notre Loi.

Et LUI LES BRISERA DEVANT NOUS; vous donc, NE LES CRAIGNEZ PAS".

Dès qu'il eut fini de parler, il se jeta subitement sur eux : Séron avec son armée fut par lui réduit en pièces. (Judas) le poursuivit sur la descente de Béthoron jusqu'à la plaine; il tomba huit cent hommes de leurs troupes, et le reste s'enfuit au pays des Philistins.

Alors on commença de craindre Judas et ses frères, et la terreur saisit les païens d'alentour.

Son nom arriva jusqu'au roi, et les nations racontaient les combats de Judas.

Lysias chargé d'administrer la Syrie et d'écraser les Juifs.

3: 27

Quand le roi Antiochus eut appris ces nouvelles, il fut transporté de colère; il donna des ordres et rassembla toutes les troupes de son royaume, une armée très puissante. Il ouvrit son trésor et donna aux troupes une année de solde, et il commanda qu'elles fussent prêtes pour n'importe quelle destination.

Alors il s'aperçut que l'argent du trésor était épuisé, et les tributs de la province rapportaient peu, à cause des troubles et des maux qu'il avait déchaînés dans le pays, en abolissant les lois qui étaient en usage dès les jours anciens. Il craignit de ne pas avoir, comme il était arrivé une et deux fois, de quoi fournir aux dépenses et aux libéralités qu'il prodiguait auparavant à profusion et plus largement que les rois qui l'avaient précédé. Dans ces embarras extrême,

il résolut d'aller en Perse pour percevoir les tributs de ces provinces et recueillir beaucoup d'argent.

Il chargea Lysias, noble personnage de la famille royale, de diriger les affaires du royaume, depuis le fleuve de l'Euphrate jusqu'aux frontières de l'Egypte, et de veiller à l'éducation de son fils Antiochus jusqu'à son retour. Il lui confia la moitié de ses troupes et les éléphants, et lui donna des ordres pour tous ses desseins, et quant aux habitants de la Judée et de Jérusalem,

IL LUI ORDONNA D'ENVOYER CONTRE EUX UNE ARMEE POUR BRISER

ET ANEANTIR LA PUISSANCE D'ISRAËL et ce qui restait à Jérusalem, et effacer du lieu leur souvenir,

et pour établir dans tous leur pays des étrangers, (auxquels) on distribuerait leurs terres par la voie du sort.

Puis, ayant pris avec lui l'autre moitié de ses troupes, le roi partit d'Antioche, sa capitale, en l'an cent quarante-sept, passa le fleuve de l'Euphrate et traversa le haut pays.

Judas surprend et met en déroute les troupes de Gorgias

3: 38 Lysias choisit Ptolémée, fils de Dorymène, Nicanor et Gorgias, vaillants capitaines et amis du roi;, et il envoya avec eux quarante mille fantassins et sept mille cavaliers pour envahir le pays de Juda et le dévaster selon l'ordre du roi. Ils se mirent en marche avec toutes leurs troupes et, étant entrés (en Judée), ils établirent leur camp près d'Emmaüs, dans la plaien. quand les marchands du pays apprirent cette nouvelle, ils prirent avec eux beaucoup d'argent et d'or, ainsi que des entraves, et vinrent au camp pour acheter comme esclaves les enfants d'Israël. A cette armée se joignirent les troupes de Syrie et du pays des Philistins.

Judas et ses frères, voyant cette détresse extrême et que les armées ennemies campaient dans leur territoire, ayant eu aussi connaissance de l'ordre qu'avait donné le roi de détruire et d'exterminer leur peuple, se dirent les uns aux autres:

"RELEVONS LES RUINES DE NOTRE PEUPLE, ET COMBATTONS POUR NOTRE PEUPLE ET NOTRE SANCTUAIRE"!

L'assemblée se réunit pour être prête au combat, et pour prier et implorer pitié et miséricorde.

Or Jérusalem était sans habitants, comme un désert; aucun de ses enfants n'y entrait ou n'en sortait,

LE SANCTUAIRE ETAIT FOULE AUX PIEDS ET LES FILS DE L'ETRANGER OCCUPAIENT LA FORTERESSE;

ELLE ETAIT LA RESIDENCE DES NATIONS.

