Enlever le Nom de Yahweh du Nouveau Testament

 

Dans l'Ancien Testament "l'Eternel" est une traduction frauduleuse facile à démasquer. C'est un peu moins évident dans le Nouveau Testament et il n'est pas évident de reconnaître immédiatement la fraude. Cependant, en étant attentif, et avec un peu de pratique, on détecte asez facilement le sens de la traduction de kurios qui indique parfois un seigneur quelconque et parfois Yahouh soit YHWH.
Photo du tétragramme YHWH inclus dans un texte grec. C'est le Tétragramme qui a été remplacé frauduleusement par "kurios"

La traduction de YHWH qui est proposée par "Kurios" et retraduit par "le Seigneur" est tout aussi SCANDALEUSE !




Cette photo indiquant le Tétragramme YHWH (en écriture hébraïque) insérée dans un texte grec provient du site suivant.

Un lecteur averti en vaut 2. Pensez-y lors de votre prochaine lecture du Nouveau Testament...

Le Tétragramme

Le nom du Dieu d'Israël et de Juda apparaît plus de 7 000 fois dans la Bible hébraïque sous la forme du Tétragramme יהוה, c'est-à-dire YHWH[1]. Ce nom est aussi attesté, sous une forme incomplète (Jah), dans un grand nombre d'anthroponymes. Il provient de la racine hébraïque HWH/HYH, verbe qui signifie « être » ou "devenir".

Dans le judaïsme, le Tétragramme ne doit pas être prononcé, par respect pour le Nom divin. Pour le christianisme, la question de la transcription s'est posée. En effet, l'écriture sémitique est, à l'origine, purement consonantique et plusieurs hypothèses ont été proposées pour reconstituer les voyelles du Tétragramme. Une prononciation du Tétragramme reconstituée à partir des transcriptions grecques de Gesenius a conduit à lire Yahwêh. Cette transcription a été abandonnée en 2008 par l'Église catholique, à la fois par respect envers le judaïsme, par souci des règles philologiques et par conformité à la tradition instaurée par la Vulgate[2], où Jérôme de Stridon traduit « YHWH » par une périphrase : « le Seigneur » (Dominus)[3]

 

Autres noms

Le Dieu de la Bible hébraïque porte différents noms, moins fréquents que le Tétragramme. Les deux plus connus sont « Adonaï » et « Elohim ». « Adonaï » est un pluriel de Adon, avec un suffixe possessif de la 1re personne du singulier : « mon Seigneur »[1]. « Elohim », cité plus de 2 500 fois, est un pluriel de majesté du nom « Eloah », qui vient lui-même du nom « El »[5]. Celui-ci correspond au « nom donné par l'ensemble des Sémites à la divinité en général et au Dieu suprême en particulier[5] ». Dieu est aussi appelé « Shaddaï » plus de 300 fois, et ce terme semble signifier « de la montagne[6] ». Il est également « le Saint », « le Rocher », « l'Éternel »[1]...

Nouveau Testament

Dieu

Le Nouveau Testament, en grec, emploie le mot Θεος (Théos) pour désigner Dieu, parallèlement au mot Κυριος (Kurios), traduit en français par « Seigneur ». Les deux vocables s’appliquent à Dieu ainsi qu'à Jésus de Nazareth, dans les deux cas avec ou sans article (Ac 14. 15 ; Jn 1. 1 ; Jn 20. 28).

 

 

Suite !!



 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site