Les 7 sceaux de l' Apocalypse de Jean

 

Et je vis : Quand l'Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j'entendis l'un des quatre animaux qui disait comme avec une voix de tonnerre : "Viens"! Et je vis paraître un cheval blanc. Celui qui le montait tenait un arc. On lui donna une couronne. Il partit en vainqueur et pour vaincre.

Quand ouvrit le deuxième sceau, j'entendis le second animal qui disait : "Viens"! Et il sortit un autre cheval roux. A celui qui le montait fut donné d'ôter la paix de la terre et de faire s'entr'égorger les hommes. On lui donna une grande épée.

Quand ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième animal qui disait : "Viens" ! Et je vis paraître un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance à la main. Et j'entendis comme une voix au milieu des quatre animaux. Elle disait : "Un denier la mesure de blé ! Un denier les trois mesures d'orge ! Pour l'huile et le vin, ne pas les gâcher"!

Quand ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième animal qui disait : "Viens!".

Et je vis paraître un cheval verdâtre, Celui qui le montait AVAIT POUR NOM LA PESTE, ET L'HADES LE SUIVAIT. Il leur fut donné pouvoir sur le quart de la terre, pour faire périr par le glaive, par la famine, par la peste et par les fauves de la terre.

Quand ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'autel les âmes de ceux qui avaient été égorgés A CAUSE DE LA PAROLE DE YAHWEH ET DU TEMOIGNAGE QU'Ils avaient rendu

Ils s'écrièrent à forte voix, disant : "Jusques à quand, Maître saint et véridique, attendras-tu pour nous faire justice et venger notre sang sur les habitants de la terre"? On leur donna à chacun une robe blanche et on leur dit de prendre patience encore un peu de temps, jusqu'à ce que fût au complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux.

Quand ouvrit le sixième sceau, je vis qu'il y eut un grand tremblement de terre. Le soleil devint noir comme un cilice; la lune entière devint comme du sang; les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme un figuier laisse tomber ses fruits verts, quand il est secoué par un grand vent.

Le ciel se retira comme un livre qu'on roule. Toutes les montagnes et les îles furent changées de place.

Les rois de la terre, les potentats, les capitaines, les riches, les puissants tous les esclaves et tous les hommes libres allèrent se cacher dans les cavernes et dans les rochers des montagnes.

Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : "Tombez sur nous et dérobez-nous à la vue de Celui qui est assis sur le Trône et à la colère de l'Agneau, car il est arrivé, le grand Jour de leur colère, et qui pourrait subsister"?

Après cela, je vis debout aux quatre coins de la terre, quatre anges qui retenaient les quatre vents de la terre, pour que le vent ne soufflât ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. Et je vis un autre ange qui montait du levant, porteur du sceau de Yahweh, Dieu vivant. Il cria à pleine voix aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de nuire à la terre et à la mer : "Ne nuisez, disait-il, ni à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, QUE NOUS N'AYONS MARQUE AU FRONT LES SERVITEURS DE YAHWEH, NOTRE DIEU".

Et j'entendis donner le nombre de ceux qui étaient marqués : cent quarante-quatre mille marqués de toutes les tribus des enfants d'israël.

Après cela, je vis paraître une foule immense que nul ne pouvait dénomber, de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. Et ils criaient à pleine voix disant : "Le salut appartient à Yahweh, notre Dieu qui est assis sur le Trône et à l'Agneau"!

Tous les anges se tenaient debout autour du Trône, des vieillards et des quatre animaux. Ils tombèrent devant le Trône, la FACE CONTRE TERRE, ET ILS ADORERENT YAHWEH en disant : "Amen! Que la bénédiction, la gloire, la sagesse, l'action de grâces, l'honneur, la puissance et la force soient A YAHWEH, NOTRE DIEU pour les siècles des siècles ! Amen "!

Puis l'un des vieillards prit la parole pour me dire : "Ceux qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils et d'où viennent-ils"? Je lui répondis : "Mon Seigneur, tu le sais, toi". Il me dit : "CE SONT CEUX QUI VIENNENT DE LA GRANDE TRIBULATION. Ils ont lavé leurs robes et ils les ONT BLANCHIES DANS LE SANG DE L'AGNEAU. Aussi sont-ils devant le Trône de Yahweh et Le servent-ils jour et nuit dans Son Temple. Celui qui est assis sur le Trône tendra SA TENTE AU-DESSUS D'EUX: ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif; le soleil ne les accablera plus, ni aucune chaleur brûlante; car l'Agneau qui est au milieu du Trône les fera paître et les conduira aux sources des eaux de la vie; et Yahweh essuiera toute larme de leurs yeux".

Septième sceau

Quand ouvrit le septième sceau, il se fit dans le ciel un silence d'une demi-heure environ. Puis je vis les sept anges qui se tiennent devant Yahweh : on LEUR DONNA SEPT TROMPETTES.

Un autre ange vint se placer près de l'autel, avec un encensoir d'or : on lui donna beaucoup de parfums pour les joindre aux prières de tous les saints sur l'autel d'or qui se trouve devant le Trône. Et la fumée des parfums monta de la main de l'ange avec les prières des saints devant Yahweh.

Et l'ange prit l'encensoir, qu'il remplit avec le feu de l'autel, et il le lança sur la terre : ce furent des coups de tonnerre, des voix, des éclairs et un tremblement de terre.

Et les sept anges qui avaient les sept trompettes se disposèrent à en sonner.