La joie était enlevée à Jacob, la flûte et la harpe étaient abandonnées. S'étant concentrés, ils vinrent à Maspha, vis-à-vis de Jérusalem, parce qu'il y avait autrefois à Maspha un lieu de prière pour Israël.

Ils jeûnèrent en ce jour-là, se couvrirent de cilices, mirent de la cendre sur leur tête et déchirèrent leurs vêtements.

Ils déroulèrent LE LIVRE DE LA LOI POUR LE SCRUTER,

ainsi que font les nations pour les simulacres de leurs idoles.

Ils apportèrent les vêtements sacerdotaux, les prémices et les dîmes,

et firent venir des Nazaréens qui avaient accompli le temps (de leur voeu);

et ils crièrent de toute leur voix vers le ciel, disant :

"Que ferons-nous de ces choses, et où conduirons-nous ces hommes?

TON SANCTUAIRE EST FOULE AUX PIEDS ET PROFANE,

ET TES PRÊTRES SONT DANS LE DEUIL ET L'HUMILIATION.

Et voici que les nations se seont assemblées contre nous pour nous anéantir !

Tu connais leurs desseins contre nous.

Comment pourrons-nous tenir devant elles, si Tu ne nous secours pas"?

Et ils firent retentir les trompettes et poussèrent de grands cris.

Ensuite Judas établit des chefs du peuple : chefs de mille hommes, de cent, de cinquante et de dix.

Et il dit à ceux qui venaient de bâtir une maison, de prendre femme, de planter une vigne,

et à ceux qui avaient peur, de s'en retourner chacun dans sa maison, selon la loi.

Puis l'armée si mit en marche et alla camper au sud d'Emmaüs. Judas dit : "Ceignez-vous et soyez des braves, et tenez-vous prêts pour demain dès le matin à combattre contre ces nations assemblées pour nous anéantir, nous et notre sanctuaire. Car mieux vaut pour nous mourir en combattant que de voir les calamités de notre peuple et de notre sanctuaire.

Mais suivant ce que sera Sa Volonté dans le ciel, c'est ainsi qu'Il fera".

4: 1 Gorgias prit avec lui cinq mille hommes et mille cavaliers d'élite, et ils partirent pendant la nuit, pour tomber sur le cap des Juifs et les frapper à l'improviste; les hommes de la citadelle leurs servaient de guides. Judas, l'ayant appris, partit, lui et ses guerriers, pour frapper l'armée du roi qui était à Emmaüs, pendant que les troupes étaient en ordre dispersé hors du camp. Gorgias arriva pendant la nuit au camp de Judas, mais il ne trouva personne; alors il se mit à leur recherche dans les montagnes, car il sisait :

"Ils fuient devant nous"!

Dès que vint le jour, Judas fit son apparition dans la plaine, avec trois mille hommes; seulement ils n'avaient ni les armures de protection ni les épées qu'ils auraient désirées.

A la vue du camp puissant et fortifié des nations et des cavaliers qui l'entouraient, tous exercés au combat, Judas dit aux hommes qui étaient avec lui : "Ne craignez pas leur multitude et ne redoutez pas leur attaque. Rappelez-vous comment nos pères ont été sauvés dans la mer rouge, lorsque Pharaon les poursuivait avec son armée.

Crions maintenant vers le ciel, dans l'espoir qu'Il aura pitié de nous,

se souviendra de Son alliance avec nos pères et détruira aujourd'hui cette armée sous nos yeux.

Et toutes les nations sauront qu'il y a quelqu'un qui délivre et sauve Israël.

Alors les étrangers levèrent les yeux et les aperçurent marchant contre eux; et ils sortirent du camp pou la bataille, tandis que les gens de Judas sonnaient de la trompette. On en vint aux mains, et les nations furent taillées en pièces et s'enfuirent dans la plaine. Les derniers rangs tombèrent tous sous l'épée, et ils les poursuivirent jusqu'à Guézer, et jusque dans les plaines de Judée, d'Azot et de Jamnia; et des ennemis il tomba près de trois mille hommes.

Alors Judas, avec son armée, s'en retourna, cessant de les poursuivre, et il dit au peuple : "Ne soyez pas avides du butin, car un combat nous attend : Gorgias et ses troupes sont près de nous dans la montagne; mais tenez ferme en ce moment contre nos ennemis, combattez-les et vous pourrez ensuite prendre hardiment leurs dépouilles".

