Etrusques et Double Croix et port de la couronne de lauriers S2

 

Chevaux ailés de Tarquinia

Etruscan Horses Tarquinia.jpg

L'ensemble dit des chevaux ailés de Tarquinia, conservé aujourd'hui au Musée archéologique national de Tarquinia, provient de l'Ara della Regina (« Autel de la Reine »), du fronton d'un temple de l'ancienne acropole étrusque de Civita (IVe ou IIIe siècle av. J.-C.[1]).

L'Ara della Regina sont les restes d'un grand sanctuaire étrusque du IVe siècle av. J.-C. situé sur un site archéologique étrusque près de la ville de Tarquinia, dans la province de Viterbe, dans le Latium.

D'influence hellénistique, il a été réalisé en terracotta en haut-relief et était probablement peint mais sa restauration n'en laisse pas de trace aujourd'hui.

Elles ont mis au jour des petites portions de murs datant du début du IVe siècle av. J.-C. faits de blocs de calcaire sur une longueur d'environ 8 km ainsi que les fondations d'un grand sanctuaire étrusque du même âge, connu sous l'appellation de l'Ara della Regina (« Autel de la Reine »).

Les Chevaux ailés de Tarquinia

Le fronton du temple comprenait un groupe de chevaux ailés en terracotta (les « Chevaux ailés de Tarquinia ») en style hellénistique. Cette pièce est conservée au Musée archéologique national de Tarquinia et est est considérée comme une pièce majeure de l'art étrusque.

Agencement du Temple

« À Tarquinia le temple dit de l’« Ara della Regina » présente des proportions exceptionnelles comparé aux autres temples étrusques, et ce, dès la première moitié du VIe siècle av. J.-C. Une analyse planimétrique des phases de construction successives laisse entrevoir un unique principe d’agencement, régissant non seulement les murs extérieurs de l’édifice, mais également les subdivisions internes et les dimensions de la grande terrasse archaïque sur laquelle le temple est établi. Un schéma géométrique simple, basé sur le rabattement de la diagonale d’un carré ou d’un rectangle, semble conférer les proportions suivantes aux différentes parties de l’édifice : 1 : √2, 1 : √3 et 1 : √5. Ce même procédé, dans une application plus modeste, a par ailleurs déjà été observé dans l’autre pôle religieux de la ville, le complexe de l’aire sacrée du Pian di Civita. »

— M. Cavalieri, Genus numeri

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Site_%C3%A9trusque

 

Fichier:Grotta campana.gif

 

 

 

Croquis d'une tombe à Véies (illustration tiré du livre de George Dennis, chapitre II : Véies - le cimetière

 

Fichier:TombaFustigazione.jpg 

 

 Fresque d'une tombe du site de Monterozzi

 

 

 

 

 

 

 Tombe de la Pèlerine à Chiusi

 

Fichier:Piacenza Bronzeleber.jpg 

 

Divination étrusque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 
Le Fegato di Piacenza

La divination chez les Étrusques consistait à prédire l'avenir ou une prise de décision, comme dans toute divination, avec l'usage de certains objets et pratiques qui leur étaient propres. L'art de la divination aurait été apporté aux étrusques par Tagès, fils de la terre.

Tous ces rituels étaient consignés dans des libri spécifiques et qui nous ont été rapportés par les auteurs latins dans la somme que constitue l'Etrusca disciplina.

 

 

 

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site