Le premier sonna de la trompette : il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent lancés sur la terre. Le tiers de la terre fut brûlé; le tiers des arbres fut brûlé; toute herbe verte fut brûlée.

Le deuxième ange sonna de la trompette : une sorte de grande montagne incandescente fut lancée dans la mer. Le tiers de la mer devint du sang; le tiers des créatures vivantes qui étaient dans la mer périrent; le tiers des navires fut détruit.

Le troisième ange sonna de la trompette : il tomba du ciel une grande étoile qui brûlait comme une torche. Elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux. Le nom de l'étoile est Absinthe. Le tiers des eaux tourna en absinthe, et quantité d'hommes moururent de ces eaux, parce qu'elles étaient devenues amères.

Le quatrième ange sonna de la trompette : le tiers du soleil fut atteint, avec le tiers de la lune et le tiers des étoiles, si bien qu'ils furent obscurcis pour un tiers, que le jour perdit le tiers de sa clarté et la nuit de même.

Et dans ma vision, j'entendis un aigle, qui volait au zénith, dire à pleine voix : "Malheur ! Malheur ! Malheur aux habitants de la terre, à CAUSE DES AUTRES COUPS DE TROMPETTE QUE LES TROIS ANGES VONT FAIRE RESONNER"!

Le cinquième ange sonna de la trompette, et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre. On lui donna la clef du puits de l'Abîne, ET ELLE OUVRIT LE PUITS DE L'ABIME.

Il monta du puits de la fumée comme la fumée d'une grande fournaise, et le soleil et l'air furent obscurcis par la fumée du puits. De la fumée sortirent DES SAUTERELLES QUI SE REPANDIRENT SUR LA TERRE, et il leur fut donné un pouvoir semblable à celui qu'ont les scorpions de la terre. Toutefois, il leur fut spécifié qu'elles ne causeraient de dommage ni à l'herbe de la terre, ni à la verdure, ni aux arbres, mais SEULEMENT AUX HOMMES QUI N'AURAIENT PAS SUR LE FRONT LE SCEAU DE YAHWEH. Il leur fut donné, non des les tuer, mais de les faire souffrir pendant cinq mois. La souffrance qu'elles causaient était semblable à celle que cause le scorpion quand il pique quelqu'un. En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, mais sans la trouver; ils souhaiteront mourir, mais la mort les fuira.

Par leur aspect les sauterelles ressemblaient à des chevaux épuipés pour le combat; elles avaient sur la tête comme des couronnes qui semblaient d'or; leurs visages étaient comme des visages humains; elles avaient une chevelure comme celle des femmes; leurs dents étaient comme les dents du lion; elles avaient un thorax comme une cuirasse de fer, et le bruit fait par leurs ailes était comme le bruit fait par des chars à plusieurs chevaux qui courent au combat. Elles ont aussi une queue et un dard comme ceux des scorpions, et c'est dans leur queue que se trouve leur pouvoir de causer du dommage aux hommes pendant cinq mois. ELLES ONT POUR ROI L'ANGE DE L'ABIME, QUI S'APPELLE EN HEBREU ABADDON  et en GREC APOLLYON.

Le premier malheur est passé. En voici venir encore deux autres après cela.

Sixième trompette

Le sixième ange sonna de la trompette et j'entendis une voix qui venait des quatre cornes de l'autel d'or placé devant Yahweh. Elle disait au sixième ange, -celui qui tenait la trompette-: 'Délie les quatre anges qui sont enchaînés sur le grand fleuve de l'Euphrate". Et on délia les quatre anges qui se tenaient prêts pour l'heure, le jour, le mois et l'année, afin de faire périr le tiers des hommes. Le nombre des cavaliers armés était de deux myriades de myriades: j'entendis donner leur nombre.

Et voici comment, dans ma vision, je vis les chevaux et ceux qui les montaient  : ceux-ci avaient des cuirasses couleur de feu, d'hyacinthe et de soufre; les chevaux ont des têtes comme les têtes des lions, et de leurs bouches s'échappent du feu, de la fumée et du soufre. C'est par ces trois fléaux que furent tués le tiers des hommes : PAR LE FEU, PAR LA FUMEE ET PAR LE SOUFRE QUI SORTENT DE LEURS BOUCHES. C'est que le pouvoir des chevaux est dans leur bouche et dans leur queue; leur queue, en effet, PAREILLE A UN SERPENT, A UNE TETE, ET C'EST PAR LA QU'ILS FONT DU MAL.

Quant au reste des hommes, - ceux qui n'avaient pas été tués par ces fléaux,- ILS NE SE REPENTIRENT PAS DE CE QU'ILS AVAIENT FAIT  ILS CONTINUERENT A ADORER LES DEMONS ET LES IDOLES D'OR, D'ARGENT, D'AIRAIN, DE PIERRE ET DE BOIS, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher. Ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs maléfices, ni de leur impudicité, ni de leurs larcins.

Et je vis une autre ange vigoureux qui descendait du ciel, ENVELOPPE D'UNE NUEE, avec l'arc-en-ciel sur la tête. Son visage était comme le soleil, et ses jambes comme des colonnes de feu.