Judas parlait encore, losqu'un parti (de Gorgias) se montra débouchant de la montagne. Ils virent que les leurs étaient en fuite et que (les Juifs) avaient mis le feu au camp, car la fumée qu'on apercevait manifestait ce qui s'était passé. A cette vue, ils eurent une grande frayeur; et comme ils apercevaient en même temps dans la plaine l'armée de Judas prête à livrer bataille, ils s'enfuirent tous dans le pays des Philistins.

Judas revint pour piller le camp; ils emportèrent beaucoup d'or et d'argent,

ainsi que des étoffes de pourpre violette et de pourpre éclarlate et de grandes richesses.

Et en s'en revenant, ils chantaient des cantiques et bénissaient le Ciel :

"Car Il est bon car Sa Miséricorde subsiste à jamais".

Et ce fut pour Israël en ce jour-là un salut magnifique.

Ceux des étrangers qui avaient échappé allèrent annoncer à Lysias tout ce qui était arrivé. En apprenant cette nouvelle, il fut bouleversé et abattu, parce que ses desseins contre Israël ne se réalisaient pas et que les ordres du roi n'étaient pas exécutés.

Prière de Judas, défaite de Lysias

L'année suivante, (Lysias) rassembla une armée de soixante mille fantassins d'élite et de cinq mille cavaliers, afin de combattre. Ils s'avancèrent vers la Judée et établirent leur camps près de Bethsour Judas marcha contre eux à la tête de dix mille hommes.

A la vue de cette armée redoutable, il pria en disant :

"TU ES BENI, Ô LIBERATEUR D'ISRAËL,

QUI AS BRISE L'ELAN DU GEANT PAR LA MAIN DE TON SERVITEUR DAVID ET LIVRE LE CAMP DES PHILISTINS ENTRE LES MAINS DE JONATHAS, FILS DE SAÜL, ET DU PORTEUR DE SES ARMES. Enferme cette armée dans les mains de ton peuple Israël et qu'ils soient confondus avec leurs fantassins et leurs cavaliers.

Inspire-leur la terreur, abats leur force présomptueuse, et que leur écrasement les bouleverse.

Fais-les tomber par l'épée de ceux qui T'aimes et que tous ceux qui connaissent TON NOM T'adressent

des hymnes de louange".

  Ils engagèrent le combat, et il tomba cinq mille hommes de l'armée de Lysias, et ils tombèrent devant (les Juifs). Voyant la déroute de son armée et l'audace qu'avaient acquise les soldats de Judas, qui se montraient disposés à vivre ou à mourir noblement. Lysias retourna à Antioche et il recruta des trouples plus considérables pour revenir en Judée.

Purification du Temple et Dédicace

3:36 Alors Judas et ses frères  dirent :

"Voilà nos ennemis écrasés; montons maintenant purifier le sanctuaire et en faire la dédicace".

Toute l'armée se rassembla, et ils montèrent au mont Sion.

En VOYANT LE SANCTUAIRE DESOLE, L'AUTEL PROFANE, LES PORTES BRÛLEES,

DES PLANTES CROISSANT DAANS LE PARVIS COMME DANS UN BOIS OU SUR LES MONTAGNES, 

ET LES CHAMBRES DETRUITES, ils déchirèrent leurs vêtements, se lamentèrent d'une grande lamentation, mirent de la cendre sur leur tête, SE PROSTERNERENT LA FACE CONTRE TERRE ET,

PENDANT QUE LES TROMPETTES SONNAIENT AVEC ECLAT, ILS POUSSERENT DES CRIS VERS LE CIEL.

Alors Judas chargea un détachement de combattre les Syriens qui étaient dans la citadelle,

jusqu'à ce qu'il eût purifié le sanctuaire.

Puis il choisit des prêtres sans défauts, AYANT LE ZELE DE LA LOI,

et ILS PURIFIERENT LE SANCTUAIRE

ET TRANSPORTERENT DANS UN LIEU IMPUR LES PIERRES DU SACRILEGE.

 On délibéra sur ce qu'on devait faire à l'autel des holocaustes qui avait été profané,

ET L'HEUREUSE PENSEE LEUR VINT DE LE DEMOLIR,

AFIN QU'IL NE FÛT PAS POUR EUX UN OBJET D'OPPROBRE,

PUISQUE LES GENTILS L'AVAIENT SOUILLE.

ILS DEMOLIRENT L'AUTEL, ET ILS DEPOSERENT LES PIERRES SUR LA MONTAGNE DU TEMPLE,

DANS UN LIEU APPROPRIE,

EN ATTENDANT LA VENUE D'UN PROPHETE QUI DONNERAIT UNE DECISION A LEUR SUJET.

ET ILS PRIRENT DES PIERRES BRUTES SELON LA LOI,

ET CONSTRUISIRENT UN AUTEL NEUF, SUIVANT LES ANTIQUES PRESCRIPTIONS.

ILS REBÂTIRENT LE SANCTUAIRE, AINSI QUE L'INTERIEUR DU TEMPLE, ET ILS SANCTIFIERENT LES PARVIS.

ILS FIRENT A NEUF LES USTENSILES SACRES, REPLACERENT DANS LE TEMPLE LE LAMPADAIRE,

L'AUTEL DES PARFUMS ET LA TABLE. ILS FIRENT FUMER L'ENCENS SUR L'AUTEL,

ALLUMERENT LES LAMPES DU LAMPADAIRE, ET ELLES ILLUMINAIENT LE TEMPLE.

ILS PLACERENT DES PAINS SUR LA TABLE ET SUSPENDIRENT LES VOILES.

Après avoir achevé tous les ouvrages qu'ils avaient faits, ils se levèrent de grand matin,

le vingt-cinquième jour du neuvième mois- c'est le mois nommé Casleu- de l'an cent quarante-huit, et ils offrirent un sacrifice, selon la loi, sur le nouvel autel des holocaustes qu'ils avaient construit.

Dans le même mois et le même jour qu'il avait ETE PROFANE PAR LES NATIONS EUT LIEU SA DEDICACE,

AU CHANT DES PSAUMES, AU SON DES HARPES, DES LYRES ET DES CYMBALES.

tout le peuple se prosterna face contre terre pour adorer et bénir le ciel qui leur avait accordé le succès.

Ils célèbrèrent la Dédicace de l'Autel pendant huit jours, et ils offrirent des holocaustes avec joie, et ils sacrifièrent des sacrifices pacifiques et de louange.

Ils ornèrent la façade du temple de COURONNES ET D'ECUSSONS,

et ils renouvelèrent les entrées du temple et les chambres, et leur mirent des portes.

Il y eut parmi le peuple une grande joie, et ainsi fut effacée l'insulte infligée par les nations.

Judas, d'accord avec ses frères et toute l'assemblée d'Israël,

établit que les jours de la dédicace de l'autel seraient célébrés en leur temps chaque année pendant huit jours,

à partir du vingt-cinq Casleu, avec joie et allégresse.

En ce même temps, ils construisirent sur le mont Sion une enceinte de hautes murailles et de fortes tours,

afin que les nations ne vinssent plus le fouler aux pieds comme elles l'avaient fait auparavant.

Et Judas y mit un détachement pour le garder.

Et pour le garder, on fortifia Behsour, afin que le peuple eût une forteresse en face de l'Idumée.

 Guerre contre les pays voisins

5:5 ET il arriva que les nations d'alentour,

APPRENANT QUE L'AUTEL AVAIT ETE RECONSTRUIT ET LE SANCTUAIRE RETABLI

COMME IL ETAIT AUPARAVANT, FURENT TRES IRRITEES. 

Elles résolurent d'exterminer les descendants de Jacob qui vivaient parmi elles, et elles commencèrent à tuer le peuple et à l'exterminer.

Judas guerroyait contre les fils d'Esaü dans l'Idumée, au pays d'Acrabathane, parce qu'ils pressaient de leurs attaques Israël; il leur infligea une grand défaite, les réduisit et enleva leurs dépouilles. Il se souvint aussi de la méchanceté des fils de Béan, qui étaient pour le peuple piège et achoppement par les embûches qu'ils lui dressaient dans les chemins.

Il les investit dans leurs tours, les assiégea, les voua à l'anathème et brûla leurs tours avec tous ceux qui étaient dedans.

Puis il passa chez les Ammonites, et il trouva là une forte troupe et un peuple nombreux, qui avait pour chef Timothée. Il leur livra de nombreux combats, et ils furent écrasés par lui et il les tailla en pièces. Il prit Iazer et les ville ses filles, et il revint en Judée.