Il tenait a la main un petit livre qui etait ouvert. Il posa le pied droit sur la mer et le gauche sur la terre. Et il poussa un cri à pleine voix, comme un lion qui rugit. A ce cri, LES SEPT TONNERRES FIRENT ENTENDRE LEUR VOIX. QUAND LES SEPT TONNERRES EURENT PARLE, je m'apprêtais à écrire, mais j'entendis une voix du ciel qui disait : "TIENS SCELLE CE QU'ONT DIT LES SEPT TONNERRES, ne l'écris pas"!

Alors l'ange que j'avais vu debout sur la mer et sur la terre LEVA LA MAIN DROITE VERS LE CIEL, ET IL JURA PAR CELUI QUI VIT AUX SiECLES DES SIECLES, QUI A CREE LE CIEL ET SON CONTENU, LA TERRE ET SON CONTENU, LA MER ET SON CONTENU, QU'IL N'Y AURAIT PLUS DE DELAI, mais qu'aux jours où se ferait entendre le septième ange, quand il sonnerait de la trompette, s'ACCOMPLIRAIT LE MYSTERE DE YAHWEH, comme Il en a fait l'annonce A SES SERVITEURS LES PROPHETES.

Et la voix qui venait du ciel, que j'avais entendue, me parla de nouveau et me dit : "VA PRENDRE LE LIVRE OUVERT DANS LA MAIN DE L'ANGE QUI SE TIENT DEBOUT SUR LA MER ET SUR LA TERRE.

Je m'avançai donc vers l'ange et lui dis de me donner le petit livre. Il me dit : "Prends-le et avale-le ! Il sera amer pour tes entrailles; mais, dans ta bouche, il sera comme du miel". Je pris le petit livre de la main de l'ange et je l'avalai : il fut, dans ma bouche, doux comme du miel; mais, quand je l'eus mangé, j'eus de l'amertume dans les entrailles. Alors on me dit : "Il faut QUE TU PROPHETISES DE NOUVEAU SUR QUANTITE DE PEUPLES, DE NATIONS, DE RACES ET DE ROIS".

On me donna un roseau pareil à un bâton en me disant : "Debout ! MESURE LE TEMPLE DE YAHWEH, avec l'autel et ceux qui y adorent.

Mais le parvis extérieur du Temple, laisse-le de côté, ne le mesure pas, car IL A ETE ABANDONNE AUX PAIENS: ils fouleront aux pieds la cité sainte pendant quarante-deux mois.

Je ferai prophétiser mes deux témoins, revêtus de sacs, pendant douze cent soixante jours : CE SONT LES DEUX OLIVIERS ET LES DEUX CANDELABRES DRESSES DEVANT YAHWEH, LE DIEU DE LA TERRE.

Si quelqu'un veut leur faire du mal, du feu sort de leur bouche et dévore leurs ennemis. Si quelqu'un veut leur faire du mal, c'est ainsi qu'il doit être tué. Ils ont le pouvoir de fermer le ciel pour qu'il ne tombe pas de pluie durant les jours prédits par eux. Ils ont aussi le pouvoir de changer les eaux en sang et de frapper la terre de toutes sortes de plaies, autant de fois qu'ils le voudront.

Quand ils auront pleinement fini de témoigner, la Bête qui monte de l'Abîme leur fera la guerre, les vaincra et les tuera : leurs cadavres gisent sur la place de la grande cité, appelée allégoriquement Sodome et Egypte, là même où leur Oint a été crucifié.

Des gens de tout peuple, de toute tribu, de toute langue et de toute nation regardent leurs cadavres pendant trois jours et demi, sans permettre qu'on mette leurs cadavres au tombeau.

Les habitants de la terre se réjouissent sur leur sort et sont dans l'allégresse: ils s'enverront des présents mutuellement, car ces deux prophètes ont fait le tourment des habitants de la terre".

Mais après les trois jours et demi, UN SOUFFLE DE VIE, VENANT DE YAHWEH, ENTRA EN EUX ET ILS SE MIRENT SUR LEURS PIEDS, ce qui causa une grande frayeux à ceux qui les regardaient. Et ils entendirent une forte voix qui venait du ciel et leur disait : "Montez ici" ! Et ils montèrent au ciel dans LA NUEEE, sous les yeux de leurs ennemis. Au même moment eut lieu un grand tremblement de terre : le dixième de la cité s'écroula, et sept mille personnes furent tuées par le tremblement de terre.

Les autres furent pris de peur et RENDIRENT GLOIRE A YAHWEH, Dieu du ciel.

Le second malheur est passé. Voici venir bientôt le troisième.

Septième trompette

Le septième ange sonna de la trompette, et dans le ciel retentirent de grandes voix qui disaient : "L'empire du monde est passé à Yahweh, notre Dieu et à Son Oint, et Il règnera aux siècles des siècles"! Les vingt-quatre vieillards qui sont assis devant Yahweh sur leurs trônes tombèrent LA FACE CONTRE TERRE ET ADORERENT YAHWEH, disant : "Nous te rendons grâces, Yahweh, Dieu Tout-Puissant,-  qui es et qui fus, - de ce que, investi de Ta grande Puissance Tu as pris la Royauté. Les nations s'étaient mises en fureur, mais Ta fureur est venue, ainsi que le moment de juger les morts, de récompenser Tes serviteurs les prophètes, les saints et CEUX QUI CRAIGNENT TON NOM, petits et grand, ET DE DETRUIRE CEUX QUI DETRUISENT LA TERRE".

Alors s'ouvrit le Temple de Yahweh, celui du ciel, et apparut dans Son Temple l'arche de Son Alliance. Il y eut des éclairs, des voix, des coups de tonerre, un tremblement de terre et de la grêle en abondance.