Campagnes de Galilée et de Galaad

5: 9 Les nations qui sont en Galaad se réunirent contre les Israélites qui habitaient sur leur territoire, afin de les exterminer, et ceux-ci se réfugièrent dans la forteresse de Dathéman. Ils envoyèrent des lettres à Judas et à ses frères, en disant : "Les nations qui nous entourent se sont rassemblées contre nous pour nous exterminer.

Elles se préparent à venir et à s'emparer de la forteresse dans laquelle nous nous sommes réfugiés, et Timothée est le chef de leur armée. Viens donc maintenant nous délivrer de leurs mains, car un grand nombre des nôtres sont tombés. tous nos frères qui étaient dans le pays de Tob ont été mis à mort; ils ont emmené en captivité leurs femmes et leurs enfants et leurs biens; ils ont tué là près de mille hommes". On était encore à lire leurs lettres, lorsqu'arrivèrent de la Galilée d'autres messagers, les vêtements déchirés, apportant cette nouvelle :

"Les gens de Ptolémaïs, de Tyr, de Sidon et de toute la Galilée des étrangers,

se sont rassemblés contre eux pour les exterminer".

Lorsque Judas et le peuple eurent entendu ces mots, il se tint une grande assemblée pour délibérer sur ce qu'ils devaient fiare pour leurs frères qui étaient dans la tribulation et attaqués par ces (ennemis). Judas dit à Simon son frère : "Choisis-toi des hommes et va délivrer tes frères qui sont en Galilée; moi et mon frère Jonathas, nous irons en Galaad".

Il laissa en Judée Joseph, fils de Zacharie, et Azarias, chef du peuple, avec le reste de l'armée pour la garde, et il leur donna cet ordre : "Gouvernez ce peuple, mais n'engagez pas de combat avec les nations jusqu'à notre retour". On assigna à Simon trois mille hommes pour aller en Galilée, et huit mille à Judas pour (aller) en Galaad.

Simon se rendit en Galilée et livra aux nations de nombreux combats, et les nations furent écrasées par lui, et il les poursuivit jusqu'à la porte de Ptolémaïs. Il tomba pèrs de trois mille hommes d'entre les nations, et il envleva leurs dépouilles. Il recueillit les (Juifs) qui étaitent en Galilée et dans Arbatès, avec leurs femmes, leurs enfants et tout ce qui leur appartenait, et il les emmena en Judée avec une grande joie.

Judas Machabée et Jonathas, son frère, franchirent le Jourdain et s'avancèrent à trois jours de marche dans le désert. Ils rencontrèrent les Nabatéens qui les reçurent avec amitié et leurs racontrèent tout ce qui était arrivé à leurs frères en Galaad : "Un grand nombre d'entre eux, sont tenus enfermés à Bossora et à Bosor, dans Alimès, Casphor, Maked et Carnaïm; toutes ces villes sont fortifiées et grandes; il y en a aussi d'enfermés dans les autres villes de Galaad. Et ils se préparent à attaquer dès demain ces forteresses, à s'en emparer et à les exterminer tous en un seul jour".

Judas, changeant de direction, fit précipitamment route avec son armée vers le désert de Bossora; il s'empara de la ville, passa au fil de l'épée toute la population mâle, prit toutes leurs dépouilles et livra la ville aux flemmes.

Il partit de là pendant la nuit et marcha jusqu'à la forteresse. Le matin venu, ils levèrent les yeux et aperçurent une multitude innombrable portant des échelles et des machines pour s'emparer de la forteresse et combattant les assiégés (les Juifs). Voyant que le combat était engagé et que de la ville montait jusqu'au ciel une clameur faite du son des trompettes et de grandes clameurs,

Judas dit aux hommes de son armée : "Combattez aujourd'hui pour vos frères"!

 Et il s'avança en trois corps sur les derrières (de l'ennemi); puis ils firent rententir les trompettes et poussèrent des cris de prière. Dès que l'armée de Timothée eut reconnu que c'était Machabée, ils s'enfuirent devant lui, et il leur infligea une grande défaite; et il tomba près de huit mille hommes d'entre eux dans cette journée. De là il se détourna vers Maspha; l'ayant attaquée, il s'en empara, tua toute la population mâle, pirt leurs dépouilles et livra la ville aux flammes. S'avançant plus loin, il s'empara de Casphon, de Maked, de Bosor et des autres villes de Galaaditide.