Un grand signe apparut dans le ciel  une Femme vêtue du soleil, la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête. Elle est enceinte et elle pousse des cris de douleur dans le travail de l'enfantement.

Un autre signe apparut dans le ciel : c'était un grand Dragon couleur de feu, avec ses sept têtes et dix cornes, et sept diadèmes sur ses têtes. Sa queue, entraînant le tiers des étoiles du ciel, les projeta sur la terre. Puis le Dragon se tint devant la Femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant dès qu'elle l'aurait mis au monde. Elle ENFANTA UN FILS, UN MALE, QUI DOIT GOUVERNER TOUTES LES NATIONS AVEC UNE HOULETTE DE FER. ET SON ENFANT FUT EMPORTE AUPRES DE YAHWEH ET DE SON TRONE. LA FEMME S'ENFUIT AU DESERT, OU YAHWEH LUI A MENAGE UN REFUGE POUR QU'ON L'Y NOURRISSE PENDANT DOUZE CENT SOIXANTE JOURS.

Il y eut un combat dans le ciel : Michel et ses anges combattaient contre le Dragon. Le Dragon avec ses anges engagea le combat, mais ils ne purent l'emporter, et il n'y eut plus de place pour eux dans le ciel. Il fut PRECIPITE, LE GRAND DRAGON, LE SERPENT ANTIQUE, QU'on APPELLE DIABLE ET SATAN, Le SEDUCTEUR DU MONDE ENTIER; IL FUT PRECIPITE SUR LA TERRE, ET SES ANGES FURENT PRECIPITES AVEC LUI.

Et j'entendis dans le ciel une voix puissante qui disait : "C'EST MAINTENANT LE SALUT, LA PUISSANCE, LE REGNE DE YAHWEH, NOTRE DIEU ET LA SUZERAINETE DE SON OINT!

Car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait jour et nuit devant Yahweh, notre Dieu. EUX-MEMES, ILS L'ONT VAINCU PAR LE SANG DE L'AGNEAU ET PAR LA PAROLE DE LEUR TEMOIGNAGE, et ils ont mérpisé leur vie jusqu'à mourir".

C'est pourquoi réjouissez-vous cieux, et vous qui les habiter ! MALHEUR A VOUS, LA TERRE ET LA MER, CAR LE DIABLE EST DESCENDU CHEZ VOUS, PRIS D'UNE GRANDE FUREUR, SACHANT QU'IL NE LUI RESTE QUE PEU DE TEMPS !

Quand le Dragon se vit précipité sur la TERRE, IL POURSUIVIT la FEMME qui avait mis au MONDE L'ENFANT MALE. Mais les deux ailes du grand aigle furent données à la Femme pour s'envoler au désert, en son refuge, où elle EST NOURRIE UN TEMPS, DEUX TEMPS, ET UN DEMI-TEMPS, LOIN DU SERPENT. Le Serpent lança de sa gueule, après la Femme, de l'eau comme un fleuve, dans l'espoir qu'elle serait noyée. Mais la terre vint au secours de la Femme : elle s'entrouvrit et engloutit le fleuve que le Dragon avait lancé de sa gueule. Alors le DRAGON, PLEIN DE FUREUR CONTRE LA FEMME, S'EN ALLA FAIRE LA GURERRE CONTRE LES AUTRES DE SES DESCENDANTS, CONTRE CEUX QUI GARDENT LES COMMANDEMENTS DE YAHWEH ET QUI DETIENNENT LE TEMOIGNAGE DE YESHOUA. Et il se fixa sur le sable de la mer.

Et je vis monter de la mer une Bête qui avait dix cornes et sept têtes. Il y avait sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms blasphématoires. Le Bête que je vis ressemblait à un léopard; ses pattes étaient comme celles d'un ours et sa gueule comme celle d'un lion. Le DRAGON LUI DONNA SA PUISSANCE, SON TRONE ET UN GRAND POUVOIR. L'une de SES TETES étaient comme blessée à mort, mais sa plaie mortelle fut guérie.

La terre entière, prise d'admiration, suivit la Bête. ON ADORA LE DRAGON QUI AVAIT DONNE LE POUVOIR A LA BETE ET ON ADORA LA BETE, EN DISANT : "Qui est semblable à la Bête, et QUI PEUT LUTTER AVEC ELLE"? Il lui fut donné la faculté de dire DES PAROLES ARROGANTES ET DES BLASPHEMES; IL LUI FUT AUSSI DONNE LE POUVOIR D'AGIR PENDANT QUARANTE-DEUX MOIS. ELLE OUVRIT LA BOUCHE POUR PROFERER DES BLASPHEMES CONTRE YAHWEH, POUR BLASPHEMER SON NOM, SA DEMEURE, LES HABITANTS DU CIEL.

Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre; il lui fut aussi donné plein pouvoir sur TOUTE TRIBU, TOUT PEUPLE, TOUTE RACE ET TOUTE NATION. ELLE SERA ADOREE PAR TOUS LES HABITANS DE LA TERRE, CEUX dont le NOM ne figure pas, depuis la fondation du monde, SUR LE LIVRE DE VIE DE L'Agneau égorgé.

Que celui qui a des oreilles entende! Si quelqu'un est destiné à la captivité, il va en captivité; si QUELQU'UN TUE PAR L'EPEE, IL DOIT ETRE TUE PAR L'EPEE.