 Après ces évènements, Timothée rassembla une autre armée et alla camper vis-à-vis de Raphon, au-delà du torrent. Judas envoya reconnaître cette armée, et on lui fit ce rapport :

"tous les Gentils qui nous entourent se sont réunis aux troupes et forment une armée très nombreuse. Ils stipendient des Arabes comme auxiliaires et ils ont placé leur camp au-delà du torrent, prêts à te livrer bataille". Et Judas s'avança à leur rencontre. Timothée dit aux chefs de son armée : "Quand Judas avec ses troupes s'approchera du cours d'eau, s'il passe vers nous le premier, vous ne pourrez lui résister, parce qu'il pourra l'emporter sur nous. Mais s'il craint et établit son camp au-delà du fleuve, passons vers lui et nous l'emporterons sur lui".

Judas, étant arrivé au cours d'eau, plaça sur le bord les scribes du peuple et leur donna cet ordre : "Ne laissez personne établir une formation, mais que tous viennent à la bataille"! Et, (marchant) à l'ennemi, il passa le premier, suivi de tous ses gens. Tous les Gentils furent écrasés par lui; ils jetèrent leurs armes et s'enfuirent dans l'enceinte sacrée de Cärnaïm. Les Juifs s'emparèrent de la ville, incendièrent l'enceinte sacrée avec tous ceux qui s'y trouvaient, et Carnaïm fut réduite et ils ne purent plus tenir devant Judas.

Alors Judas rassembla tous les Israélites qui étaient en Galaad, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, avec leurs femmes, leurs enfants et leurs biens, immense multitude ! pour les amener dans le pays de Juda. Ils arrivèrent à Ephron, grande ville commandant le route très fortifiée; on ne pouvait s'en détourner ni à droite ni à gauche, mais il fallait la traverser.

Les habitants s'y enfermèrent et en obstruèrent les portes avec des pierres. Judas leur envoya des messagers portant des paroles de paix : "Que nous puissions traverser votre territoire pour aller dans notre pays; personne ne vous causera de dommage; nous nous contenterons de marcher et traverser".

Mais ils ne voulurent pas lui ouvrir. alors Judas fit publier dans son armée que chacun prît position là où il était. Les hommes de l'armée prirent donc position, puis il donna l'assaut à la ville tout le jour et toute la nuit, et la ville fut livrée entre ses mains. Il passa tous les mâles au fil de l'épée, il rasa la ville, en enleva les dépouilles et la traversa en marchant sur les cadavres. Puis, franchissant le Jourdain, ils arrivèrent dans la grande plaine qui est vis-à-vis de Behsan. Judas s'employait à rallier les traînards et à exhorter le peuple sur tout le chemin, jusqu'à ce qu'ils fussent arrivés dans le pays de Juda.

Et ils montèrent au mont Sion avec joie et allégresse,

et ils offrirent des holocaustes,

parce qu'ils n'avaient perdu aucun des leurs jusqu'à leur retour en paix.

Défaite de Joseph et d'Azarias à Jamnia

5: 55 Pendant que Judas était avec Jonathas dans le pays de Galaad, et que Simon, son frère,

était en Galilée devant Ptolémaïs, Joseph, fils de Zacharie, et Azarias, chefs de l'armée, apprirent toutes les actions d'éclat qu'ils avaient faites et tous les combats; et ils se dirent :

"Faisons-nous un nom, nous aussi, et allons combattre les Gentils qui sont autour de nous"!

Ils donnèrent donc leurs ordres aux hommes de leur armée, et ils marchèrent contre Jamnia. Gorgias sortit de la ville avec ses hommes et s'avança à leur rencontre pour les combattre. Joseph et Azarias furent écrasés et poursuivis jusqu'à la frontière de Judée;

il tomba ce jour-là du peuple d'Israël environ deux mille hommes.

Et le peuple subit une grande défaite parce qu'ils n'avaient pas écouté Judas et ses frères,

en pensant qu'ils feraient des actions d'éclat.

Mais ils n'étaient pas de la race de ces hommes à qui il était donné de sauver par leurs mains Israël.

Le héros Judas et ses frères eurent une grande gloire devant tout Israël et toutes les nations, là où leur nom était prononcé.