C'est en cela que résident a constance et la foi des saints.

 et je vis MONTER DE LA TERRE UNE AUTRE BETE. ELLE AVAIT DEUX CORNES PAREILLES A CELLES DE L'AGNEAU, ET ELLE PARLAIT COMME UN DRAGON.

Tout le POUVOIR DE LA PREMIERE BETE, ELLE L'EXERCE EN SA PRESENCE. ELLE AMENE LA TERRE ET SES HABITANTS A ADORER LA PREMIERE BETE, CELLE DONT LA PLAIE MORTELLE A ETE GUERIE. ELLE OPERE DE GRANDS PRODIGES, JUSQU'A FAIRE DESCENDRE LE FEU DU CIEL SUR LA TERRE, SOUS LES YEUX DES HOMMES. ELLE SEDUIT LES HABITANTS DE LA TERRE PAR LES PRODIGES QU'IL LUI A ETE DONNE D'OPERER DEVANT LA BETE, DISANT AUX HABITANTS DE LA TERRE DE FAIRE UNE STATUE EN L'HONNEUR DE LA BETE, celle qui a survécu au coup d'épée.

IL LUI FUT DONNE D'ANIMER LA STATUE DE LA BETE, SI BIEN QUE LA STAUE DE LA BETE PARLE ET FAIT METTRE A MORT TOUS CEUX QUI N'ADORENT PAS LA STATUE DE LA BETE. ELLE FAIT QUE TOUS, PETITS ET GRANDS, RICHES ET PAUVRES, HOMMES LIBRES ET ESCLAVES, SE METTENT UNE MARQUE SUR LA MAIN DROITE OU SUR LE FRONT, EN SORTE QUE NUL NE PEUT ACHETER NI VENDRE, s'IL N'EST MARQUE DU NOM DE LA BETE OU DU CHIFFRE DE SON NOM.

C'EST ICI (qu'il faut) de la Sagesse. Que celui qui est intelligent calcule le chiffre de la Bête : car c'est un chiffre d'homme, et son chiffre est six cent soixante-six.

J'eus une vision : C'était l'Agneau debout sur le mont Sion, et avec lui cent quarante-qatre mille personnes QUI PORTAIENT INSCRITS SUR LE FRONT SON NOM ET LE NOM DE SON PERE. Et j'entendis une voix qui venait du ciel, pareille au bruit de grandes eaux et au grondement d'un grand coup de tonnerre. Cette voix que j'entendis rappelait des harpistes jouant de la harpe. Ils chantent comme un cantique nouveau devant le Trône, devant les quatre animaux et les vieillards. Nul ne pouvait apprendre CE CANTIQUE, EXCEPTE LES CENT QUARANTE-QUATRE MILLIERS, LES RACHETES DE LA TERRE. Ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges. Ce sont eux qui suivent l'Agneau partout où il va. Ce sont eux qui ont été rachetés d'entre les hommes, OFFRANDE POUR YAHWEH ET pour l'Agneau. Sur leurs lèvres il n'a pas été trouvé de mensonge : ils sont sans tache. (Ici les femmes, représentent la prostitution spirituelle).

Puis je vis un autre ange qui volait au zénith. Il avait à annoncer une BONNE NOUVELLE, valable pour l'éternité, AUX HABITANTS DE LA TERRE, A TOUTE NATION, A TOUTE TRIBU, A TOUTE RACE ET A TOUT PEUPLE. IL CLAMAIT A PLEINE VOIX :

"CRAIGNEZ YAHWEH ET RENDEZ-LUI GLOIRE, PARCE QUE L'HEURE EST VENUE OU IL VA FAIRE LE JUGEMENT; ADOREZ CELUI QUI A FAIT LE CIEL, LA TERRE, LA MER ET LES SOURCES".

Un autre ange, un second, suivit, qui disait : "Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, ELLE QUI A ABREUVE TOUTES LES NATIONS DU VIN DE SON ARDENTE IMPUDICITE"!

Un autre ange, un troisième, suivit, qui clamait à pleine voix : "SI QUELQU'UN ADORE LA BETE ET SA STATUE EN ACCEPTE LA MARQUE SUR LE FRONT OU SUR LA MAIN, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Yahweh pur versé dans la coupe de sa colère, et il sera torturé dans le feu et dans le soufre, devant les aints anges et devant l'Agneau".

La fumée de leur supplice, monte pour les siècles des siècles, et ils ne connaissent de répit ni jour ni nuit, CEUX QUI ADORENT LA BETE ET SA STATUE, ET CEUX QUI RECOIVENT LA MARQUE DE SON NOM. C'est ici que se montre la constance des saints qui GARDENT LES COMMANDEMENTS DE YAHWEH ET LA FOI EN YESHOUA.

 

Et j'entendis une voix qui venait du ciel et disait : "Ecris : Heureux les morts qui meurent  pour Yahweh!- Oui, dit l'Esprit, que dès à présent ils se reposent de leurs peines, CAR LEURS OEUVRES LES SUIVENT";

Puis j'eus une vision : C'était une nuée blanche, et sur la nuée était assis quelqu'un de pareil à un fils d'homme. Il avait sur la tête une couronne d'or et à la main une faucille affilée. Un autre ange sortit du temple, criant à pleine voix à celui qui était assis sur la nuée : "Lance ta faucille et moissonne, car l'heure de moissonner est venue : la moisson de la terre est mûre". Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre et la terre fut moissonnée.