On se rassemblait autour d'eux pour les féliciter.

Victoires de Judas sur les Iduméens et les Philistins

5: 65 Ensuite Judas partit en expédition avec ses frères pour combattre les fils d'Esaü dans le pays du midi; il s'empara d'Hébron et des villes ses filles, détruisit ses fortifications et brûla les tours de son enceinte. Il entreprit une campagne contre le pays des Philistins et traversa Marésa. En ce jour périrent dans le combat plusieurs prêtres qui voulaient faire preuve de bravoure, en se jetant imprudemment dans la bataille. Puis Judas se dirigea sur Azot, territoire des Philistins;

IL DEMOLIT LEURS AUTELS, BRÛLA LES STATUES DE LEURS elohims

et, après avoir pillé les villes, revint dans le pays de Juda.

Mort d'Antiochus Epiphane

6:1 Cependant, le roi Antiochus parcourait les provinces supérieures.

Ayant appris qu'il y avait en Perse, dans l'Elymaïde,

une ville célèbre par ses richesses en argent et en or,

AVEC UN TEMPLE TRES RICHE RENFERMANT DES VÊTEMENTS D'OR,

DES CUIRASSES, DES ARMES QU'Y AVAIT LAISSES ALEXANDRE,

FILS DE PHILIPPE, ROI DE MACEDOINE,

QUI REGNA LE PREMIER SUR LES GRECS, il s'y rendit, et il cherchati à prendre la ville et à la piller; mais il n'y réussit pas, parce que les habitants de la ville eurent connaissance de son dessein. Ils se soulevèrent pour le combattre, et il prit la fuite et se retira avec une grande tristesse pour retourner à Babylone.

Alors vint en Perse (un messager) qui lui annonça la défaite des troupes qui étaient allées dans le pays de Juda : Lysias d'abord, s'étant avancé avec une armée très forte, avait fui devant (les Juifs), et ceux-ci avaient accru leur puissance par les armes, les soldats et les dépouilles abondantes enlevées aux armées vaincues;

ils avaient DETRUIT L'ABOMINATION ELEVEE PAR LUI SUR L'AUTEL

QUI ETAIT A JERUSALEM,

ILS AVAIENT ENTOURE LE TEMPLE DE HAUTES MURAILLES ,

comme il était auparavant, et pareillement Bethousr, sa cité.

En apprenant ces nouvelles, le roi fut frappé de terreur; un grand trouble le saisit; il se jeta sur son lit et tomba malade de tristesse, parce que ce qui lui arrivait n'était pas suivant ses désirs. Il demeura là pendant plusieurs jours, retombant sans cesse dans sa grande tristesse et se croyant sur le point de mourir. Alors il appela tous ses amis et leur dit : Le sommeil s'est retiré de mes yeux et le chagrin fait défaillir mon coeur. Je me dis : A quel degré d'affliction suis-je arrivé, et dans quel profond abîme suis-je maintenant ! Moi qui était bon et aiimé à cause de mon gouvernement !

Mais maintenant, je me souviens de tout le mal que j'ai fait à Jérusalem;

j'ai emporté tous les ustensiles d'or et d'argent qui s'y trouvaient,

et j'ai envoyé pour exterminer tous les habitants de la Judée sans motif.

Je reconnais donc que c'est à cause de cela que ces maux m'ont atteint, et voici que je péris d'une grande tristesse sur une terre étrangère". alors il appela Philippe, un de ses amis, ET L'ETABLIT SUR TOUS SON ROYAUME.

IL LUI DONNA SON DIADEME, SA ROBE ET SA BAGUE,

LE CHARGEANT DE DIRIGER SON FILS ANTIOCHUS

ET DE L'ELEVER POUR LA ROYAUTE.

Et le roi Antiochus mourut en ce lieu, l'an cent quarante-neuf.

Lorsque Lysias eut appris la mort du roi, il établit pour régner à sa place son fils Antiochus, qu'il avait nourri depuis son enfance,

et il lui donna LE NOM D'EUPATOR.

Antiochus Eupator en Juda : Bataille de Beth- Zacharia

6: 18

La garnison de la citadelle tenait Israël enfermé autour du sanctuaire;

elle cherchait sans cesse à le molester, et elle était un appui pour les Gentils. Judas résolut de les exterminer et il rassembla tout le peuple pour les assiéger. Ils se réunirent tous, en firent le siège l'an cent cinquante et construisirent contre elle des engins et des machines de trait. Mais quelques-uns des assiégés échappèrent au blocus et plusieurs Israélites impies se joignirent à eux.