Un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel. Il avait, lui aussi, une faucille affilée. Un autre ange encore- CELUI QUI EST LE MAITRE DU FEU- vint de l'autel et cria à pleine voix à celui qui avait la faucille affilée : "lance ta faucille affilée et vendange les grappes de la vigne de la terre, car les raisins en sont mûrs". Et l'ange jeta sa faucille sur la terre, vendangea la vigne de la terre et jeta dans la grande cuve de la fureur de Dieu. La cuve fut foulée HORS DE LA CITE, et de la cuve il sortit du sang jusqu'au mors des chevaux sur une étendue de seize cents stades.

(LE DIABLE SATAN LE MAITRE DU FEU, QUI SE PREND POUR UN DIEU ET A UN AUTEL).

Les sept coupes

Je vis dans le ciel un autre signe, grand et merveilleux : sept anges qui tenaient sept fléaux, les derniers, ceux par quoi la fureur de Yahweh a eu son terme.

Je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et LES VAINQUEURS DE LA BETE, DE SA STATUE ET DU CHIFFRE DE SON NOM, debout sur la mer de verre, QUI TENAIENT LES HARPES DE YAHWEH. ILS CHANTENT LE CANTIQUE DE MOISE, LE SERVITEUR DE YAHWEH, ET LE CANTIQUE DE L'AGNEAU, disant : "Grandes et merveilleuses sont tes oeuvres, Yahweh, Dieu Tout-Puissant ! Justes et vraies sont Tes Voies, Roi des nations ! Qui ne craindrait, Yahweh, et ne glorifierait Ton Nom?

Toi Seul es Saint, et toutes les nations viendront se PROSTERNER DEVANT TOI, parce que Tes jugements se sont manifestés".

Après cela, je vis s'ouvrir dans le ciel le Temple de la tente du témoignage. Les sept anges QUI TENAIENT LES SEPT FLEAUX SORTIRENT DU TEMPLE, vêtus de lin d'une blancheur éclatante, la poitrine ceinte d'une ceinture d'or. L'un des quatre animaux donna aux sept anges sept coupes d'or pleines de la fureur de Yahweh, Du Dieu qui vit aux siècles des siècles.

Le Temple fut rempli de la fumée qui émane DE LA GLOIRE DE YAHWEH ET DE SA PUISSANCE. Et personne ne pouvait pénétrer dans le Temple avant que les sept fléaux des sept anges n'aient eu leur réalisation.

J'entendis une grande voix qui venait du Temple et disait aux sept anges : "Allez verser sur la terre les sept coupes de la fureur de Yahweh".

Le premier s'en alla verser sa coupe sur la terre. Et un ulcère mauvais et pernicieux frappa les hommes QUI AVAIENT LA MARQUE DE LA BETE ET QUI ADORAIENT SA STATUE.

Le second versa sa coupe sur la mer qui devint comme le sang d'un mort, et tout ce qui avait vie dans la mer périt.

Le troisième versa sa coupe sur les fleuves et les sources qui devinrent du sang. Et j'entendis l'ange des eaux qui disait : "Tu es Juste, ô Toi qui es et qui fus, Toi, le Saint, en exécutant ces châtiments. Parce qu'ils ONT VERSE LE SANG DES SAINTS ET DES PROPHETES, TU LEUR AS DONNE DU SANG A BOIRE : ILS LE MERITENT".

Et j'entendis l'autel qui disait : "Oui, Yahweh, Dieu Tout-Puissant, Tes jugements sont conformes à la vérité et à la justice".

Le quatrième versa sa coupe sur le soleil, à qui il fut donné de brûler les hommes par son feu. Les hommes furent atteints de grandes brûlures, ils blasphémèrent le Nom de Yahweh qui est le Maître de ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour Lui rendre Gloire.

Le cinquième versa sa coupe SUR LE TRONE DE LA BETE, DONT LE ROYAUME

FUT PLONGE DANS LES TENEBRES. (Les hommes) SE MORDAIENT LA LANGUE DE DOULEUR. ILS

BLASPHEMERENT YAHWEH, LE DIEU DU CIEL A CAUSE DE LEURS DOULEURS ET A CAUSE DE LEURS ULCERES, ET ILS

NE SE REPENTIRENT PAS DE LEURS OEUVRES.

Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve de l'Euphrate, dont les eaux tarirent pour livrer passage aux roix, à ceux de l'Orient.

Je vis de la gueule du Dragon, de la gueule de la Bête et de la bouche du Faux Prophète, trois esprits impurs semblables à des grenouilles. CE SONT DES ESPRITS DE DEMONS QUI OPERENT DES PRODIGES ET S'EN VONT TROUVER LES ROIS DE L'UNIVERS ENTIER, AFIN DE LES MENER ENSEMBLE AU COMBAT, AU GRAND JOUR DE YAHWEH, DU DIEU TOUT-PUISSANT.

VOICI QUE JE VIENS COMME UN VOLEUR. HEUREUX QUI VEILLE ET QUI GARDE SES VETEMENTS POUR N'AVOIR PAS A ALLER NU ET POUR NE PAS LAISSER VOIR SA NUDITE!-

Ils les rassemblèrent au lieu appelé en hébreu Harmagédon.

Le septième versa a coupe dans les airs, et il sortit du temple une grande voix qui venait du Trône et disait : "C'est fait"! Il y eut des éclairs, des voix, des coups de tonnerre; puis ce fut un grand tremblement de terre, tel qu'il n'y en a jamais eu depuis que l'homme est sur la terre, tant ce tremblement de terre fut grand. LA GRANDE CITE SE COUPA EN TROIS MORCEAUX, ET LES CITES DES PAIENS S'ABATTIRENT. YAHWEH SE SOUVINT DE BABYLONE LA GRANDE POUR LUI DONNER LA COUPE DU VIN DE SON ARDENTE COLERE. Toutes les îles s'enfuirent, et l'on ne retrouva plus de montagnes. Des grêlons aussi gros que des talents tombèrent du ciel sur les hommes, et les hommes blasphémèrent Yahweh à cause du fléau de la grêle, car c'est un très grand fléau.

L'un des sept anges qui avaient les sept coupes vint me parler : "Viens, dit-il que je te montre le jugement de la grande Courtisane assise au bord des grandes eaux, avec laquelle se sont enivrés les habitants de la terre en buvant du vin de son impudicité." Et il me transporta en esprit DANS UN DESERT.

JE VIS UNE FEMME MONTEE SUR UNE BETE ECARLATE, COUVERTE DE NOMS BLASPHEMATOIRES, QUI AVAIT SEPT TETES ET DIX CORNES. LA FEMME ETAIT VETUE DE POURPRE ET D'ECARLATE, ET RUTILANTE D'OR, DE PIERRES PRECIEUSES ET DE PERLES. ELLE AVAIT A LA MAIN UNE COUPE D'OR PLEINE D'ABOMINATIONS AINSI QUE LES SOUILLURES DE SON IMPUDICITE. SUR SON FRONT ETAIT INSCRIT UN NOM : UN MYSTERE ! BABYLONE LA GRANDE, LA MERE DES DEBAUCHES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE".

Et je vis cette femme s'enivrer du sang des saints et du sang des martyrs de Yeshoua. A ce spectacle, je fus pris d'un grand étonnement.

L'ange me dit : "Pourquoi t'étonner? Moi, je vais t'expliquer le mystère de la femme et de la Bête qui la porte, aux sept têtes et aux dix cornes.

La Bête que tu as vue était, mais elle n'est  plus; elle VA REMONTER DE L'ABIME pour ALLER A SA PERTE. Et ceux des habitants de la terre, dont le nom ne figure pas depuis la fondation du monde sur le Livre de vie, seront dans l'étonnement en voyant la Bête : elle était, elle n'est plus, elle reparaît.- C'est ici qu'il faut une intelligence douée de sagesse.-

Les sept têtes sont sept monts sur  lesquels la femme est assise. Ce sont aussi sept rois : il en est tombé cinq, l'un existe, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il ne doit pas durer longtemps. Quant à la Bête qu était et

qui n'est plus, c'est ELLE LE HUITIEME, qui EST AUSSI DES SEPT ET S'EN VA A

SA PERTE.

Les dix cornes que tu as vues sont dix rois qui n'ont pas encore reçu la royauté, mais qui recevront l'autorité royale, pour une heure seulement, avec la Bête. Ceux-là n'ont qu'un seul dessein : METTRE LEUR FORCE ET LEUR AUTORITE AU SERVICE DE LA BETE.

ILS FERONT LA GUERRE A L'AGNEAU, MAIS L'AGNEAU LES VAINCRA, PARCE QU'IL EST LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS ET LE ROI DES ROIS; VAINCRONT AUSSI CEUX QUI SONT AVEC LUI, LES APPELES, LES ELUS, LES FIDELES".

Puis l'ange me dit : "Les eaux que tu as vues, au bord desquelles est assise la Courtisane, ce sont des peuples, des foules, des nations et des races. Les dix cornes que tu as vues, ainsi que la Bête, PRENRONT LA COURTISANE EN HAINE: ELLES LA DEPOUILLERONT, LA METTRONT A NU, MANGERONT SES CHAIRS ET LA DETRUIRONT PAR LE FEU.

CAR YAHWEH LEUR A MIS EN TETE D'EXECUTER SON PROPRE DESSEIN, DE N'AVOIR Q'UN SEUL DESSEIN ET DE DONNER LEUR SOUVERAINETE A LA BETE, jusqu'à ce que soient accomplies les paroles de Yahweh. 

LA FEMME QUE TU AS VUE, C'EST LA GRANDE CITE QUI REGNE SUR LES ROIS DE LA TERRE.

Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange. Il avait UN GRAND POUVOIR ET LA TERRE FUT ILLUMINEE PAR SON ECLAT. IL S'ECRIA D'UNE VOIX PUISSANTE, DISANT : "Elle est tombée, elle est tombée, BABYLONE LA GRANDE ! ELLE EST DEVENUE LA DEMEURE DES DEMONS, LE REPAIRE DE TOUS LES ESPRITS IMPURS ET LE REPAIRE DE TOUS LES OISEAUX IMPURS ET ABOMINABLES, PARCE QUE TOUTES LES NATIONS ONT BU DU VIN DE SON ARDENTE IMPUDICITE, QUE LES ROIS DE LA TERRE SO SONT SOUILLES AVEC ELLE ET QUE LES MARCHANDS DE LA TERRE SE SONT ENRICHIS DE L'EXCES DE SON LUXE".