Ils allèrent trouver le roi et lui dirent :

"JUSQU'A QUAND LAISSERAS-TU NOUS RENDRE JUSTICE ET DE VENGER NOS FRERES?

NOUS NOUS SOMMES EMPRESSES A SERVIR TON PERE,

A NOUS CONDUIRE SUIVANT CE QU'IL NOUS DISAIT ET A EXECUTER SES ORDRES.

A CAUSE DE CELA LES FILS DE NOTRE PEUPLE NOUS ASSIEGENT,

ILS SONT DEVENUS NOS ENNEMIS;

tous ceux d'entre nous qu'ils ont rencontrés ont été massacrés,

et ils ont mis au pillage nos héritages.

Ce n'est pas eulement sur nous qu'ils ont étendu la main,

mais sur tous les pays limitrophes.

Vois, ils sont CAMPES AUJOURD'HUI DEVANT LA CITADELLE DE JERUSALEM POUR S'EN EMPARER,

ET ILS ONT FORTIFIE LE TEMPLE ET BETHSOUR.

Si tu ne te hâtes pas de les prévenir, ils en feront encore plus et tu ne pourras plus les contenir".

Le roi, ayant entendus, fut pris de colère; il convoqua tous ses amis, chefs de son armée et ceux qui commandaient la cavalerie.

Il lui vint aussi des troupes mercenaires d'autres royaumes et des îles de la mer. Son armée comptait cent mille fantassins, vingt mille cavaliers et trente-deux éléphants dressés à combattre.

Ils s'avancèrent par l'Idumée et établirent leur camp devant Bethsour; ils combattirent longtemps et construisirent des machines; mais (les Juifs) firent une sortie et les incendièrent, et ils combattirent vaillamment.

Alors Judas laissa la citadelle et alla camper à Beth-Zacharia, vis-à-vis du camp du roi. Le roi se leva de grand matin et fit prendre brusquement à son armée le chemin de Beth-Zacharia, et les troupes se disposèrent pour l'attaque et sonnèrent de la trompette. Ils mirent sous les yeux des éléphants du jus de raisin et de mûre pour les exciter au combat.

  Ils distribuèrent ces animaux entre les phalanges; à chaque éléphant on adjoignit mille hommes revêtus de cuirasses en mailles de fer, avec un casque d'airain sur la tête, et cinq cents cavaliers d'élite étaient disposés auprès de lui. Ces derniers, d'avance, étaient partout où était la bête; là où elle allait, ils y allaient, et ils ne la quittaient jamais. Sur chacun des éléphants s'élevait, pour sa défense, une solide tour de bois attachée autour de lui par des sangles, et chaque (animal) portait des hommes de l'armée, combattant sur (les tours), en plus de son cornac. Ils placèrent le reste de la cavalerie sur les deux flancs de l'armée, afin d'inquiéter et de protéger les phalanges. Lorsque sous le soleil resplendirent LES BOUCLIERS D'OR ET D'AIRAIN, les montagnes resplendirent de leur (éclat) et brillèrent comme des torches en feu. Une partie de l'armée du roi se déploya sur les montagnes en haut et l'autre partie dans les vallées, et ils s'avançaient bien protégés et en bon ordre. tous étaient épouvantés, des cris de cette multitude, du bruit de leur marche et du cliquetis de leurs armes. Car l'armée était extrêmement nombreuse et puissante.

Judas s'avança avec son armée pour livrer bataille, et six cents hommes de l'armée du roi tombèrent. Eléazar, surnommé Abaran, aperçut un des éléphants couvert de cuirasses royales et dépassant tous les autres en hauteur. S'imaginant que le roi était dessus, il se sacrifia pour délivrer son peuple  et s'acquérir un nom éternel. Il court hardiment vers lui à travers la phalange, tuant à droite et à gauche, et devant lui s'écartaitent de part et d'autre. Alors il se glissa sous l'éléphant, et de par dessous il le tua; (l'éléphant) tomba par terre sur lui, et (Eléazar) mourut là. Les Juifs, voyant la puissance des forces royales et l'impétuosité des troupes, se retirèrent devant elles.

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site