Puis j'entendis une autre voix qui venait du ciel et disait : "Sortez de ses murs, MON PEUPLE, de peur de

participer à ses péchés et de partager LES COUPS QUI VONT L'ATTEINDRE. Car ses péchés se sont accumulés jusqau'au ciel, et Yahweh s'est souvenu de ses iniquités. Payez-la de sa propre monnaie; rendez-lui au double ce qu'elle a fait; dans la coupe où elle a versé à boire, versez-lui le double; autant elle a fait montre de gloire et de luxe, autant donnez-lui de tourments et de deuil. Parce qu'elle se dit en elle-même : "Je trône en reine, je ne suis pas veuve et je ne connaîtrai pas le deuil", A CAUSE DE CELA,  EN UN SEUL OUR, LES  COUPS FONDRONT SUR ELLE : LA PESTE, LE DEUIL, LA FAMINE; ET ELLE SERA DETRUITE PAR LE FEU, CAR IL EST UN DIEU PUISSANT, YAHWEH QUI L'A JUGEE".

Ils pleureront et se lamenteront sur son sort, les rois de la terre qui se sont souillés avec elle et ont partagé son luxe, quand ils verront fumer son brasier. Se tenant à distance par peur de ses tourments, ils diront :

"Malheur ! Malheur ! O grande cité, Babylone ô cité puissante ! TON JUGEMENT S'EST FAIT EN UN INSTANT"...................................................20 Réjoussez-vous sur son sort, ô cieux, et vous, les saints, les apôtres et les prophètes, car, en la condamnant, Yahweh vous a fait justice.

Alors un ange vigoureux prix une pierre semblable à une grosse meule de moulin et la lança dans la mer, en disant :

"C'est ainsi que d'un coup sera projetée Babylone, la grande cité, et jamais plus on ne la retrouvera. Jamais plus on n'entendra chez toi la voix des harpistes, des chanteurs, des joueurs de flûte et de trompette; jamais plus on ne trouvera chez toi d'artisan d'aucun métier; jamais plus ne se fera entendre chez toi le bruit de la meule; jamais plus on NE VERRA BRILLER CHEZ TOI LA LUMIERE DE LA LAMPE; JAMAIS PLUS ON N'ENTENDRA CHEZ TOI LA VOIX DE L'EPOUX ET DE L'EPOUSEE: parce que tes marchands étaient les potentats de la terre, parce que tes maléfices ont jeté toutes LES NATIONS DANS L'EGAREMENT, et que chez toi on a trouvé le sang des prophètes et des saints et de tous ceux qaui ont été égorgés sur la terre".

Après cela j'entendis dans le ciel comme la grande voix d'une foule nombreuse, qui disait : "Alleluia ! Le salut, la gloire et la puissance sont à Yahweh, notre Dieu, car Ses Jugements sont conformes à la vérité et à la justice: Il a jugé la grande Courtisane QUI AVAIT CORROMPU LA TERRE PAR SON IMPUDICITE, et IL A VENGE SUR ELLE LE SANG DE SES SERVITEURS". Puis ils redirent : "Alleluia ! Sa fumée monte pour les siècles des siècles". Les vingt-quatre vieillards et les quatre animaux se prosternèrent et adorèrent Yahweh assis sur le Trône, en disant : "Amen ! Alleluia"! Et il vint du Trône une voix qui disait : "Louez Yahweh, notre Dieu, vous tous, ses serviteurs, vous qui le craignez, petits et grands"!

Puis j'entendis comme la voix d'une foule nombreuse et comme la voix de grandes eaux et comme la voix de puissants tonnerres, qui disaient :

"Alleluia! Car Yahweh, notre Dieu, le Tout-Puissant, a pris possession de la Royauté.

Réjouissons-nous, soyons dans l'allégresse et rendons-Lui gloire, car LES NOCES DE L'AGNEAU SONT VENUES, SON EPOUSE S'EST PAREEE, ET IL LUI A ETE DONNE DE SE VETIR D'UN LIN FIN D'UNE BLANCHEUR ECLATANTE", - LE LIN FIN, CE SONT LES OEUVRES PIEUSES DES SAINTS.

Et de me dire : "HEUREUX LES INVITES AU FESTIN DES NOCES DE L'AGNEAU"! ET d'ajouter : "CE SONT LA PAROLES VERIDIQUES DE YAHWEH". Je tombai à ses pieds pour l'adorer. Mais il me dit :

"GARDE-TOI DE LE FAIRE ! JE SUIS UN SERVITEUR, COMME TOI ET TES FRERES QUI DETIENNENT LE TEMOIGNAGE DE YESHOUA.

A YAHWEH TON ADORATION " !

Le témoignage de Yeshoua, c'est l'Esprit de la prophétie.

Puis je vis le ciel ouvert et parut un cheval blanc. Celui qui le monte s'appelle Fidèle et Véridique : il juge et il combat avec justice. Ses yeux sont une flamme ardente, il a plusieurs diadèmes sur la tête et il porte, inscrit, un nom qu'il est seul à connaître; il est revêtu d'un manteau teint de sang; son nom se dit : "LE VERBE DE YAHWEH". Les armées célestes le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues d'un lin fin d'une blancheur éclatante. De sa bouche sort un glaive aigu pour en frapper les nations : c'est lui qui les gouvernera avec une houlette de fer, et c'est lui qui foule la cuve du vin de l'ardente colère de Yahweh, le Dieu Tout-Puissant. Su son manteau et sur sa cuisse il porte, inscrit ce nom :

"Roi des rois et Seigneur des Seigneurs".

 

Suite !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site